18 mai 2024

Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

En 1981, des féministes d’Amérique latine et des Caraïbes ont déclaré le 25 novembre Journée de commémoration des victimes des violences faites aux femmes.  Le contexte est l’enlèvement et l’assassinat des sœurs Mirabal en 1960, après plusieurs arrestations précédentes, en République Dominicaine par des militaires du dictateur Rafael Trujillo.  En 1999, l’ONU a proclamé le 25 novembre Journée de commémoration et d’action contre les violences faites aux femmes.     

  “Pensez au peuple de Gaza”.

Manifestation à Paris avec la Palestinienne Maryam Abu Daqqa :
                           “Pensez au peuple de Gaza”.
Malgré plusieurs manifestations le même jour contre l’anéantissement de Gaza par l’Israël sioniste, une centaine de personnes ont assisté à l’événement organisé par Maryam Abu Daqqa, militante palestinienne de longue date, en solidarité avec la lutte de libération palestinienne. Maryam a parlé des conditions innommables à Gaza. Eau, nourriture, médicaments, hôpitaux – tout ce qui est nécessaire à la vie manque. La maison de Maryam à Gaza est également en ruines et elle a perdu de nombreux membres de sa famille dans les attaques de ces dernières années.
Maryam est physiquement épuisée, mais surtout très en colère. Elle porte lourdement le poids de la situation, a parfois les larmes aux yeux : “Quand vous buvez, quand vous mangez, quand vous êtes dans votre lit, pensez aux gens de Gaza”.

Journée internationale de lutte pour le droit à l’avortement

Le 28 septembre est la journée internationale annuelle de lutte pour le droit à l’avortement. En France, cette année encore, quelques milliers de femmes sont descendues dans les rues de plusieurs villes, dont beaucoup de jeunes femmes, pour revendiquer leurs droits de manière combative et bruyante. Les Femmes du Monde en France y ont également participé.

Femmes solidaire de la révolte des jeunes

Nahel, 17 ans, étudiant à Nanterre, a été abattu à bout portant par la police lors d’un contrôle routier et cela devant plusieurs témoins. Ce meurtre fait partie d’une série raciste commise par la police, qui a été légiférée par l’État en 2017 pour lui donner les pleins pouvoirs. Ces dernières années, plusieurs jeunes ont été tués par la police pour “désobéissance aux ordres”. Seulement celui-ci ne pouvait pas être balayé sous le tapis comme les autres. Il a été filmé, démystifiant la “défense” habituelle de la police selon laquelle il s’agissait de légitime défense.

Cette agression policière raciste et fasciste fait partie des nombreuses exécutions extrajudiciaires systématiquement ciblées sur les habitants de la classe ouvrière, souvent jeunes, noirs ou arabes.