Communiqué commun UPML – UCL, membres de l’ICOR en France

1er mai Lyon – photo UCL

Nous considérons que le mouvement social en France arrive dans une situation charnière. Nous pensons que, plus la situation se développe, plus la crise s’approfondit, nationalement et internationalement, plus le besoin de structuration devient criant.

A nos yeux, toutes les initiatives qui vont dans le sens de plus de solidarité internationale et de plus de combativité dans les masses populaires sont à saluer. Nous avons apporté notre approche, d’autres en ont apporté une parallèle, que ce soit le cortège internationaliste à l’initiative des Jeunesses Communistes de Lyon ou le cortège de tête masqué unissant Gilets Jaunes et plusieurs forces politiques, syndicale ou antifascistes.

Toutes vont dans un sens positif, qui contribue à appuyer un renforcement des organisations de lutte, chose primordiale dans la période d’incertitude dans laquelle nous sommes.

L’Unité Communiste de Lyon, l’Union Prolétarienne Marxiste Léniniste et, d’une manière générale, toutes les organisations de l’ICOR, promeuvent un travail unitaire entre toutes les organisations combatives, dans le but de battre l’impérialisme et la capitalisme.

1er mai – cortège internationaliste et révolutionnaire – meeting sur l’UE.
Communiqué commun UPML – UCL, membres de l’ICOR en France.

Nous avons marché ensemble à Lyon, sous la bannière de la révolution et de l’internationalisme !

A Lyon, le premier mai, jour de lutte internationale pour tous les travailleurs et toutes les travailleuses, nous avons conjointement défilé. Sous les couleurs de l’Unité Communiste de Lyon, de l’Union Prolétarienne Marxiste-Léniniste, de l’ICOR, mais également de Partizan et du Marxistisch-Leninistische Partei Deutschlands, nous avons battu le pavé et scandé notre solidarité avec les luttes démocratiques et révolutionnaires dans le monde entier.

Nous considérons que le fait de pouvoir organiser ce cortège de manière conjointe, en tant qu’organisations membres de l’ICOR, avec l’appui et le soutien d’autres forces progressistes alliées, représente un succès. Un succès à la fois en termes de travail préparatoire, en termes d’exécution, mais également un succès sur la voie d’une plus ample coordination et intégration à un ordre du jour commun entre nos organisations.

Nous pensons que le fait que l’ICOR puisse se développer en France est essentiel. En tant que puissance impérialiste agressive et réactionnaire, la France joue un rôle important dans l’écrasement et l’asservissement colonial et néo-colonial d’une partie de la planète. Le prolétariat de France ne peut non plus être isolé internationalement des mouvements menés pas ses frères et sœurs de classe, notamment en Allemagne ou en Espagne, où de grandes organisations membres de l’ICOR existent. 

Pour nous, ce cortège représente une première étape dans ce travail. Un premier jalon. Chaque année, il est plus fourni. 
Nous saluons les organisations qui ont soutenu et participé à ce cortège, comme nos camarades de la Maison de la Mésopotamie ou l’organisation antifasciste Jeune Garde Lyon.
Nous saluons également l’ensemble de ceux qui ont pris la rue, sous les couleurs de leurs syndicats, sous le gilet jaune de la lutte, dans leurs organisations politiques.
Nous saluons également ceux et celles qui, en tant qu’individus, sont venus, avec leur combativité propre, grossir les rangs de cette manifestation.
Sans la présence de cet ensemble de forces, ce premier mai n’aurait pas été la réussite qu’il a pu être. La manifestation de Lyon, comme celles de France ou du monde entier, ont été marquée par un dynamisme et un esprit revendicatif puissant.

Face à cette montée des mouvements populaires, la réponse de la bourgeoisie et des impérialistes est invariablement la même : la répression. 
Nous ne pouvons oublier les combats menés, dans leurs pays respectifs, par les camarades qui défilaient à nos côtés. En ce moment, dans l’Etat prison Turc, les luttes sociales sont à leur paroxysme. Le régime d’Erdogan a subi un revers lors des élections municipales, mettant en avant le fait que les peuples de Turquie n’adhèrent pas à son projet fasciste. Dans les geôles, la grève de la faim impulsée par Leyla Güven se poursuit depuis plus de 170 jours, mettant en péril la vie de plusieurs centaines de militants et de militantes pour la liberté. 
Nous ne pouvons oublier le fait que les méthodes terroristes d’emprisonnement sans jugement de l’Etat Turc, sa pratique de la sale guerre, les crimes qu’il commet ne lui sont pas spécifiques.

Demain, même dans les pays impérialistes, se targuant de leur « démocratie », de leurs « libertés fondamentales », ces pratiques peuvent s’appliquer. En Allemagne, le processus de droitisation restreint progressivement les droits sociaux et politiques des masses populaires. L’Etat Allemand n’a pas hésité ainsi à tenter de censurer nos camarades du MLPD, à obtenir que les organisations bourgeoises l’isolent. En vain !

En France, la lutte des Gilets Jaunes a jeté à terre le masque démocratique. Le pouvoir a frappé fort, sans respect pour ses propres lois, pour liquider la colère sociale. Il n’a pas hésité à manœuvrer à coups de pseudo-débats pour essayer d’appuyer sa politique de liquidation complète des acquis sociaux. Il n’hésite plus à limiter les libertés démocratiques, votant des lois contre les manifestations arrêtant préventivement, interpellant sur de simples soupçons et menant une politique de provocation pour justifier un écrasement physique des manifestations. 

À Lyon, la police est venue intimider et fouiller les participants au cortège internationaliste et révolutionnaire, avant même le départ de la manifestation. Après celle-ci, elle a manœuvré pour nasser ceux qui voulaient notamment se rendre au repas libertaire organisé chaque premier mai. Le but de tout ceci était de trouver un prétexte pour frapper.
À Paris, le régime s’est vautré dans les mensonges les plus éhontés, affirmant que les manifestants étaient entrés pour saccager l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Dans les faits, les manifestants et manifestantes s’étaient réfugiés pour échapper aux coups, aux gaz et aux tirs. Des policiers ont même jeté des pavés sur ceux qui arpentaient la rue.

Nous dénonçons ce jeu de provocation et ces violences orchestrées par l’Etat bourgeois et sa police. Nous appelons à la solidarité entre les manifestants et manifestantes !

Nous avons saisi l’occasion de ce travail commun pour inviter à une conférence-débat commune sur la question de l’UE et de son effondrement. Nous savons qu’il existe des analyses variées sur la situation de l’Union européenne et sur son développement probable. 

Cette conférence-débat était l’occasion de poser tant la question de l’histoire de l’Union européenne que de pouvoir également poser à la fois les questions des tendances à l’intégration qu’ont les bourgeoisies, tout comme de leur concurrence exacerbée. Elle était l’occasion de rappeler la nature de l’Union européenne : une alliance réactionnaire d’impérialismes pour le partage de marchés. Nous avons voulu tordre le cou à plusieurs conceptions fausses, qui tendent à penser que l’Europe est amendable, réformable, qu’elle peut changer de nature. Mais également qui séparent la question de l’UE de la question du capitalisme et de l’impérialisme en général, et qui tendent à considérer que la France est dominée par un capital apatride, par l’Allemagne ou par les USA.

Surtout, cette conférence a pu indiquer un point central : la crise de l’UE est avant toute chose la transcription européenne de la crise du capitalisme. Ce n’est pas l’UE qui crée la crise, ni la sortie de celle-ci qui permettra de la juguler. La seule et unique résolution de cette question passe par la destruction du système d’asservissement et d’exploitation capitaliste-impérialiste. 

Alors, et uniquement alors, la question d’une « Union Européenne » pourra se poser sans qu’elle implique une exploitation et une domination d’Etats -et de classes sociales- sur d’autres. 
Nous pensons qu’il faut s’opposer à l’UE dans ses actions antisociales, mais ne pas perdre de vue que le cœur battant de notre ennemi est chez nous : c’est notre bourgeoisie impérialiste en tout premier lieu.

En présence d’un camarade délégué de l’ICOR, nous avons pu également présenter la coordination, ses buts et ses moyens d’action. Nous pensons qu’il faut saisir chaque occasion pour illustrer le fait que l’internationalisme de l’ICOR n’est pas fait de phrases creuses, mais qu’il est concret et réel, se traduisant par de véritables victoires.

Nous pensons que pour gagner,nous avons un besoin impérieux d’un Parti organisé pour lutter contre notre impérialisme et notre bourgeoisie monopoliste, mais également une alliance internationale de partis révolutionnaires. Nous voulons travailler, conjointement avec d’autres forces, à construire tout cela. 
Nous appelons ceux et celles qui partagent cette volonté à rejoindre les organisations membres de l’ICOR et à soutenir l’ICOR.

Cette journée de lutte est, à nos yeux, un succès. Un succès qui en appelle d’autres, qui peuvent et doivent se concrétiser par le renforcement des organisations communistes et des organisations de défense populaire.

Vive l’ICOR, vive le communisme ! 

Bulletin spécial 1° mai de l’Unité Communiste de Lyon (UCL) et l’Union Prolétarienne Marxiste Léniniste (UPML)

1er MAI REJOIGNEZ NOUS DANS LES CORTÈGES ICOR

Elections Européennes :

Union Européenne et gouvernements français, une même politique !

Que ce soit à Paris, à Bruxelles ou à Berlin, tous les gouvernements de L’UE pratiquent la même politique au service des mêmes intérêts contre les travailleurs et contre les peuples.

Dès le départ, face à d’autres puissances, les pays qui ont constitué plus tard l’Union Européenne, ont formé cette alliance de pays impérialistes pour maintenir ou développer leurs marchés, leurs sources de matières premières et leurs chasses gardées néocoloniales. Sous le dictat des monopoles internationaux, l’Union européenne s’est donné des lois, des institutions communes : commission européenne, conseil de l’Europe, traités, début d’armée commune et un parlement pour que les peuples aient l’impression qu’ils décident. Des petits pays y sont associés, en tirent certains avantages, mais c’est surtout les grands pays, la France et l’Allemagne qui dominent ce marché, le plus grand du monde.

La France, 5° puissance mondiale, a besoin de cette alliance pour faire face à la concurrence d’autres impérialistes : USA, Chine, Russie, Inde … tout en maintenant sa domination en Afrique avec des moyens qui lui sont propres (Franc CFA, traités bilatéraux, corruption, interventions militaires …) ; l’Allemagne profitant plus des marchés en Europe centrale.

La France impérialiste n’est vassale ni des USA ni de l’Europe ni de l’Allemagne !

L’ennemi est dans notre pays 

Les luttes populaires légitimes, indispensables, qui se multiplient en France et aussi dans toute l’Union Européenne, visent un même ennemi à deux visages : l’Union Européenne et les gouvernements nationaux. Tous serviteurs des grandes entreprises et des banques, ils se conduisent comme larrons en foire ; tantôt l’une tantôt les autres pour renforcer l’exploitation sans limites, l’oppression et la répression des peuples, détruisant en même temps la nature,.

Les partis de gouvernements en France qui se sont succédé au pouvoir, LR, LREM, PS ont construit délibérément ce moyen supplémentaire d’oppression et de tromperie des travailleurs et des peuples.

A l’occasion de ces élections, selon les partis réformistes, PCF, LFI, il suffirait de « renégocier les traités » pour que  la situation s’améliore avec l’illusion de construire « une Europe sociale » dans le cadre capitaliste.

Pour nous, UCL et UPML, la solution n’est pas d’envoyer au parlement des députés pour  donner un semblant de démocratie cautionnant ainsi la politique des monopoles. Pas plus que les gouvernements nationaux, l’Union Européenne n’est réformable !

Nous devons dénoncer

1°  la politique d’exploitation, d’oppression des travailleurs et des peuples, qui est dans la logique du capitalisme et tous les partis qui la soutiennent, directement ou indirectement.

2° le nationalisme et le chauvinisme qui s’oppose à la solidarité des travailleurs.

Nos deux organisations sont dans l’ICOR  parce qu’elle combat toutes les puissances impérialistes sans choisir parmi elles celles qui seraient soi-disant « plus acceptables ».

La révolutionnarisation des luttes populaires, l’union des travailleurs par delà les frontières, leur organisation consciente autour de leurs intérêts de classe, c’est cela qui doit nous guider parce que c’est cela qui nous mènera aux Etats-Unis socialistes du monde.

Vive l’union des prolétaires d’Europe contre le capital !

Pour un 8 mai antiraciste et anti-impérialiste

Dans le cadre de notre campagne contre l’Union Européenne impérialiste et de la journée d’action ICOR contre le fascisme et l’impérialisme du 8 mai, l’Union Prolétarienne Marxiste Léniniste participera et appelle au débat organisé par les Gilets Jaunes du Mémorial contre l’esclavage à Nantes.

Pour l’UPML, la lutte contre le pillage et l’exploitation des anciennes et actuelles colonies françaises fait partie de la lutte de classe que nous menons en France contre les mêmes monopoles financiers qui exploitent les travailleurs de France. Seul le socialisme révolutionnaire au niveau international pourra triompher de l’exploitation de l’homme par l’homne et de l’exploitation des nations par les nations.

Les luttes de tous les prolétaires de France quelque soit leur origine, peuvent et doivent converger contre la politique de Macron qui a soulevé les Gilets Jaunes. L’intervention des Gilets Jaunes de St-Denis contre la politique de pillage et de surexploitation des néo-colonies françaises est remarquable à ce titre :
https://www.youtube.com/watch?v=HvtDu7cz1Jk

Cette conscience anti-impérialiste est en partie présente dans les revendications des gilets jaunes (cf :http://www.leparisien.fr/economie/gilets-jaunes-cinquante-nuances-de-revendications-11-12-2018-7965951.php) :

  • Interdiction d’engager l’armée française dans des guerres d’agression
  • Françafrique : Cesser le pillage et les ingérences politiques et militaires. Rendre l’argent des dictateurs et les biens mal acquis aux peuples africains.Que les causes des migrations forcées soient traitées

Et l’on peut constater que les expressions racistes au sein du mouvement des gilets jaunes, tant exploitée médiatiquement par les défenseurs du gouvernement, même si elles existent en marge sur les rond-points encore, ont été clairement combattu dans la plupart des Assemblées Populaires de gilets jaunes. Le Parti capitaliste et libéral de Marine Le Pen a tout simplement perdu pied face à la domination des revendications sociales.

L’UPML relaie donc l’appel à converger des Gilets Jaunes du Mémorial ci -dessous :

ENTRÉE GRATUITE

8 mai 2019 au THÉÂTRE RUE DE BELLEVILLE 18h-Minuit 
pour une convergence des luttes à 3mn de la Place Mellinet à NANTES

LES GILETS JAUNES DU MÉMORIAL Projections, Echanges, Débats, Bilan convergence et lancement de L’APPEL DU MÉMORIAL .
avec Rosa Amelia Plumelle-Uribe (Auteure de “la férocité Blanche”), Fanta K. (Mouvement International pour les Réparation), Peter Lema (Le Cercle du marronnage), Ramata Dieng (Collectif Vies Volées) et des Gilets jaunes.

CONVERGENCE Quelques thèmes 
Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen 1789:  Vies volées des nègres, Vies volées des femmes et Vies volées des jaunes Intimidations, agressions et crimes institutionnels De la Police des nègres à la Police des Jaunes
-DE LA POLICE CONTRE LES NÈGRES AU XVIIIe SIÈCLE, A LA POLICE CONTRE LES 
JAUNES AU XXIe SIÈCLE

-AFFRONTER LE VERTIGE : L’IMPÉRATIF DE DÉ CRÉOLISATION DU MONDE

-COMPRENDRE LE MOUVEMENT INTERNATIONAL POUR LES RÉPARATIONS

-LE DOSSIER MUMIA ABU JAMAL, UN CAS ÉCOLE QUE CHAQUE MILITANT DOIT 
S’APPROPRIER

-VIES VOLÉES: DOSSIER LAMINE DIENG -LES VICTIMES INNOCENTES DES GUERRES


A partir de 18h EN INTRODUCTION LUTTES LOCALES A CARACTÈRE INTERNATIONAL avec Thomas Bouli  (Afrique Loire -Le patrimoine africain en Europe), Nathalie Gbohou (NARA – La CPI s’incline), Aminata Samb Monteiro (Nature&Compost -La ferme Cheikh ) ,Julie Naturalock (IMMIGRATION -Condition des femmes exilées),Balla Koné (exposition-les africains dans le monde), Eva Yariveh (Lanceuse d’Alerte Santé -sous réserve) et d’autres personnes impliquées dans la lutte pour la dignité des exilé(es) à Nantes. Contribution  : Nidal Mahamoud Ibrahim, Clémence Durand…

SÉANCE DE MIS A JOUR A partir de 20h jusque Minuit
LES GILETS JAUNES DU MÉMORIAL (voir vidéo)Projections, Echanges, Débats, Bilan convergence et lancement de L’APPEL DU MÉMORIAL .
L’Appel du Mémorial sera diffusé le 10 Mai dans le cadre de la 14ème journée des mémoire de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions. VIDÉO: Les gilets jaunes du Mémorial avec Rosa Amelia Plumelle-Uribe et Fanta K. invitées le 8 mai 2019 à Nantes au Théâtre Rue de Belleville. https://www.youtube.com/watch?v=vZdMsDRBQS8
VIDÉO: Des gilets jaunes de L’île-st-Denis https://www.youtube.com/watch?v=HvtDu7cz1Jk