Solidarité avec le mouvement des femmes en Russie

22 mai 2022 :

Solidarité avec le mouvement des femmes en Russie – solidarité avec le Parti maoïste russe ! CONTRE LA CENSURE ET LA RÉPRESSION MISOGYNES EN RUSSIE !

Le dimanche 15 mai, l’ICOR a organisé un séminaire international sur la construction du Front unique international anti-impérialiste et antifasciste avec plus de 100 participants de nombreux pays.

Des camarades du RMP Russie ont appelé à cette occasion à une journée d’action le 22 mai 2022 sous le mot d’ordre “Le féminisme n’est pas toxique”. Ci-dessous, leur appel très intéressant :

“CONTRE LA CENSURE ET LA RÉPRESSION MISOGYNES EN RUSSIE !

Après la chute du capitalisme bureaucratique en 1991, le mouvement de masse des femmes en Russie a commencé à se développer progressivement. Cela a été facilité par la disparition des pressions du révisionnisme soviétique et par les échanges culturels importants avec les pays occidentaux. Mais la base la plus importante pour le développement du féminisme russe a été les réformes néolibérales du gouvernement, qui ont gravement affecté la position des femmes dans la société. Le nombre d’emplois féminins a diminué suite à l’effondrement de secteurs entiers de l’économie. Les revenus des femmes ont été affectés par une baisse générale du niveau de vie. Le nombre de femmes impliquées dans la prostitution a augmenté, il y a eu une exportation active de femmes à l’étranger. Dans les années 90, la situation criminelle ne s’est pas améliorée en raison d’un grand banditisme et d’une forte consommation d’alcool. Tout cela a conduit à un niveau constamment élevé de violence contre les femmes. Parallèlement, le gouvernement Eltsine n’a pas mené de politique anti-féministe active.

Une nouvelle étape dans le développement du mouvement féministe de masse a commencé avec la nouvelle montée impérialiste de la Russie et l’arrivée au pouvoir de Poutine. Comme dans tout nouveau pays impérialiste, la Russie a connu à la fois la montée des mouvements de libération et la montée réciproque du fascisme du régime et des changements réactionnaires dans la société. Depuis la fin des années 2000, le gouvernement russe, de plus en plus clérical et antidémocratique, s’engage résolument à limiter l’avortement dans le pays (“une semaine de silence”, consultations avec un psychologue et un prêtre, interdictions soudaines d’avorter pendant une semaine dans certaines régions du pays, discussions sur la nécessité d’adopter les expériences allemandes concernant les articles 218-219 du code pénal allemand).

En 2013, une loi homophobe et lesbophobe contre la “propagande de l’homosexualité” a été adoptée, en vertu de laquelle la communauté LGBT fait l’objet d’une répression.

En 2017, la violence domestique a été légalisée en Russie. Dans le même temps, la rhétorique visant à imposer la naissance d’enfants (dans le cadre du programme de promotion de la natalité, avec des incitations monétaires à avoir des enfants) et l’antiféminisme de la part des représentants du parti au pouvoir “Russie unie”, ainsi que de l’opposition de poche de Poutine représentée par “Le Parti communiste de la Fédération de Russie”, “Le Parti libéral-démocrate de Russie” et “Russie juste”.

Parallèlement, le mouvement des femmes russes s’est activement développé. Si, au début des années 2010, le féminisme russe voyait un grand emprunt aux tendances occidentales dans le mouvement des femmes et une dépendance aux fonds occidentaux pour la mise en œuvre des activités, dans la seconde moitié des années 2010, il a eu massivement recours à des positions féministes radicales qui avaient une base de masse plus forte. Le début de l’année 2019-2020 a été marqué par les premières grandes manifestations de rue de féministes à l’époque où la Douma d’État de la Fédération de Russie envisageait une loi contre la violence domestique (finalement non adoptée). Le mouvement féministe russe se développe également rapidement sur les réseaux sociaux. En même temps, le mouvement est malheureusement toujours décentralisé. Toutes les tentatives de créer une organisation féministe/un parti féministe à l’échelle de la Russie ont jusqu’à présent échoué. Les féministes sont dispersées dans les villes. Dans certaines villes, il y a 2-3 organisations féministes ennemies.

En mai-juin 2021, plusieurs députés de “Russie Unie” (Inga Yumasheva, députée de la Douma d’État de la Fédération de Russie et membre de la commission de la famille, des femmes et des enfants ; Vitaly Milonov, député de la Douma d’État et homme politique homophobe bien connu en Russie) et le président du “Parti communiste de la Fédération de Russie”, Gennady Ziouganov, se sont prononcés en faveur de l’interdiction du féminisme radical en Russie. En outre, Milonov a demandé que les féministes russes soient assimilées à des terroristes et à des néonazis. Le 29 septembre 2021, Andrey Tsyganov, président de la Commission pour la protection des enfants contre les contenus destructeurs sous Roskomnadzor, a proposé de reconnaître le mouvement LGBT, les féministes radicales et le mouvement sans enfants comme extrémistes (c’est-à-dire terroristes et à interdire sur le territoire russe). Enfin, le 29 janvier 2022, lors d’une réunion du Conseil russe des droits de l’homme, Poutine a ordonné à son directeur administratif adjoint, Sergei Kiriyenko, d’envisager la création d’une liste de “contenus toxiques” avant le 1er juin.

Parmi les “contenus toxiques” de l’ordre de Poutine, le féminisme radical, les LGBT, la liberté d’enfants d’une part, et la violence, la bestialité et le refus des vaccins d’autre part, sont assimilés de manière démagogique. Il est également important de noter que les fonctionnaires entendent par féminisme radical tout type de féminisme, car ils ne connaissent aucun courant. Pour eux, tout ce qui nécessite un changement de la position des femmes en Russie est radical. Cette dernière initiative, si elle réussit, affectera sérieusement les droits des femmes et des personnes LGBT en Russie, ce sur quoi mise la bourgeoisie monopoliste et qu’elle encourage par le biais de ses politiciens réactionnaires.

Le féminisme russe reste pour l’instant fragmenté. Le mouvement féministe russe a également été durement touché par la vague d’émigration massive des militantes démocrates du pays après le début de la guerre d’agression contre l’Ukraine. Le mouvement LGBT a été fortement réprimé ces dernières années par la répression. La guerre impérialiste avec l’Ukraine est un prétexte commode pour accélérer le fascisme et les réformes réactionnaires. Le régime de Poutine se dirige rapidement vers une dictature fasciste, une censure totale et une répression de masse.

Le Parti maoïste russe prépare activement une protestation contre l’initiative anti-féministe de la bourgeoisie russe. Nous avons prévu les premières protestations purement russes pour le 22 mai.

Nous essayons d’unifier le mouvement féministe du pays,

nous créons un comité de résistance, nous renforçons l’initiative locale.

Nous essayons d’impliquer dans la lutte toutes les forces démocratiques, des femmes et des jeunes qui sont insultées par l’initiative de censure répressive du pouvoir russe.

Nous

 appelons nos camarades d’ICOR d’autres pays à faire preuve de solidarité internationale et à mener des actions de solidarité le 22 mai 2022 avec notre lutte pour la liberté des femmes en Russie, la lutte pour la démocratie et le socialisme authentique.”

 

UPML/France : Vos messages de solidarité seront transmis en Russie par l’ICOR coordinationint@yahoo.co.uk

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.