Un grand nom de notre classe

Originaire de Comine dans le Nord de la France Martha naquit le 18 octobre 1897. Sixième enfant d’une grande famille. Très vite, elle fût exposée aux débats ouvriers — cette classe qui montait en puissance dans une régions connaissant un tissu industriel de masse (Charbon, textile, sidérurgie…). Suite à la mort tragique de son père, la famille Desrumeaux se retrouve plongée dans la misère. Âgée de 9 ans, la petite Martha quitte sa scolarité pour se retrouver bonne à tout faire  dans une famille bourgeoise de Lille.

Lire la suite

APPEL AU PEUPLE IL Y A 151 ANS, LA COMMUNE DE PARIS ETAIT PROCLAMÉE !

IL Y A UNE ALTERNATIVE AU CAPITALISME COMME LE PEUPLE DE PARIS L’A MONTRÉ IL Y A 150 ANS. La Commune de Paris a été la première expérience de gouvernement ouvrier. Le peuple a imposé sa politique à la bourgeoisie – mettant fin à la dictature d’une minorité, créant une vraie démocratie directe et populaire pour la grande majorité. Un gouvernement populaire, par le peuple, pour le peuple, contre les ennemis du peuple!

Lire la suite

Il y a 151 ans – la Commune de Paris est proclamée !

En ses 72 jours d’existence, du 18 mars au 28 mai 1871, la Commune de Paris réalisa au profit du peuple ce qu’aucun gouvernement bourgeois ne voulait ni ne pouvait faire. Le prolétariat au pouvoir (femmes et hommes, ouvriers, employés et petits artisans) a changé la vie des 400 000 parisiens.

Lire la suite

Le socialisme et la guerre

Presque tout le monde reconnaît que la guerre actuelle est une guerre impérialiste, mais le plus souvent on déforme cette notion, ou bien on l’applique unilatéralement, ou bien on insinue que cette guerre pourrait avoir une portée progressiste bourgeoise, de libération nationale. L’impérialisme est le degré supérieur du développement du capitalisme, que celui ci n’a atteint qu’au XX° siècle. Le capitalisme se sent désormais à l’étroit dans les vieux Etats nationaux sans la formation desquels il n’aurait pu renverser le régime féodal…

Lire la suite

9 février 1934 : résistance antifasciste dans l’Est parisien

Après la manifestation antiparlementaire du 6 février 1934, conduite par les ligues d’extrême-droite, un vaste front antifasciste se construit partout en France. Le 9 février, le Parti communiste appelle à manifester en masse place de la République, réclamant notamment l’arrestation du préfet de police Jean Chiappe et la dissolution des ligues fascistes. Des affrontements violents opposent flics et manifestants : plusieurs ouvriers sont abattus, des centaines sont blessés.

Lire la suite