15 juin 2024

Etats-Unis : le syndicat UAW engrange une victoire historique chez Volkswagen

Vendredi 25 avril 2024, près des trois quarts des salariés de l’usine Volkswagen de Chattanooga (Tennessee) ont choisi de s’affilier au syndicat combatif UAW. (George Walker IV/AP/SIPA)

La troisième tentative aura été la bonne. Après deux essais infructueux en 2014 et 2019, 73 % des 5.500 salariés de l’usine Volkswagen de Chattanooga (Tennessee) ont choisi de s’affilier à un syndicat, selon les chiffres diffusés par le constructeur, vendredi à l’issue du vote. « Les travailleurs de Volkswagen sont entrés dans l’histoire ! » a réagi l’UAW sur le réseau X.

L’événement est, de fait, historique : les constructeurs automobiles étrangers, quand ils se sont implantés aux États-Unis, ont choisi majoritairement des États peu ouverts aux syndicats, dans le sud-est du pays. Et l’UAW n’avait jusqu’ici réussi à entrer dans aucune de ces usines du sud. Avec ce vote, Volkswagen va désormais devoir négocier un contrat social avec les représentants de ses salariés.

Dans une plainte adressée au ministère américain du Travail, l’UAW s’est plaint que des employés de Volkswagen à Chattanooga, qui avaient parlé du syndicat, avaient été « harcelés et menacés».
Ce succès est certainement aussi le fruit du succès de la grève de l’UAW chez les « 3 grands » (GM, Stellantis et Ford) à la fin de l’automne 2023. L’éveil de la conscience de classe des travailleurs aux États-Unis s’est manifesté et se manifeste encore aujourd’hui. Avec l’actuel vote, l’UAW a obtenu une première percée, dans une des usines des monopoles automobiles allemands.
Il s’agit en même temps d’une réponse des travailleurs au fait que les monopoles du monde entier jouent les usines et les sites les uns contre les autres.

Le militant syndical combatif de longue date Frank Hammer qui a récemment participé au webinaire du Front uni analyse ce succès comme suit :
« Chez nous, les travailleurs doivent choisir activement de se syndiquer, il faut qu’ au moins un tiers du personnel signe une carte. Puis, une loi fédérale stipule qu’un vote à bulletin secret doit être organisé de l’ensemble du personnel, et que plus de 50 pour cent des employés doivent voter pour le syndicat. Ce n’est qu’alors que le syndicat peut représenter les travailleurs. Chez VW, 83 pour cent ont participé au vote et 73 % ont voté pour le syndicat. C’est du jamais vu !
Plusieurs facteurs ont conduit à ce succès :

  • Il y a un regain général de lutte des travailleurs, surtout après le succès de la grève
    de 6 semaines contre les « 3 grands ».        
  • La rébellion au sein du syndicat UAW contre l’ancienne direction corrompue a renforcé les forces combatives
  • La conscience pour soi des travailleurs s’est accrue, de sorte que la nouvelle direction de l’UAW doit parler de la lutte des classes et que la classe ouvrière va gagner. 

Lors de la campagne pour le vote, le syndicat n’a pas misé sur des fonctionnaires syndicaux de l’extérieur comme jusqu’à présent, mais sur l’auto-organisation des travailleurs dans l’usine.
Ce succès va bien au-delà de VW, c’est une percée dans le sud des États-Unis, particulièrement hostile aux syndicats, où se trouvent toutes les nouvelles usines automobiles. Après le succès de la grève chez les « 3 Grands » les multinationales du Sud avaient rapidement augmenté les salaires, en vain ! La prochaine étape est le vote chez Mercedes à Tuscaloosa en mai. Si la vague continue ainsi, UAW pourrait doubler son nombre d’adhérents pour atteindre 300.000 ».

Voilà ce qu’en dit Frank Hammer. La coopération internationale des syndicats a encore une marge de progression. Lors de la conférence du « Labor Notes », le week-end dernier, un représentant de la Coordination internationale des travailleurs de l’automobile (CITA) a présenté un message de salutations de collègues de VW en Allemagne et il a reçu une ovation debout. Les camarades de Mercedes ont contacté la Coordination des travailleurs de l’automobile pour obtenir le soutien de Allemagne pour leur campagne de mai.

Fin novembre 2025, l’Inde accueillera la troisième conférence internationale des travailleurs de l’automobile. Cette conférence invitera l’UAW à y rendre compte de ses luttes et de ses succès, auxquels la communauté internationale a contribué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *