17 avril 2024

Turquie: MLKP réflexions sur les élections

16 mai 2023

Déclaration du Comité central MLKP (membre de l’ICOR) (traduite de l’anglais par nos soins — voir la version anglaise à la fin).

« Quelques points critiques sur le premier tour des élections présidentielles et les élections législatives.

Il y a une différence significative entre les sondages et les résultats des élections. Même si nous considérons certains d’entre eux comme une manipulation consciente avant l’élection et lors de la tabulation, le fait que les votes des partis racistes, nationalistes, politiques islamistes (c’est-à-dire AKP-MHP, YRP, IYIP, ZP, etc.) aient été plus élevés que prévu a besoin d’une explication. Et regarder l’histoire récente de la Turquie peut nous donner quelques indices. Nous voyons que la politique de synthèse des idéologies du nationalisme turc et de l’islamisme politique sunnite poursuivie par l’État à travers tous les gouvernements bourgeois au cours des 50 à 60 dernières années a eu un impact significatif sur la société. Cette élection a montré de manière frappante la base sociale de la synthèse turco-islamique. Même si le bloc au pouvoir, le Parti de la justice et du développement (AKP) d’Erdogan et son principal partenaire, le Parti du mouvement nationaliste (MHP), ont perdu des voix dans certaines régions, d’autres partis nationalistes et politiques islamistes ont rempli leur rôle.

Il ne suffit pas d’expliquer cette situation par la manipulation. Il y a bien sûr des manipulations et des fraudes électorales d’une certaine ampleur qui ont affecté certains sièges illégitimement occupés par le bloc AKP-MHP, par exemple le vote sous la pression des soldats et des oligarques locaux au Kurdistan, le double vote, le vote non enregistré ou la manipulation effectuée par l’Agence Anadolu (AA) comme toujours lors des élections précédentes. Cependant, le point principal est qu’il existe une base sociale importante pour la synthèse turco-islamique et qu’il existe une transitivité importante entre les sections islamistes politiques et les sections fascistes nationalistes turques. Grâce à l’AKP, HÜDAPAR, la continuation du Hezbollah, et le Parti de la Nouvelle Prospérité (YRP), islamiste radical, sont entrés au parlement. De plus, l’alliance entre HÜDAPAR-AKP et MHP à travers l’AKP peut être lue comme une alliance entre l’islamisme kurde et l’islamisme turc. C’est une situation qui montre que l’idéologie et l’orientation du gouvernement actuel deviennent plus réactionnaires. Tant l’AKP-HÜDAPAR que l’alliance YRP-AKP correspondent à cette situation. L’acceptation par le nationaliste turc du MHP d’une telle alliance constitue un point important. C’est une réalité qui montre à quel point les fascistes nationalistes sont veules et comment ils peuvent conclure toutes sortes d’alliances pour le pouvoir et la position. Il est important pour les révolutionnaires que le peuple voie cette réalité, qu’elle soit montrée à leur base de masse.

D’un côté, il y a la manipulation menée par le chef fasciste avec les institutions étatiques et les AA. Mais d’un autre côté, l’opposition bourgeoise a également manipulé, peut-être pour contrecarrer cela, mais aussi pour redonner le moral à ses propres masses et empêcher une défaite de facto. Mais en général, la situation reflétée dans l’opinion publique était que Kılıçdaroğlu gagnerait de loin. C’était comme si l’opposition bourgeoise elle-même croyait un peu à sa propagande, mais il s’est avéré qu’en peu de temps les deux camps ont accepté qu’il y ait un second tour. Le discours du chef fasciste (Erdogan) le soir des élections a commencé comme un discours de victoire. Mais ensuite, il a accepté le deuxième tour. Mais il y avait un point important : il parlait comme s’il était assuré de gagner au second tour. Pour le chef fasciste, le premier problème était absolument de ne pas perdre. Il considérait le second tour comme plus avantageux pour lui, mais toute leur propagande était basée sur le fait qu’ils gagneraient au premier tour. Dès le début, les médias partisans du chef profasciste ont fait de la propagande selon laquelle il gagnerait avec une marge de 10 %. Il y a même eu des déclarations selon lesquelles le chef fasciste a demandé à AA de montrer les données avec une différence de 10 %. Au fur et à mesure que les faits devenaient plus clairs dans la guerre psychologique mutuelle entre les deux parties, les deux parties avaient tendance à accepter la situation. Il y a eu le grand tremblement de terre et l’État a terriblement échoué. Les forces révolutionnaires et progressistes se sont précipitées au secours du peuple. Mais automatiquement, il y avait une perception que “le tremblement de terre a secoué et changé la conscience des gens”. Cette perception a été en partie créée par les forces progressistes qui se sont d’abord précipitées dans la zone du tremblement de terre et ont fait preuve de solidarité avec le peuple. Ces régions sont en fait des lieux où la base sociale de la synthèse turco-islamique est forte. Nous avons vu qu’un changement aussi rapide ne se produit pas. L’approche superficielle a suscité des attentes, mais il est clair que la participation électorale dans la région est inférieure aux chiffres officiels, ce qui montre que la fraude électorale s’est produite dans la région du tremblement de terre.

Tout d’abord, il convient de noter que le chef fasciste n’a pas obtenu plus de 50 % des voix cette fois. Ce que le chef fasciste attendait et voulait ne s’est pas concrétisé. Ainsi, c’est comme une sorte de défaite pour lui. Kılıçdaroğlu a le soutien de la majorité dans les régions méditerranéennes, égéennes et de Marmara dans les grands centres, tandis que le chef fasciste a obtenu la majorité des voix notamment en Anatolie centrale et dans la région de la mer Noire. Ce que l’on voit sur cette image, c’est le fait que les électeurs sont différenciés selon leur style de vie et leurs préférences. Kılıçdaroğlu a reçu plus de voix là où le style de vie urbain et moderne prévalait, alors que dans les régions où le chef fasciste Erdoğan était majoritaire, le style de vie conservateur, nationaliste et citadin prévalait. En fait, les deux camps étaient plus sensibles à la question du style de vie, et malgré les réalités telles que la hausse de l’inflation, le chômage, la pauvreté, les préoccupations concernant un certain style de vie et les préférences idéologiques sont venues au premier plan de la divergence.

Jusqu’en juin 2015, la résistance des forces autour du HDP contre le fascisme, contre la réaction était sur une ligne montante. Le HDP a également marché au tout début et en tête de cette ligne montante de résistance. Cependant, après juin 2015, surtout après la clôture du processus de dialogue entre l’État et le PKK, c’est-à-dire après les élections du 7 juin, plus concrètement, après le massacre de Suruç du 20 juillet, le massacre d’Ankara du 10 octobre et l’attentat contre lui-même -résistances de gouvernance au Kurdistan du Nord, on voit qu’il y a eu une régression de la ligne de résistance du HDP. Cette régression a creusé la distance entre le HDP et les masses qui l’ont voté. C’est un côté. D’autre part, la politique de terreur de l’État à travers des arrestations, des rafles, des administrateurs municipaux et, comme dans le cas de Deniz Poyraz, des meurtres, a joué un rôle affaiblissant dans la résistance du HDP. Nous devons penser à renouveler la relation du HDP avec les masses, son style politique et à faire revivre ses traditions de résistance. Nous devons également penser en termes de politique électorale. Nous devons prendre conscience que la politique électorale du HDP (au nom de Green Left Party), en particulier la politique d’alliances qu’il a développée, comporte des problèmes importants. Le premier de ces problèmes est que la relation entre les forces fondatrices du HDP et le mouvement de libération nationale kurde est problématique. Il faudrait au moins penser ce problème en termes de dialogue, de consensus, de discussion, d’échange de vues, de collectivisme et de fonctionnement des institutions entre les amis les plus proches de la lutte.

Deuxièmement, nous devrions penser à la relation avec les autres parties pendant le processus de la Labour and Freedom Alliance. Les impositions des partis légalistes et parlementaristes ont été acceptées et subies. Si le HDP avait fait campagne autour de son propre candidat présidentiel au premier tour, comment cela aurait-il affecté le résultat des élections présidentielles et législatives ? Au moins, on peut facilement dire qu’il aurait favorisé le HDP (Parti de la gauche verte) aux élections législatives. Car le HDP serait apparu comme un parti affirmé. Il y aurait eu le front fasciste, l’Alliance populaire d’un côté, le front de restauration, l’Alliance de la nation de l’autre, et l’Alliance travail et liberté aurait émergé comme troisième front avec son propre candidat. Elle se serait présentée comme une alternative à ces deux fronts et cela aurait été une campagne beaucoup plus ambitieuse. La décision de présenter son propre candidat au premier tour, puis l’abstention de le faire, ont à la fois orienté certains votes du HDP vers le CHP et sapé la prétention du parti. En ce qui concerne les élections présidentielles, la contribution, le pouvoir et le rôle du HDP émergeraient de manière mesurable, et son influence politique, son initiative et son poids politique augmenteraient. Mais une telle voie n’a pas été empruntée, ce qui était politiquement incorrect, inexact et a eu des conséquences. Les résultats d’aujourd’hui sont évidents. Depuis le référendum de 2017 et les efforts pour donner un cadre légal au régime fasciste en chef, la politique bourgeoise est complètement divisée en deux. Le dernier processus électoral a encore aggravé cette situation. Les restaurateurs se sont davantage concentrés sur leur objectif de ce qu’ils appellent un “système parlementaire renforcé”. L’autre côté s’est solidifié dans le maintien du régime de chefferie fasciste. Il est peu probable que cette division disparaisse à court terme. Pour que cette division disparaisse, ces partis politiques doivent changer leurs visions fondamentales. Le conflit entre ces deux sections de la bourgeoisie va se poursuivre. Il y a aussi une division dans les rangs de la classe bourgeoise en termes de sociologie. Pour le mouvement révolutionnaire, cela crée à la fois des opportunités et des risques. C’est une bonne chose que la bourgeoisie soit dans un tel état de conflit interne et de division, mais cette situation augmente également la possibilité de manipuler les masses.

D’autre part, il solidifie et polarise la société autour de deux cliques bourgeoises. Cela rend le travail des révolutionnaires et des forces progressistes plus difficile. Nous devons repenser, plus globalement, plus profondément la lutte contre l’islamisme politique, contre le nationalisme turc, et comment unir ces luttes aux revendications urgentes des travailleurs, de la classe ouvrière. Parce que l’essence de la lutte politique est de gagner les masses. Par conséquent, le problème fondamental de nos forces progressistes, révolutionnaires et socialistes, les forces de lutte unie, est de savoir comment gagner les masses. Sur la base des données révélées par l’élection, il est nécessaire d’analyser à nouveau la situation des masses, notre rapport aux masses et à notre politique, de revoir la situation ici d’un point de vue critique révolutionnaire, de gagner les masses et de renforcer notre relations de masse, réfléchir largement et profondément aux problèmes de diffusion des organisations de gauche ouvrière parmi les masses, etc. styles qui feront avancer la lutte, et mettre hors service ceux qui ne fonctionnent pas.

—————————–

May 16, 2023

MLKP

Central Committee

Some Critical Points on the First Round of Presidential Election and the Parliamentary Elections

There was a significant difference between the polls and the election results. Even if we consider some of them as conscious manipulation before the election and during the tabulation, the fact that the votes of racist, nationalist, political islamist parties (i.e. AKP-MHP, YRP, IYIP, ZP, etc.) were higher than expected needs an explanation. And looking at the recent history of Turkey can give us some hints. We see that the a policy of synthesizing ideologies of Turkish nationalism and political Sunni islamism pursued by the state through all bourgeois governments for the last 50-60 years has had a significant impact on society. This election showed the social base of the Turkish-Islamic synthesis in a striking way. Even though the governing bloc Erdogan’s Justice and Development Party (AKP) and its main partner Nationalist Movement Party (MHP) lost votes in some regions, other nationalist and political islamist parties filled their role.

It is not enough to explain this situation with manipulation. There is for sure manipulation and election fraud to some significant scale which affected some seats to be illegitimately taken by the AKP-MHP bloc, for instance voting under the pressure of soldiers and local oligarchs in Kurdistan, double-voting, unregistered voting or manipulation done by the Anadolu Agency (AA) as always in previous elections. However, the main point is that there is an important social basis for the Turkish-Islamic synthesis and that there is an important transitivity between the political Islamist sections and the Turkish nationalist fascist sections.

Thanks to the AKP, HÜDAPAR, the continuation of Hezbollah, and the hard-line political islamist New Prosperity Party (YRP) entered the parliament. In addition to this, the alliance between HÜDAPAR-AKP and MHP through AKP can be read as an alliance between Kurdish Islamism and Turkish Islamism. This is a situation that shows that the ideology and orientation of the current government is becoming more reactionary. Both the AKP-HÜDAPAR and the YRP-AKP alliance correspond to this situation. Turkish nationalist MHP’s acceptance of such an alliance constitutes an important point. This is a reality that shows how spineless the nationalist fascists are and how they can enter into all kinds of alliances for power and position. It is important for revolutionaries that the people see this reality, that it is shown to their mass base.

On the one hand, there is the manipulation carried out by the fascist chief with state institutions and the AA. But on the other hand, the bourgeois opposition has also manipulated, perhaps to frustrate this, but also to give morale to its own masses and to prevent a de facto defeat. But in general, the situation reflected in the public opinion was that Kılıçdaroğlu would win by far. It was as if the bourgeois opposition themselves believed in their propaganda a little bit, but as it turned out, in a short time both sides accepted that there was a second round. The fascist chief’s speech on election night began as a victory speech. But then he accepted the second round. But there was one important point: he spoke as if he was guaranteed to win in the second round.

For the fascist chief, the first problem was absolutely not to lose. He saw the second round as more advantageous for himself, but all their propaganda was based on the fact that they would win in the first round. From the very beginning, the pro-fascist chief’s partisan media made propaganda that he would win by a 10 percent margin. There were even some statements that the fascist chief instructed AA to show the data with a 10 percent difference. As the facts became clearer in the mutual psychological warfare between the two sides, both sides tended to accept the situation.

There was a big earthquake and the state failed terribly. Revolutionary and progressive forces rushed to the people’s aid. But automatically there was a perception that “the earthquake shook and changed the consciousness of the people”. This perception was partly created by the progressive forces who first rushed to the earthquake zone and showed solidarity with the people. These regions are actually places where the social basis of the Turkish-Islamic synthesis is strong. We have seen that such a rapid change does not happen. Superficial approach has raised expectations, but it is clear that the voter turnout in the region is lower than the official figures, which shows that election fraud happened in the earthquake region.

First of all, it should be noted that the fascist chief did not get more than 50 percent of the votes this time. What the fascist chief expected and wanted did not materialize. Thus, it as a kind of defeat for him. Kılıçdaroğlu has the support of the majority in the Mediterranean, Aegean and Marmara regions in the big centers, while the fascist chief received the majority of votes especially in Central Anatolia and the Black Sea Region. What is seen in this picture is the fact that voters are differentiated according to their lifestyle and preferences. Kılıçdaroğlu received more votes where the urban, modern lifestyle prevailed, whereas in the regions where the fascist chief Erdoğan was the majority, the conservative, nationalist, town-style lifestyle prevailed. In fact, both sides were more sensitive to the issue of lifestyle, and despite the realities such as hikes in inflation, unemployment, poverty, concerns about some kind of lifestyle and ideological preferences came to the fore in the divergence.

Until June 2015, the resistance of the forces around the HDP against fascism, against reaction was on a rising line. HDP also marched at the very beginning and at the front of this rising line of resistance. However, after June 2015, especially after the process of dialogue between the state and PKK was closed, that is, after the June 7 elections, more concretely, after the July 20 Suruç Massacre, the October 10 Ankara Massacre and the attack on the self-governance resistances in North Kurdistan, we see that there has been a regression in the resistance line of the HDP. This regression has widened the distance between the HDP and the masses that voted for it. This is one side. On the other hand, the state’s policy of terror through arrests, raids, trustees to municipalities and, as in the case of Deniz Poyraz, murders, has played a weakening role in the HDP’s resistance. We need to think about renewing the HDP’s relationship with the masses, its style of politics and reviving its resistance traditions.

We also need to think in terms of electoral politics. We need to realize that the HDP’s (in the name of Green Left Party) electoral politics, especially the politics of alliances it has developed, carries important problems. The first of these problems is that the relationship between the HDP’s founding forces and the Kurdish national liberation movement is problematic. We should at least think of this problem in terms of dialogue, consensus, discussion, exchange of views, collectivism and the functioning of institutions between the closest friends of struggle. Secondly, we should think about the relationship with other parties during the Labor and Freedom Alliance process. The impositions from legalist, parliamentarist parties were accepted and submitted to.

If HDP had campaigned around its own presidential candidate in the first round, how would it have affected the outcome of the presidential and parliamentary elections? At least it can easily be said that it would have favored the HDP (Green Left Party) in the parliamentary elections. Because HDP would have emerged as an assertive party. There would have been the fascist front, the People’s Alliance on one side, the restorationist front, the Nation Alliance on the other, and the Labor and Freedom Alliance would have emerged as the third front with its own candidate. It would have presented itself as an alternative to these two fronts and this would have been a much more ambitious campaign. The indecision to field its own candidate in the first round, and then the refraining from doing so, both directed some HDP votes to the CHP and undermined the party’s claim. In terms of the presidential elections, the HDP’s contribution, power and role would emerge in a measurable way, and that its political influence, initiative and political weight would grow. But such a path was not taken, and this was politically incorrect, inaccurate and would have had consequences. Today’s results are obvious.

Since the 2017 referendum and the efforts to give a legal framework to the fascist chief regime, bourgeois politics has been completely divided in two. The last electoral process aggravated this even more. The restorationists have concentrated more on their goal of what they call a “strengthened parliamentary system”. The other side was solidified on maintaining the fascist chiefdom regime. This division is unlikely to disappear in the short term. For this division to disappear, these political parties need to change their basic views. The conflict between these two sections of the bourgeoisie will continue. There is also a division in the bourgeois class ranks in terms of sociology.

For the revolutionary movement, this creates both opportunities and risks. It is a good thing that the bourgeoisie is in such a state of internal conflict and rift, but this situation also increases the possibility of manipulating the masses. On the other hand, it solidifies and polarizes society around two bourgeois cliques. This makes the work of revolutionaries and progressive forces more difficult. We need to think anew, more comprehensively, more deeply about the struggle against political Islamism, Turkish nationalism, and how to unite these struggles with the urgent demands of the laborers, the working class. Because the essence of political struggle is to win the masses. Therefore, the fundamental problem of our progressive, revolutionary, socialist forces, the forces of united struggle, is how to win the masses.

Based on the data revealed by the election, it is necessary to once again analyze the situation of the masses, the way we relate to the masses and our politics, to review the situation here with a revolutionary critique, to win the masses and strengthen our mass relations, to think broadly and deeply about the problems of the spread of working-class left organizations among the masses, etc. It is also necessary to review the problems that arise in alliance relations and the way they are solved, to find methods and styles that will take the struggle forward, and to decommission those that do not work.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *