28 mai 2024

Écocide sous nos yeux à Gaza

« La destruction de la terre est une pratique génocidaire systématique »
Des champs retournés, des arbres déracinés, une terre contaminée au phosphore blanc : à Gaza, l’environnement est la victime silencieuse de la guerre. À la place des vergers, des plages de sable et des champs de fraise, qui faisaient la fierté des Gazaouis, se dresse un paysage dystopique fait de bases militaires, de cratères et de ruines. « Nous vivons actuellement une catastrophe environnementale qui engendrera d’autres catastrophes à l’avenir », dit Samar Abou Saffia, activiste écologiste gazaouie.

Ses notes vocales, envoyées par WhatsApp à Reporterre, brossent un portrait sombre de la situation sur place. « Plus de 80 000 tonnes de bombes israéliennes n’ont épargné ni les champs, ni les oliviers, ni les citronniers. Ces destructions environnementales accompagnent les massacres et le génocide, dit celle qui vit maintenant sous une tente à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. Lorsque les chars d’assaut pénètrent sur nos terres, ils en détruisent également la fertilité. »

Manifestation européenne à Bruxelles pour la Palestine: Une délégation de l’ICOR était sur place

40.000 réclament à Bruxelles : “Free, free, Palestine !” Composées de camarades de France et d’Allemagne, une délégation de l’ICOR a participé dimanche 19 mai à une manifestation internationale combative et sonore d’environ 40.000 participants. Elle a eu lieu dans le cadre de la commémoration de la Nakba de 1949 (expulsion) et en solidarité avec la lutte de libération de la Palestine. De très nombreux jeunes de Belgique, du Luxembourg, de France, des Pays-Bas, d’Allemagne et d’Irlande et de nombreux autres de différentes nationalités, ont marqué la manifestation. De nombreux drapeaux palestiniens et pancartes de protestation dénonçaient le génocide commis par Israël. “Free free Palestine”, “One Solution – Revolution”, “One two Three Four – Occupation NO MORE ; five, six, seven, eight – État d’apartheid israélien ; nine and ten – Revolution” – étaient des mots d’ordre souvent criés. Avec des “hotspots ” (interventions au microphone, diffusion de tracts, vente de brochures) à des endroits différents, on a présenté ICOR et ses activités :”Soutien et renforcement des mouvements démocratiques et mouvements laïques dans la lutte de libération du peuple palestinien. » Le micro ouvert était disponible pour des interventions, slogans et chansons. L’ICOR a été représentée à des milliers de personnes, des contacts ont été échangés.

Prolétaire debout no. 34, mai 2024

Journée mondiale de la Nakba (catastrophe) : Cessez-le-feu immédiat ! A bas la colonisation ! Liberté pour le peuple palestinien ! A côté du génocide à Gaza (39 000 morts, 250 humanitaires tués, la famine organisée), le mouvement réactionnaire des colons sionistes
a poursuivi sans relâche l’expulsion de la population palestinienne de Cisjordanie, avec le soutien armé total du régime Netanyahu. Les
villages palestiniens disparaissent les uns après les autres de la carte. Les agriculteurs, les bergers et de nombreuses autres personnes
sont dépossédés de leurs maisons, de leurs terres, chassés ou tués. Des camps de réfugiés sont attaqués et plus de 500 Palestiniens, dont beaucoup de jeunes, ont été assassinés de sang froid en Cisjordanie au cours des derniers
mois.

Interventions Webinaire Front Uni international le 7 avril 2024: “Regard sur le monde”

Voici quelques interventions écrites faites lors de la dernière vidéo conférence (Webinaire) du Front Uni international le 7 avril 2024: “Regard sur le monde”. et perspectives pour l’année 2024.
Le Front Uni appelait l’année dernière lors de sa création à relier celle-ci au débat sur la stratégie concernant la manière dont il faut lutter pour une société libérée de l’exploitation et de l’oppression. La recherche d’une alternative sociale est en nette augmentation parmi les masses populaires. Nous nous opposons à l’anticommunisme de la classe dirigeante qui tente de discréditer aux yeux des masses le socialisme comme alternative à l’impérialisme et à la dictature des monopoles, ainsi que toutes les formes de solidarité, d’esprit communautaire, d’action collective et d’expériences socialistes. Contre l’effet corrosif de l’anticommunisme, les forces du front uni encouragent le travail de persuasion et l’optimisme scientifiquement fondé selon lesquels une société libérée de l’exploitation et de l’oppression est possible. Ce thème doit faire aujourd’hui partie de toute discussion tournée vers l’avenir !

Soutenir et renforcer le mouvement démocratique et laïc dans la lutte de libération du peuple palestinien !

L’ICOR encourage la lutte de libération du peuple palestinien dès sa fondation. Depuis la guerre d’extermination brutale d’Israël sioniste contre les masses palestiniens, surtout dans la bande de Gaza, elle participe activement au mouvement de solidarité dans le monde entier. L’objectif que l’ICOR s’est fixé est de renforcer partout dans les monde les forces démocratiques et socialistes et leur collaboration par delà les frontières. « Aucune lutte ne doit plus rester seule » est une de ligne directrice centrale de son internationalisme prolétarien. Dans cet esprit, l’ICOR encourage en particulier le renforcement des forces révolutionnaires, progressistes et démocratiques laïcs et le débat sur les perspectives sociales de la lutte.

Campagne pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah

L’UPML et la Coordination internationale des organisations révolutionnaires (ICOR) ont encouragé la lutte de libération du peuple palestinien dès leurs fondations. Depuis la dernière guerre d’extermination brutale d’Israël sioniste contre les masses palestiniens, surtout dans la bande de Gaza, elles participent activement au mouvement de solidarité en France et dans le monde entier. L’objectif que l’ICOR, avec ses membres, s’est fixée est de renforcer les forces démocratiques et socialistes et leur collaboration à travers des frontières. « Aucune lutte ne doit plus rester seule » est une ligne directrice centrale de son internationalisme prolétarien. L’ICOR encourage également le débat sur les perspectives socialistes de la lutte.