Mouvements ouvrier et écologique: tous ensemble contre la destruction de l’environnement naturel, de notre santé et de nos emplois

Journée internationale de lutte pour l’environnement le 6 novembre 2021: Mouvements ouvrier et écologique: tous ensemble contre la destruction de l’environnement naturel, de notre santé et de nos emplois

Après presque deux ans de la pandémie de Covid-19 qui a exacerbé la crise mondiale économique et financière, nous savons combien il est important d’éviter une crise sanitaire – en complément, ce qui a beaucoup à voir avec l’environnement.

Download PDF

Alors que le capitalisme et son aspect prédateur continuent de polluer nos eaux et notre atmosphère dans le monde entier, les gouvernements accélèrent ce processus de destruction, comme le gouvernement fasciste de Bolsonaro au Brésil. Ils mènent des politiques criminelles contre l’environnement. Ils jouent un rôle dans la défense des bûcherons, des accapareurs de terres et des paysans dans les opérations de déforestation, les incendies et l’invasion des terres indigènes. C’est pourquoi, au Brésil, nous avons assisté à l’embrasement de l’Amazonie, à l’avancée sans limite de l’utilisation de pesticides, à des catastrophes environnementales et à la violence croissante à l’encontre des populations forestières telles que les peuples indigènes, les quilombos et les travailleurs agricoles. Ce qui a provoqué une résistance farouche surtout des peuples indigènes pour la défense de leurs terres et de leur culture.

Selon une étude de Global Land Analysis and Discovery (GLAD) à l’université de Maryland aux États-Unis, les avertissements contre la déforestation en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud ont augmenté respectivement de 150 %, 95% et 40 % entre février et juin 2020 par rapport à la moyenne de 2017 à 2019.

Nous, les travailleurs du secteur automobile, sommes conscients de la part considérable de l’industrie automobile à la pollution mondiale grave. Nous luttons pour que la production de voitures ne nuise plus à l’environnement. Nous nous opposons toutefois résolument au “greenwashing” des groupes automobiles, qui dissimulent leur recherche de profits maximums sous le couvert de la conversion à l’électromobilité.

Lors de cette journée de lutte pour l’environnement, nous voulons affirmer que nous ne nous n’engageons pas seulement pour nous-mêmes, ce qui est indispensable, mais aussi pour les générations à venir, afin de protéger notre environnement et à préserver les droits de l’homme et la santé.

Pendant la crise du coronavirus aussi, le 24 septembre 2021, le mouvement « Fridays for future » a réalisé une « journée mondiale de grève pour le climat », où des travailleur-se-s et des militant-e-s de la Coordination internationale des travailleurs de l’automobile ont aussi participé.

Dans le monde entier, les travailleur-se-s du secteur automobile luttent pour leurs droits et contre des licenciements massifs, contre des fermetures d’usines et contre l’exploitation accrue. C’est le cas pour la grève générale des syndicats de la base du 11 octobre en Italie, pour les grèves dans la construction mécanique en Afrique du Sud, pour la lutte des travailleurs de GM São Caetano do Sul au Brésil, contre la fermeture d’Opel Eisenach en Allemagne, chez GM à Silao, au Mexique, en Inde, aux Philippines, et pour bien d’autres mouvements dans le monde entier.

L’unité des mouvements travailleur et écologique est un sujet important de notre Programme de lutte adopté par la 2e Conférence internationale des travailleurs de l’automobile en février 2020.

Cette unité, qui est le résultat des discussions dans les mouvements travailleur et écologique, devient aussi de plus en plus réelle. Ainsi, les travailleurs de Bosch à Munich ont très consciemment manifesté ensemble avec le mouvement écologique pour la préservation de l’usine et pour une production plus respectueuse de l’environnement. C’est ça qui a de l’avenir !

Dans notre Programme de lutte, nous défendons l’importance du renforcement de «l’unité des mouvements écologique et travailleur dans la lutte contre la destruction de l’environnement naturel et contre la dégradation de la santé ! Nous ne voulons pas nous décider entre l’emploi et la protection de l’environnement – nous réclamons les deux ! Ce n’est pas le respect de l’environnement qui est responsable de la suppression d’emplois, mais la soif de profit des groupes multinationaux ! »

Nous appelons à renforcer les mouvements écologique et travailleur contre l’économie capitaliste de profit qui sape notre dignité et tout progrès social.

Mouvements écologique et travailleur – ensemble contre l’économie de profit qui détruit l’environnement !

Pour la protection de l’environnement naturel et pour la protection de la santé humaine !

Pour la semaine de 30 heures avec compensation de salaire intégrale !

Vive la solidarité internationale !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.