2 mars 2024

Appel à une journée de mobilisation contre les guerres du capital

Dans une phase historique où les contradictions du capitalisme mondial s’exacerbent, de l’Ukraine à la Palestine, du Soudan au Congo, les États impérialistes ont de plus en plus souvent recours à la guerre et aux massacres de populations. De cette manière, ils veulent « résoudre » par la force les conflits d’intérêts entre leurs monopoles capitalistes ou renouveler leur domination coloniale et néocoloniale sur les peuples opprimés.
Les travailleurs, les prolétaires, appelés à se massacrer les uns les autres pour décider qui les exploitera, doivent déclarer la guerre aux guerres du capital et s’organiser pour renverser la domination capitaliste sur le monde.

Déclaration commune de la résistance palestinienne

Avec fierté et honneur, les participants ont salué la résistance héroïque de notre peuple dans les territoires occupés, en particulier la résistance légendaire de notre peuple dans la bande de Gaza, où nos enfants, nos femmes et tout notre peuple, la poitrine nue, font face aux actes brutaux de l’ennemi “israélien”, qui a ciblé les abris pour les personnes déplacées, les maisons, les mosquées, les églises, les écoles, les hôpitaux, Ces actes s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre d’une politique génocidaire et de terre brûlée à l’encontre de notre peuple inébranlable, qui a fermement contrecarré le projet de déplacement massif vers les voisins arabes, afin de vider la bande de Gaza de ses habitants et de l’annexer à l’État d’occupation et d’assassinat collectif.  Ce plan vise très clairement à mettre fin à la cause nationale palestinienne et à liquider les droits nationaux légitimes de notre peuple, en déterminant le destin, en établissant l’État palestinien indépendant avec Al-Qods comme capitale, et en garantissant le droit au retour des réfugiés de notre peuple dans leurs maisons et leurs propriétés, conformément à la résolution 194, contrairement à l’annexion des territoires occupés lors de la guerre d’agression de 1967 et à l’établissement du “grand Israël” au détriment de notre projet national, de l’identité de notre peuple et de son droit à la souveraineté sur sa terre et à l’établissement de son État indépendant avec Al-Qods pour capitale.

Déclaration de l’ICOR: solidarité mondiale avec la lutte de libération palestinienne !

L’ICOR condamne fermement et avec dégoût la déclaration de la loi martiale, les bombardements brutaux, le blocus total de la bande de Gaza et l’utilisation de troupes terrestres par le gouvernement sioniste-fasciste israélien de Netanyahu.

L’État sioniste Israël a eu recours à une cruauté effrénée, en déclarant l’état d’urgence et la guerre afin d’accélérer les massacres de la population palestinienne dans la bande de Gaza, de la Cisjordanie au Liban, et d’étendre son occupation coloniale, contraire au droit international, qui dure depuis des décennies.

Avec l’offensive terrestre d’Israël, la guerre à Gaza atteint une nouvelle étape. 25 137 personnes, dont les deux tiers d’enfants ou de femmes, sont mortes jusqu’à fin décembre 2023 sous la pluie des bombes et des obus israéliens, 7 000 disparus, 55 000 blessés et 1,5 million de personnes ont été contraintes de fuir. L’agression sioniste d’Israël se transforme en génocide de civils innocents. Cessez-le-feu immédiat à cette guerre sanglante !

Palestine : les derniers vers du poète

Refaat Alareer (en arabe : رفعت العرعير) est né le 23 septembre 1979 à Gaza où il est
mort le 6 décembre 2023. C’est un écrivain, poète, professeur et activiste palestinien
de la bande de Gaza. Il enseigne la littérature et cofonde l’organisation We Are Not
Numbers, qui met en relation des auteurs expérimentés avec de jeunes écrivains de
Gaza.

ICOR et la Palestine

Des amis, des lecteurs, des camarades nous ont interpellé à plusieurs reprises sur l’absence de Résolution de l’ICOR sur la guerre actuelle menée en Palestine. On les comprend, mais il nous fallait avant lancer le débat sur un évènement qui divisait beaucoup les camarades. Voilà nous

Soumettons à la discussion de tous (à l’intérieur comme à l’extérieur de l’ICOR) et au sein du mouvement révolutionnaire et ouvrier, le débat. (la rédaction du site)

Israel, un soutien bourgeois

Il peut exister parfois un « antisémitisme de gauche » qui tend à faire de la cause palestinienne la mère de toutes les causes et assimile ainsi n’importe quel juif à un potentiel colon israélien. Cette confusion entre judaïsme et sionisme peut se dissimuler dans certaines idées et peut créer le trouble dans certains débats et discours à gauche. Les peuples qui souffrent, le capitalisme en créer pleins : Kurdes, Ouighours, amérindiens, sahraouis, yéménites, ukrainiens, arméniens, soudanais….