Le plan de relance du gouvernement Macron

dans l’intérêt général ??

Le Café militant (Facebook : Kafe Militant), co-organisé par l’UPML et les Amis de l’ICOR en région parisienne a discuté en octobre du plan de relance du gouvernement. L’article suivant est un extrait de l’introduction au sujet :

Du plan de relance du gouvernement Macron dans l’intérêt général ??

Dans une situation où l’économie, le PIB (l’ ensemble des richesses produites) recule de 8 % en France et la production de 30 %, le plan de relance du gouvernement prévoit 30 milliards d’euros pour la transition écologique, 35 milliards pour la compétitivité et l’innovation, 35 milliards pour la cohésion sociale et territoriale.

Ce plan de relance – ce sont des subventions (cadeaux) ou allègements d’impôts surtout pour les grands groupes. Des 100 milliards d’euros, 10 financent la baisse des fameux impôts de production. Les entreprises capitalistes paieront donc encore moins d’impôts qu’avant!! Est-ce pour investir et créer des emplois ?? Dès le printemps, la zone euro avait transféré plus de mille milliards d’euros aux banques et 500 milliards d’euros pour sauver des entreprises de l’Union européenne (UE).

La philosophie et le discours du gouvernement sont: quand tout va bien pour les entreprises, donc c’est pour l’intérêt général, donc pour nous tous. Qu’en est-il réellement pour les couches populaires ?

« J’espère que le plan de relance en 2021 créera 160 000 emplois. C’est notre objectif », a déclaré le premier ministre Jean Castex.

En attendant, TOUS LES JOURS, des plans de licenciements, des fermetures d’entreprises et des faillites sont annoncés: Renault, Airfrance, TUI, Airbus, Bridgestone, Lacotère, Nokia, général électrique, Engie, Auchan… On évalue à 800 000 le nombre de destructions d’emplois d’ici à la fin de 2020. 5,8 millions de chômeurs est le chiffre officiel des catégories ABC cet été . Chaque chiffre est une vie, une famille, du malheur.

Plan de relance et emplois

Regardons Bridgestone : 2 ministres du gouvernement s’y sont déplacées pour interpeller « L’État appelle le groupe Bridgestone à prendre ses responsabilités … » la réponse des patrons est glaciale et d’un mépris total pour les 863 salariés menacés de perdre leur emploi, et le gouvernement, se voit humilié. Sauf  que la loi Travail a mis fin à l’autorisation administrative de licenciement et les divers gouvernements n’ont eu de cesse de réduire les quelques restrictions faites aux entreprises qui licencient.

A quoi servent les subventions ?

Les capitalistes investissent et créent des emplois pour faire le profit maximal par l’EXPLOITATION de la force du travail. L’argent de l’Etat aux entreprises va pour leur compétitivité sur le marché mondial. Et la concurrence entre les impérialistes est rude. Il faut restructurer, fusionner et rationaliser – les subventions vont servir à principalement DÉTRUIRE des emplois pour robotiser, à renforcer l’exploitation par la flexibilisation et la précarisation du travail.

Depuis 2018 se développe une des crises répétitives du capitalisme (comme en 2008) de suraccumulation du capital (amplifié par le corona). Les capitalistes ne peuvent plus vendre leurs trop de produits (voitures, etc), alors c’est l’heure de la destruction du capital qui ne leur sert plus à rien – donc aussi destruction du capital humain.

Attention à l’enfumage !

Le discours autour du plan de relance c’est de l’enfumage ! Le gouvernement ne changera pas les lois universelles du capitalisme dont il est le serviteur.

Fabien Roussel, chef du P « C »F déplore que l’on favorise les entreprises et leur production – et regrette des « oublis » dans la plan. Les partis sociaux-démocrates jusqu’à Martinez de la CGT exigent des « contreparties »aux subventions. Comme quoi ? Accompagner les chômeurs doucement dans leur queue d’attente à pôle emploi ?! Les illusions des partis réformistes jusqu’au P «C»F sont de la collaboration de classe !

Pas d’emplois dans les services publics

Le gouvernement ne crée pas d’emplois non plus dans les services publiques où la privatisation continuent, soit destruction d’emploi et précarisation. Dans les hôpitaux créer des postes serait urgent ! Voir la deuxième vague de la crise sanitaire ! Il n’en est rien ! A quelques exceptions près : juges + 1500 postes, police : + 1300 postes, mais seulement 700 pour les enseignants – avec un nombre d’élèves en augmentation.

Une attaque par les grands groupes internationaux

Sur les 100 milliards d’euros, 40 milliards seraient pris en charge par l’Union européenne, mais pas automatiquement. La condition  est de mettre en place la retraite à points, de démanteler l’assurance chômage qui restreint les conditions d’accès aux indemnités et qui les baisse. D’autres « réformes structurelles » vont suivre.

Le plan de relance est une attaque globale, brutale et renforcée des monopoles internationaux sur les travailleurs, attaque concerté des gouvernements Européens. Il augmentera le chômage et la misère !

Et les salaires et allocations ?

Les « experts » dans les médias nous disent que la population aurait une épargne de 100 milliards d’euros, pas la peine d’augmenter les salaires et allocations. La belle statistique !

La rémunération annuelle du PDG de Bridgestone, Masaaki Tsuya, est d’un million de dollars par an. La rémunération annuelle du PDG de General Electric, Lawrence Culp, dont le groupe licencie depuis l’année dernière des centaines de salariés du site de Belfort : 2,5 millions de dollars par an. Mais 9,3 millions de personnes en France vivant avec moins de 1 063 euros par mois – le niveau du seuil de pauvreté selon l’Insee – , qui correspond à 60% du revenu médian de 2018. Mais rien dans le plan de relance sur les salaires et allocations – et que des miettes ni pour le personnel hospitalier, les « premières de corvée » si appréciées et décorées après la vague catastrophique d’infections du covid.

Défendre les intérêts des ouvriers et employés, de la large majorité!

Ce n’est possible que par une large lutte politique et syndicale, en unifiant les revendications et en unifiant nos luttes, en liant les questions économiques aux questions politiques.

Un « programme d’urgence »sera bientôt publié sur notre blog.

Mais se battre sans fin contre un système à bout de souffle et désastreux ? Courage ! Osons discuter et nous organiser pour une société alternative dans l’intérêt général, socialiste, collective et de démocratie directe. La Commune de Paris, il y a 150 ans, en a été un exemple très précieux d’enseignements pour notre avenir. Son anniversaire en 2021 sera l’occasion de les mettre en lumière.

Apprendre du passé pour construire l’avenir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *