18 mai 2024

Etats-Unis : le syndicat UAW engrange une victoire historique chez Volkswagen

Vendredi 25 avril 2024, près des trois quarts des salariés de l’usine Volkswagen de Chattanooga (Tennessee) ont choisi de s’affilier au syndicat combatif UAW. (George Walker IV/AP/SIPA)

La troisième tentative aura été la bonne. Après deux essais infructueux en 2014 et 2019, 73 % des 5.500 salariés de l’usine Volkswagen de Chattanooga (Tennessee) ont choisi de s’affilier à un syndicat, selon les chiffres diffusés par le constructeur, vendredi à l’issue du vote. « Les travailleurs de Volkswagen sont entrés dans l’histoire ! » a réagi l’UAW sur le réseau X.

L’événement est, de fait, historique : les constructeurs automobiles étrangers, quand ils se sont implantés aux États-Unis, ont choisi majoritairement des États peu ouverts aux syndicats, dans le sud-est du pays. Et l’UAW n’avait jusqu’ici réussi à entrer dans aucune de ces usines du sud. Avec ce vote, Volkswagen va désormais devoir négocier un contrat social avec les représentants de ses salariés.

Intérêts privés, intérêt public…

 En France règne le capitalisme monopoliste d’État dans le cadre

de la production internationalisée : les monopoles internationaux

d’origine française ou domiciliés ici se sont complètement subordon-

nés l’État ; leurs organes de direction ont fusionnés avec ceux de

l’État et ils ont érigé leur dictature sur tous les secteurs de la société.

Opel / Stellantis: Carlos Tavares fait marche arrière !

C’est un grand succès que Stellantis doive d’abord abandonner en grande partie ces plans. Après tout, Stellantis est le quatrième plus grand groupe automobile au monde et son patron Carlos Tavares a la réputation d’être un “assainisseur” dur. Tavares a fait un mauvais calcul et n’a pas compté sur la résistance et la solidarité qui se sont immédiatement développées au-delà des frontières du groupe et des pays.

Mouvements ouvrier et écologique: tous ensemble contre la destruction de l’environnement naturel, de notre santé et de nos emplois

Dans le monde entier, les travailleur-se-s du secteur automobile luttent pour leurs droits et contre des licenciements massifs, contre des fermetures d’usines et contre l’exploitation accrue. C’est le cas pour la grève générale des syndicats de la base du 11 octobre en Italie, pour les grèves dans la construction mécanique en Afrique du Sud, pour la lutte des travailleurs de GM São Caetano do Sul au Brésil, contre la fermeture d’Opel Eisenach en Allemagne, chez GM à Silao, au Mexique, en Inde, aux Philippines, et pour bien d’autres mouvements dans le monde entier.

Automobile, la classe ouvrière se réorganise au niveau internationale : La lutte au delà des frontières se prépare !

Fin septembre, les ouvriers du groupe automobile Stellantis, sorti de la fusion récente de PSA/France et Opel/Allemagne a annoncé le transfert de la production du site Eisenach en Allemagne à Sochaux, l’annonce camouflée de la fermeture du site Opel/Eisenach ! Les camarades d’Eisenach alertent et la CGT Sochaux – s’opposant très justement à tout social-chauvinisme – s’active pour la solidarité et à l’unité internationale des travailleurs. Ci-dessous son appel.