Résolution de l’ICOR sur la situation des réfugiés Turquie Grèce

27 mars 2020

L‘ICOR condamne fermement l‘abus infâme de la détresse et des espoirs des réfugiés en Turquie par les gouvernements turc et grec et l’UE.

Le déclenchement en est l’intensification barbare de la guerre dans la province syrienne d’Idlib, où se font face la Russie et le régime d’Assad et des forces iraniennes d’un côté, la Turquie et des milices islamismo-fascistes et des forces syriennes contre le régime d’Assad de l’autre côté. Les habitants sont pris entre deux feux, et les femmes et les enfants en sont les principales victimes. 900 000 personnes sont en fuite, dont 250 000 enfants et jeunes. De manière exemplaire, les forces démocratiques du Nord et de l’Est de la Syrie (Rojava) ont, à elles seules, accueilli et pris en charge chaleureusement les réfugiés qui y étaient arrivés.

Après quelques revers militaires, Erdogan a sérieusement appelé l’OTAN à « invoquer la clause de défense mutuelle ». Cela aurait signifié une confrontation militaire directe des principales puissances impérialistes du monde et donc le début éventuel d’une guerre mondiale. Cela n’était pas exécutoire dans les pays de l’OTAN en raison de la résistance et de l’indignation des masses.

Afin d’exercer une pression, Erdogan a maintenant annulé l’accord honteux entre l’UE et la Turquie, qui visait à sceller l’UE contre les réfugiés en échange d’importantes sommes d’argent et violait le droit à la fuite, les droits d’asile et les droits de millions de personnes au titre de la Convention des Nations unies sur les réfugiés. Des milliers de personnes ont été amenées à la frontière par le régime fasciste d’Erdogan, où elles ont été repoussées par la partie grecque avec une violence brutale, y compris des gaz lacrymogènes et des canons à eau. Dans le même temps, la police turque ne les a plus laissés sortir de la zone frontalière. Dans le « no man’s land », les femmes, les hommes et les enfants sont affamés et gelés.

Dans les îles grecques, les gens font preuve depuis des années d’une solidarité exemplaire avec les réfugiés. Mais ils sont abandonnés par les gouvernements européens et opprimés lors des manifestations. Dans des camps conçus pour un maximum de 8 000 personnes, plus de 40 000 y vivent aujourd’hui ! Lorsque les habitants des îles grecques manifestent, ils sont confrontés aux forces spéciales brutales du gouvernement grec. Les conditions de vie dans les îles grecques sont également aggravées par la politique impérialiste en matière de réfugiés. Dans des camps complètement surpeuplés, dans des conditions d’humidité et de froid, les réfugiés sont contraints de vivre dans une situation dégradante pour les êtres humains. Des fascistes de toute l’Europe tentent de créer une ambiance de pogrom parmi les habitants de l’île et repoussent en mer les réfugiés qui débarquent, les insultant, les menaçant et les traumatisant.

L’UE comme une des unions impérialistes les plus riches du monde – n’a rien de mieux à faire que d’accueillir les réfugiés avec des gaz lacrymogènes, des matraques, des munitions réelles et la force impérialiste de garde-frontières Frontex. Des vidéos enregistrées en secret nous apprennent les transports aller-retour du « no man’s land » vers la Turquie par bus, dans lesquels des enfants, des femmes meurent misérablement. Maintenant, ils utilisent également le virus Corona pour développer leur politique fasciste et anti-immigration.Dans cette situation, une large protestation contre toute la politique impérialiste de réfugiés qui a échoué et contre la terreur fasciste est à l’ordre du jour. Les causes de la fuite sont l’exploitation et l’oppression impérialistes par les pays impérialistes ! La lutte doit leur être déclarée – dans l’auto-organisation des réfugiés en liaison avec les forces démocratiques et révolutionnaires dans les pays respectifs.

Des manifestations contre la politique de l’UE en matière de réfugiés ont déjà eu lieu dans de nombreuses villes grecques, mais aussi dans plusieurs grandes villes de l’UE. L’auto-organisation des réfugiés, main dans la main avec la population en résistance active, est la clé pour faire face à la situation de détresse aiguë.

Les causes ne peuvent être éliminées que dans la lutte contre le système impérialiste mondial. L’ILPS et l’ICOR ont appelé à construire un Front uni international contre le fascisme et la guerre. Il est fondamentalement contre le repartage impérialiste du monde sur le dos des peuples.

Renforcez la construction du Front uni anti-impérialiste !

Les réfugiés sont nos frères et sœurs !

Luttons contre l’UE impérialiste et sa politique inhumaine qui fait périr des dizaines de milliers d’une mort atroce dans la Méditerranée et les déserts.

Luttez dans les pays de l’UE contre les causes de la fuite, pour l’accueil des réfugiés dans les pays de l’UE et pour leur intégration dans les masses qui luttent dans les différents pays !

Vive la solidarité internationale !

Signataires (en date du 27/3 2020, d’autres signataires sont possibles):

  1. ORC Organisation Révolutionnaire du Congo, République démocratique du Congo
  2. MMLPL Moroccan Marxist-Leninist Proletarian Line (Ligne prolétarienne marxiste-léniniste marocaine)
  3. CPSA (ML) Communist Party of South Africa (Marxist-Leninist) (Parti communiste d’Afrique du Sud (marxistes-léninistes))
  4. PPDS Parti Patriotique Démocratique Socialiste, Tunisie
  5. CPB Communist Party of Bangladesh (Parti communiste du Bangladesh)
  6. CPI (ML) Red Star Communist Party of India (Marxist-Leninist) Red Star (Parti communiste d’Inde (marxiste-léniniste) Etoile Rouge)
  7. Ranjbaran Hezb-e Ranjbaran-e Iran (Parti prolétarien de l’Iran)
  8. NCP (Mashal) Nepal Communist Party (Mashal) (Parti communiste du Népal (Mashal))
  9. PR-ByH Partija Rada – ByH (Parti du travail – Bosnie et Herzégovine), Bosnie et Herzégovine
  10. MLPD Marxistisch-Leninistische Partei Deutschlands (Parti marxiste-léniniste d’Allemagne)
  11. UCLyon Unité Communiste Lyon, France
  12. UPML Union Prolétarienne Marxiste-Léniniste, France
  13. KOL Kommunistische Organisation Luxemburg (Organisation Communiste de Luxembourg)
  14. MIKSZ Magyar Ifjúság Közösségi Szervezete (Organisation de la Communauté de la Jeunesse Hongroise)
  15. RM Rode Morgen (aube rouge), Pays-Bas
  16. MLGS Marxistisch-Leninistische Gruppe Schweiz (Groupe marxiste-léniniste de Suisse)
  17. KSC-CSSP Komunisticka Strana Cheskoslovenska – Cheskoslovenska Strana Prace (Parti communiste de Tchécoslovaquie – Parti ouvrier tchécoslovaque), République tchèque
  18. TIKB Türkiye İhtilalci Komünistler Birliği (Union de communistes révolutionnaires de Turquie)
  19. TKP-ML Türkiye Komünist Partisi – Marksist-Leninist (Parti communiste de Turquie – marxiste-léniniste)
  20. KSRD Koordinazionnyj Sowjet Rabotschewo Dvizhenija (Conseil de coordination du mouvement ouvrier), Ukraine
  21. MLP Marksistsko-Leninskaja Platforma (Plate-forme marxiste-léniniste), Russie
  22. PCC-M Partido Comunista de Colombia – Maoista (Parti communiste de Colombie – maoïste)
  23. PCP (independiente) Partido Comunista Paraguayo (independiente) (Parti communiste Paraguayen (indépendant))
  24. BDP Bloque Democratico Popular (Bloc démocratique populaire), Pérou
  25. PC (ML) Partido Comunista (Marxista Leninista) (Parti communiste (marxiste-léniniste)), République Dominicaine
  26. PS-GdT Plataforma Socialista – Golpe de Timón (Plate forme Socialiste – Changement de direction), Vénézuela
  27. PCR-U Partido Comunista Revolucionario del Uruguay (Parti révolutionnaire communiste d’Uruguay)
  28. CPA/ML Communist Party of Australia (Marxist-Leninist) (Parti communiste d’Australie (marxiste-léniniste))

Crise du corona virus en France et en Allemagne: Protection de la santé OUI ! Etat d’urgence NON !

En Allemagne différentes mesures sanitaires ont été prises – comme en France – pour ralentir et limiter la propagation du Coronavirus : beaucoup de magasins sont fermés, il faut garder une distance de 1,5 m entre personnes, les rassemblements sont interdits, les sorties en nombre de personnes limités etc. Les länder prennent en plus leurs propres mesures, qui sont les plus drastiques en Bavière, où il y a carrément un couvre-feu. Quitter l’appartement est généralement interdit et n’est autorisé que dans des cas exceptionnels. Ça ressemble fortement à la situation en France : sortie d’une heure, limitée à une distance d’un kilomètre et justifié par l’attestation, contrôles et sanctions fréquentes.

Lundi, 30 mars, sur France inter et sur d’autres chaînes, un professeur Gaudry de l’hôpital Avicenne à Bobigny propose l’intervention des militaires dans le département de Seine-Saint-Denis pour imposer le confinement. Il aurait trop de cas graves dans la région. Bien sûr le confinement se vit différemment pour les couches populaires dans le département le plus peuplé, pour les familles tassés dans les HLM, dans des villes béton sans verdure que pour les couches aisés à Paris, dont une partie en plus s’est sauvée dans leurs maisons secondaires à la campagne. Bien sûr, la rébellion contre cette société est forte dans les cités populaires. Les prolétaires vivent au quotidien les incohérences, contradictions et l’hypocrisie de la bourgeoisie au sujet des mesures de protection sanitaires contre le Corona. Il faut critiquer les comportements à risque parmi nos voisins, mais pourquoi les jardins publics sont-ils fermés. Ils permettent tout à fait de respecter les gestes « barrière » et de survivre lors d’une longue période d’enfermement. On fait payer le manque de préparation et la mauvaise gestion de la crise sanitaire à la population ! La bourgeoisie profite de la situation pour renforcer la droitisation de sa politique, pour restreindre encore plus nos rares droits et libertés que la lutte a pu arracher à la société capitaliste

Ci-dessous un article sur le site rf-news.de informe sur la situation en Allemagne. Résistance contre la droitisation de la politique, contre la militarisation de la société – pour la défense et l’élargissement de nos droits et libertés démocratiques !

Développez et améliorez les mesures de protection de la santé! Abolissez la loi fondamentale et les mesures d’urgence contre-productives!

C’est ce que le MLPD et le citoyen munichois Patrick Ziegler demandent dans une requête urgente qu’ils ont introduite aujourd’hui devant le tribunal administratif bavarois.
Le Parti Marxiste-Léniniste d’Allemagne (MLPD) et plusieurs citoyens ont adressé une demande urgente au Tribunal administratif bavarois :


La requête du cabinet d’avocats Meister et co. indique: “Il n’est nullement mis en doute par le requérant que la limitation de la propagation du coronavirus soit un objectif légitime de haute importance, car il sert à protéger la vie et la santé de l’ensemble de la population. Les candidats reconnaissent donc expressément les mesures appropriées à cet effet et demandent même leur prorogation. »
Ce que l’on reproche c’est la restriction de sortie inadéquate, qui porte atteinte aux droits et libertés démocratiques et a des conséquences nettement négatives : Premièrement, l’exercice de plusieurs droits fondamentaux est restreint ou aboli. Deuxièmement, il n’y a pas de véritable protection de la santé. Troisièmement, des effets négatifs massifs tels que l’augmentation de la violence domestique ou les suicides sont acceptés. Quatrièmement, le principe d’égalité est violé pour des dizaines de milliers de travailleurs, en particulier dans le secteur industriel doit continuer à travailler avec une protection sanitaire inadéquate, où les chaînes d’infection sont maintenues et les travailleurs sont en danger.
En résumé, on peut dire que le fardeau de la crise corona est transféré à la masse de la population, mais que la production capitaliste continue à tout va, au détriment de la santé publique.

Les mesures d’urgence portent entrave à l’exercice de plusieurs droits fondamentaux qui sont considérablement limités. Entre autres, le droit à la liberté générale d’action, la liberté d’expression, la liberté de réunion, la liberté de circulation et les droits des partis.
Au lieu de restrictions draconiennes de sortie, la discussion d’experts ainsi que le débat public exigent de plus en plus l’expansion immédiate et généralisée des tests pour déterminer les sources d’infection. Le manque de masques, de respirateurs, de fourniture des désinfectants etc doit être comblé immédiatement.
Éducation intensive de la population. La demande rappelle également que dans des pays comme la Corée du Sud, Taïwan ou Hong Kong, la pandémie de corona a été rapidement surmontée sans couvre-feu.

Le MLPD constate : Tous les partis bourgeois de la CDU / CSU, du SPD, du FDP, des Verts à l’AfD fasciste soutiennent fondamentalement cette voie de démantèlement massif des droits fondamentaux. L’opposition au parlement a complètement disparu dans le nirvana de la panique et de la gestion civile des crises. En revanche, la préservation et l’expansion des droits et libertés démocratiques civiles sont également très importantes pour la lutte contre la pandémie de Corona.
La requête critique également la violation du principe général d’égalité. Parce que le couvre-feu ne s’applique pas à la façon de travailler. Le règlement ne comprend pas de garanties efficaces pour les usines et les bureaux. Des centaines de personnes y travaillent encore en étroite collaboration, souvent sans respecter la distance minimale et sans les précautions d’hygiène nécessaires. Seule la diktat du profit s’applique ici, afin que les entreprises et les banques ne prennent pas de retard dans la crise économique et financière mondiale qui a commencé mi-2018. C’était la protestation des équipes dans les entreprises par laquelle l’arrêt provisoire de la production a pu être obtenu surtout dans l’automobile.

“Nous avons déposé notre requête d’urgence dans un esprit de protection de la santé, des droits civils et des droits des travailleurs”, a déclaré Monika Gärtner-Engel du Comité central du MLPD.

www.rf-news.de du 29/03/2020

Appel à la construction d’un front uni anti-impérialiste et Anti-faciste international

30 décembre 2019

Construisons le front uni anti-impérialiste international contre le pillage impérialiste, le terrorisme d’État, la fascisation, le fascisme, l’intervention militaire étrangère, la subversion et les guerres d’agression! Pour la libération nationale et sociale, la démocratie et le socialisme !

La crise économique et financière mondiale de 2008 a servi d’agent incendiaire à la lutte pour le repartage du monde. L’impérialisme américain agressif et anti-populaire reste la puissance impérialiste la plus forte et le principal fauteur de guerre. Cependant, un monde multipolaire est apparu.

La concurrence inter-impérialiste s’intensifie. Toutes les puissances impérialistes poussent agressivement en avant dans la bataille pour la suprématie sur les ressources et la main-d’œuvre bon marché, les marchés, les domaines d’investissement et les sphères d’influence. Une lutte acharnée pour le repartage du monde fait rage parmi les grandes puissances impérialistes. Le danger de guerre mondiale s’accroît.

De nouvelles puissances sont apparues tandis que d’autres régressent. C’est la loi du développement inégal. La conséquence inévitable dans les conditions de l’impérialisme est une concurrence inexorable entre les puissances impérialistes. Elles ne sont unies que dans leur exploitation et leur oppression du prolétariat et des êtres humains du monde, donc dans leur hostilité face à la lutte de libération des masses exploitées et opprimées, en particulier la classe ouvrière révolutionnaire et les partis révolutionnaires du monde.

Dans ce contexte, il est temps de créer une force qui s’oppose à ce système impérialiste mondial de façon organisée et par son unification croissante: dans un front uni anti-impérialiste contre le pillage impérialiste, les contraintes néo-libérales, le terrorisme d’État, le racisme, la fascisation, les interventions militaires étrangères et les guerres d’agression – pour la libération nationale et sociale, la démocratie, la liberté et le socialisme ! Il est temps que le prolétariat opprimé et les peuples de ce monde, avec leurs mouvements spécifiques et nationaux, se joignent à ce mouvement planétaire, commun, croissant et tourné vers l’avenir.

L’éclaircissement sur le caractère de l’impérialisme, la discussion des changements dans le système impérialiste mondial et le consensus, les décisions et les justes conclusions pour la stratégie et la tactique des forces démocratiques du monde sont les tâches fondamentales du front uni anti-impérialiste.

Partout dans le monde, comme en Ukraine, en Syrie, au Yémen, au Venezuela, en Asie de l’Est et ailleurs, la bataille impérialiste pour la domination du monde est menée sur le dos des peuples. La tendance générale à la préparation impérialiste de la guerre exacerbe le danger de guerre. Elle se manifeste de plus en plus dans la montée de mouvements fascistes, dans les guerres commerciales, l’armement massif, les manœuvres militaires à grande échelle, par les provocations ciblées, les menaces d’invasion, les conflits locaux jusqu’à la confrontation directe des pays impérialistes et finalement jusqu’au danger imminent d’une IIIe guerre mondiale.

Le front uni anti-impérialiste doit être un front uni antifasciste. Les dirigeants fascistes ou fascisants comme Trump, Erdoğan, Modi ou Bolsonaro, mais aussi le développement vers la droite des gouvernements et des partis bourgeois dans la plupart des démocraties bourgeoises ainsi que la fascisation des appareils d’État doivent être rejetés et arrêtés avec détermination et de façon combative. Cette tâche est urgente.

L’impérialisme c’est la réaction sur toute la ligne. Le front uni anti-impérialiste met donc à l’ordre du jour la lutte pour la préservation et l’extension des droits et libertés démocratiques. Nous visons l’anticommunisme des dirigeants qui tente de discréditer le socialisme comme alternative à l’impérialisme aux yeux des masses.

Sous le règne du néolibéralisme et du terrorisme d’État, les ouvrières et ouvriers du monde souffrent de conditions d’exploitation et d’oppression toujours pires. Dans l’impérialisme, les forces productives révolutionnaires, malgré tous les progrès sociaux et techniques, se transforment finalement en leur contraire. Il y a des grèves quotidiennes dans tous les continents, qui sont de plus en plus liées aux luttes populaires des larges masses. Mais ces luttes sont encore en grande partie isolées, se déroulent dans le cadre national et sans l’échange suffisant d’informations et sans le soutien mutuel des révolutionnaires et des ouvriers dans le monde entier. Seule une classe ouvrière internationale unie et mobilisée, avec le prolétariat industriel moderne en son centre, peut affronter le système impérialiste mondial et devenir une force supérieure! La classe ouvrière internationale doit être l’épine dorsale et la force dirigeante du front uni anti-impérialiste.

Le prolétariat mondial cherche et a besoin de l’alliance avec tous les peuples opprimés du monde – les paysans pauvres, peuples indigènes, femmes, jeunes, réfugiés, travailleurs migrants, minorités et tous ceux qui luttent pour la démocratie et la liberté. Les luttes de libération dans de nombreux pays d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie, les luttes de libération des peuples philippin, kurde, palestinien et autres ont un adversaire impérialiste commun: le capital financier international, et elles exercent une influence révolutionnaire et un rayonnement tourné vers l’avenir. Leurs expériences doivent être mises à la disposition de tous les exploités et opprimés du monde!

La surexploitation de la nature accélère la transition vers une catastrophe environnementale planétaire qui met en danger les bases d’existence de l’humanité. Les ouvrières et ouvriers sont particulièrement touchés par les conditions de travail qui mettent leur santé en danger; les petits agriculteurs, les travailleurs agricoles et d’autres groupes importants de la population sont également gravement touchés par les inondations, les ouragans et les sécheresses. La lutte pour l’emploi, de meilleures conditions de travail ou des salaires plus élevés doit être combinée et coordonnée avec la lutte pour sauver l’environnement de l’économie de profit capitaliste effrénée!

Des milliards de femmes particulièrement opprimées doivent combiner leur lutte pour l’égalité des droits, contre l’empreinte patriarcale-féodale des sociétés, pour la libération de la femme avec la lutte anti-impérialiste et le mouvement ouvrier et révolutionnaire.

La jeunesse du monde voit son avenir menacé. Elle est souvent au premier plan des luttes de masse. Son énergie et son dynamisme doivent être renforcés par une conscience anti-impérialiste claire et sa formation en tant que combattants inébranlables pour l’avenir.

Nous appelons à relier la création du front uni anti-impérialiste avec un débat sur la stratégie concernant la manière dont il faut lutter pour une société libérée de l’exploitation et de l’oppression. Nous supposons que de nombreuses forces participantes considèrent le socialisme comme une alternative.

Combattons l’impérialisme! À bas le pillage impérialiste, le terrorisme d’État, la fascisation de l’État, le fascisme, les interventions militaires étrangères, la subversion et les guerres d’agression!

Prolétaires de tous les pays, unissez-vous!

Prolétaires de tous les pays et peuples opprimés, unissez-vous!

Pour la libération de l’humanité de l’exploitation et de l’oppression – pour la libération nationale et sociale, la démocratie, la liberté et le socialisme !