18 mai 2024

Etats-Unis : le syndicat UAW engrange une victoire historique chez Volkswagen

Vendredi 25 avril 2024, près des trois quarts des salariés de l’usine Volkswagen de Chattanooga (Tennessee) ont choisi de s’affilier au syndicat combatif UAW. (George Walker IV/AP/SIPA)

La troisième tentative aura été la bonne. Après deux essais infructueux en 2014 et 2019, 73 % des 5.500 salariés de l’usine Volkswagen de Chattanooga (Tennessee) ont choisi de s’affilier à un syndicat, selon les chiffres diffusés par le constructeur, vendredi à l’issue du vote. « Les travailleurs de Volkswagen sont entrés dans l’histoire ! » a réagi l’UAW sur le réseau X.

L’événement est, de fait, historique : les constructeurs automobiles étrangers, quand ils se sont implantés aux États-Unis, ont choisi majoritairement des États peu ouverts aux syndicats, dans le sud-est du pays. Et l’UAW n’avait jusqu’ici réussi à entrer dans aucune de ces usines du sud. Avec ce vote, Volkswagen va désormais devoir négocier un contrat social avec les représentants de ses salariés.

Opel / Stellantis: Carlos Tavares fait marche arrière !

C’est un grand succès que Stellantis doive d’abord abandonner en grande partie ces plans. Après tout, Stellantis est le quatrième plus grand groupe automobile au monde et son patron Carlos Tavares a la réputation d’être un “assainisseur” dur. Tavares a fait un mauvais calcul et n’a pas compté sur la résistance et la solidarité qui se sont immédiatement développées au-delà des frontières du groupe et des pays.

Manifestations pour l’emploi devant des usines de Renault et Stellantis

Des salariés de Siedoubs (filiale de Faurecia, sous-traitant automobile) ont débrayé le travail vers 9h30 et sont venus à 25 à peu près”, a indiqué Anthony Rué, délégué syndical CGT
“Dans les années à venir, il va y avoir des dizaines de milliers de suppression d’emplois en France dans le secteur automobile donc on pense que le monde du travail doit se défendre