Menaces de mort contre les dirigeant.e.s du MLPD

Menaces de mort brutales contre les dirigeants du MLPD dans une nouvelle vague de terreur fasciste

Dans le communiqué de presse d’aujourd’hui, le MLPD informe de nouvelles menaces de mort contre des représentants du MLPD, des menaces qui ne sont guère égalables dans leur répulsion. « Le 22 juillet, des insultes et des menaces fascistes allant jusqu’à des menaces de mort à l’encontre de hauts représentants du MLPD ont été diffusées à grande échelle via Internet », rapporte Monika Gärtner Engel, membre du Comité central, conseillère municipale et elle-même déjà affectée à plusieurs reprises par les insultes et menaces fascistes.

Des “patriotes allemands” autoproclamés menacent ouvertement sur la chaîne YouTube “Ultraviolets Eyes”, entre autres choses contre les « liens familiaux criminels habituels des fascistes Gärtner-Engel … Nous vous exterminerons complètement … Nous n’aurons aucune compassion, aucune pitié et aucun remords… jusqu’à ce que vous soyez tous morts… ».

Stefan Engel, le président de longue date du MLPD, la présidente du parti Gabi Fechtner, la première candidate de la Liste Internationaliste/MLPD pour les élections européennes Lisa Gärtner et Monika Gärtner-Engel sont nommés ou attaqués par vidéo.

En tant qu’alternative révolutionnaire, présente dans de plus en plus de points chauds de la société et souvent impliquée de manière déterminante, le MLPD est une épine dans le pied des forces fascistes.

« Quelques semaines après le meurtre de Walter Lübcke, les menaces de mort s’inscrivent dans une nouvelle vague de terreur fasciste : menaces à la bombe contre des mosquées et la maison Karl Liebknecht à Berlin, attentat à la bombe contre la femme politique active de gauche au niveau communal Ramona Gehring à Zittau ; à Wächtersbach (Hesse), un homme aux racines érythréennes fut abattu par un fasciste. Nous leur exprimons à tous toute notre solidarité », a déclaré Monika Gärtner-Engel, du Comité central du MLPD.

« Beaucoup d’attaques et de meurtres ont été précédés par des campagnes désinhibées sur Internet . C’est pourquoi la plus grande vigilance, la plus grande solidarité et l’exigence d’une action déterminée de la part de l’État sont requises – même s’il est naturellement clair que nous ne nous laissons pas intimider par de telles menaces », continue alors Monika Gärtner-Engel.

Pour le MLPD, la suspicion sérieuse est telle que des autorités décisives de l’État ne sont qu’apparemment inactives, mais promeuvent en partie les activités fascistes directement ou indirectement comme en cas du NSU. Les personnes inscrites sur les listes fascistes de personnes à abattre ne sont pas informées, le week-end passé “la Droite” a pu se moquer de Walter Lübcke assassiné à Kassel et l’auteur de menaces de mort antérieures contre ma personne – l’ancien condamné fasciste Jörg Reger – qui est connu des autorités, est toujours en liberté.

Dans les années 1970, tout le pouvoir de l’État et des médias a été utilisé contre la poignée d’anarchistes de la RAF avec des mandats d’arrêt, des recherches policières diffuses, dites voilées, des barrages routiers, des appels télévisés, etc. – mais la recherche de 476 fascistes disparus, auteurs d’actes de violence, n’avance pas.

Si en même temps des attaques anticommunistes grossières sont lancées contre le MLPD à partir de “sources respectables” – comme le conseil d’administration du “Mémorial de Buchenwald” – alors leurs auteurs doivent être conscients de leur promotion du climat anticommuniste haineux et en partager la responsabilité.*1

Depuis longtemps, le MLPD exige la poursuite systématique de toutes les activités fascistes, la recherche de tous les auteurs de menaces de mort et la clarification décisive de toutes les attaques dans la nouvelle vague de terreur fasciste.

Pas un pouce de terrain à la terreur fasciste !

Interdiction de toutes les organisations fascistes et de leur propagande !

*1 Il s’agit de l’interdiction de la commémoration de l’assassinat de Ernst Thälmann, président du KPD le 17 août 1944 par les fascistes hitlérien à Buchenwald, camp de concentration pour les prisonniers politiques. L’administration du mémorial du camp de Buchenwald fond son interdiction sur le soutien critique par le MLPD de la campagne BDS contre le sionisme d’Israël. Ce soutien est  classé d’antisémite! Cette accusation déclenche actuellement une large polémique en Allemagne (commentaire de l’UPML)

Protestation contre la Fondation du camp de concentration de Buchenwald

2 août 2019

    A la Fondation du camp de concentration de Buchenwald,
        Herrn Rikola-Gunnar Lüttgenau,


Nous avons appris la scandaleuse décision prise par la fondation

d’interdire la commémoration par l’Alliance Internationaliste de
l’exécution par les fascistes hitlériens d’Ernst Thälmann, président du
Parti Communiste d’Allemagne, qui a eu lieu le 1° Août 1944. Nous sommes
aux côtés de nos collègues et camarades pour exiger l’annulation de
cette décision qui s’oppose à l’autorisation déjà donnée.
Rien ne justifie une telle décision, sinon de gommer un symbole fort du
sacrifice et de la résistance des peuples, le peuple allemand au premier
rang, à la dictature fasciste au service des monopoles de l’époque. Pour
avoir visité le camp de Buchenwald et avoir connu d’anciens prisonniers
qui ont participé à sa libération, nous savons ce que votre décision
représente, pour beaucoup en France aussi, d’inacceptable.
Le prétexte comme quoi l’Alliance Internationaliste serait antisémite
ne repose sur rien. Le fait de critiquer tel gouvernement israélien qui
fait de la Palestine une prison pour les Palestiniens et d’eux des
citoyens de seconde classe, n’a rien à voir avec l’antisémitisme. Ne pas
dénoncer les responsables de maltraitances ou de crimes, quels qu’ils
soient, serait contraire à notre morale et à la raison.
Non, vous ne parviendrez pas à réécrire l’histoire selon les préjugés
anticommunistes les plus primitifs. Vous ne parviendrez pas à faire
oublier aux peuples ce qu’ils doivent aux résistants de tous les pays, à
l’armée rouge de l’URSS.

Union Prolétarienne Marxiste Léniniste, (France)

Analyse de la situation de l’UE par le MLPD

Un article récent de nos camarades du MLPD/Allemagne, paru sur le site d’information rf-news analyse quelques aspects de la situation dans l’Union Européenne après les élections de mai dernier : La crise dans l’UE va en s’approfondissant et les contradictions inter-impérialistes déstabilisent et paralysent l’alliance réactionnaire et impérialiste qu’est l’UE. A l’occasion des élections européennes, l’UPML avec l’UCL ont mené en France la campagne de la Coordination Internationale des Partis et Organisations Révolutionnaires (ICOR): « La rébellion contre l’UE impérialiste est justifiée ! Vive la solidarité internationale ! Renforcez l’ICOR ! » Les dernières évènements confirment la justesse et la nécessité de poursuivre le combat contre la politique destructrice, de pillage et d’oppression des impérialistes qui se disputent la planète.

Union Européenne :

Un sommet marqué par la DESUNION et les contradictions croissantes
Il n’y a aucun signe de nouveau départ et de dynamisme de l’Union européenne, comme l’avaient annoncé les politiciens bourgeois avant les élections européennes. En fait, des crises politiques et gouvernementales ouvertes ont éclaté dans plusieurs États membres immédiatement après les élections, notamment aussi en Allemagne. Avec le départ du chef du SPD Andrea Nahles, la coalition gouvernementale au pouvoir a vacillé fortement pendant un temps. Lors du sommet de l’Union européenne cette semaine, l’alliance impérialiste s’est présentée fortement déchirée et très limitée dans sa capacité d’action.

La “neutralité climatique” reportée à la seconde moitié du 21ème siècle
Il a été annoncé comme un grand coup que les États de l’UE s’engagent lors de ce sommet à viser une Europe «climatiquement neutre» d’ici 2050. Cela signifiait que les pays membres s’engageaient à ne plus émettre plus de dioxyde de carbone que ne pouvait absorber la nature ou par des solutions techniques de stockage du CO2 à partir de 2050. La chancelière allemande Angela Merkel (CDU) a récemment rejoint l’initiative lancée par la France. Le mouvement transnational de jeunesse contre les politiques environnementales des monopoles et des gouvernements, a coupé les bras et les jambes de certains chefs d’États et gouvernements.

En fait, ces promesses ont été une nouvelle manœuvre de l’écologisme impérialiste. Car pour le stockage de CO2, Merkel a de nouveau mis en jeu la compression de CO2, contre laquelle il y a eu des manifestations de masse il y a quelques années. Plusieurs états fédéraux ont interdit la compression sur leur territoire. Le captage et le stockage du carbone (CSC) consistent à séparer le CO2 des gaz d’échappement des centrales électriques au charbon, à le liquéfier, à le transporter par camions et par conduites sur des centaines de kilomètres jusqu’aux entrepôts et à le stocker sous terre. Cela signifie pour les générations futures, des dangers imprévisibles en dehors de l’éventualité de fuites mettant la vie en danger.

 Même en ce qui concerne l’objectif totalement inadéquat et discutable d’une “Europe climatiquement neutre à l’horizon 2050”, le sommet de l’UE n’a pas pu se mettre d’accord. Il a été reporté à la seconde moitié du siècle, comme indiqué dans l’accord de Paris sur le climat.

Le poker autour de la succession au poste de Junker reflète des contradictions plus profondes. Le président français Emmanuel Macron associe sa propre influence et celle des monopoles français au sein de l’UE à celle du président de la Commission européenne. Il est entré en confrontation avec l’Allemagne et la chancelière Angela Merkel, qui avait initialement soutenu le principal candidat du PPE, Manfred Weber (CSU), pour des raisons partisanes. Macron compte sur un leadership fort de l’UE pour faire progresser l’alliance impérialiste en concurrence avec l’impérialisme américain, la Russie, la Chine et d’autres pays néo-impérialistes. En particulier, il souhaite ardemment de nouveaux efforts pour construire une armée paneuropéenne. Pour cela, il accepterait même Angela Merkel à la présidence de la Commission, entrée dans le jeu par Sigmar Gabriel (SPD).

Selon le projet d’agenda stratégique de l’UE à l’horizon 2024, l’UE doit devenir “plus confiante en elle-même et plus puissante“. La politique réactionnaire en matière de réfugiés se poursuit, le “contrôle effectif des frontières extérieures”, c’est-à-dire le développement de la forteresse Europe contre les réfugiés. L’UE n’a pas réussi non plus à adopter un budget. L’impérialisme de la RFA, en tant que puissance la plus importante de l’UE, veut l’aligner strictement sur la position mondiale dominante de ses super-monopoles. D’autres pays de l’UE ne participent pas à cette initiative, car le transfert impitoyable du fardeau de la crise nuit à leur base parmi les masses.

De même, en ce qui concerne les négociations quinquennales entre la Suisse et l’Union européenne sur un accord-cadre destiné à remplacer le précédent patchwork de plus de 100 traités relatifs à l’accès de la Suisse au marché intérieur de l’UE, aucun accord n’est en vue. Le gouvernement suisse ne veut pas entre autres de la soi-disant directive sur la citoyenneté de l’UE dans cette accord. Selon cette directive, les citoyens de l’UE se retrouvant au chômage en Suisse pourraient bénéficier d’une aide sociale. Si l’accord n’est pas conclu, la bourse suisse SIX pourrait perdre son accès au marché de l’Union européenne dès la fin du mois de juin.

Les “anciens” et les nouveaux impérialistes se disputent l’influence en Europe
Dans le contexte de l’intensification des contradictions de l’inter-impérialisme, diverses forces impérialistes recherchent une influence accrue en Europe. Le président fasciste, Donald Trump, a conseillé à la Grande-Bretagne un “no-deal-Brexit” et de ne pas payer ses dettes à l’UE. La Grande-Bretagne devrait parier sur les États-Unis. Ainsi, l’impérialisme américain alimente directement la crise politique de l’UE.
 
Avec sa “nouvelle route de la soie”, la Chine néo-impérialiste aspire à une pénétration économique et politique de l’Europe. L’Italie a rejoint ce projet en tant que premier État du G7 fin mars 2019. L’Allemagne, la Grande-Bretagne et la France n’ont pas encore signé une telle déclaration. Toutefois, cela n’empêche pas la Chine de poursuivre ses ambitions expansionnistes. Au Monténégro, des entreprises chinoises construisent par exemple une autoroute qui traversera la mer en direction de la Serbie voisine – pour 20 millions de dollars par kilomètre. Cette somme est financée par des emprunts chinois, que le Monténégro ne sera probablement jamais en mesure de rembourser.
 
La région d’Europe centrale est un élément important de la stratégie d’expansion de la Chine: elle est considérée comme “l’entrée latérale” sur les marchés les plus riches d’Europe occidentale. Le soi-disant cadre 16 + 1 a créé une plateforme de coopération entre la Chine et les pays d’Europe centrale et orientale. Le groupe comprend 16 pays d’Europe orientale, parmi lesquels se trouvent les quatre pays de Visegrad (République tchèque, Hongrie, Pologne et Slovaquie) et un total de 11 États membres de l’UE.

MLPD et ICOR Europe promeuvent l’unité des prolétaires et la critique de gauche de l’UE

Avec leur campagne électorale européenne, MLPD et ICOR Europe avaient absolument raison. Aucune autre force lors de cette élection n’a promu une rébellion légitime contre l’UE sans condition, associée à une perspective internationaliste, de gauche et révolutionnaire. La poursuite de la construction des partis et des organisations révolutionnaires en Europe, le renforcement de l’ICOR et la création d’un front uni anti-impérialiste sont les bonnes réponses au développement de l’UE en proie à la crise.