27 février 2024

Tunisie : Non au racisme et à la haine

Tunisie le 24 février 2023

Manifeste

Non au racisme et à la haine

Luttons pour les droits des immigrés

Récemment, une vague de racisme et de discrimination raciale s’est intensifiée contre les immigrés, en particulier contre ceux qui sont en provenance d’Afrique subsaharienne, accompagnée de violences verbales et physiques, de sièges et de répressions sécuritaires de manière honteuse.

Cette campagne s’est déclenchée après le discours du président de la République devant le Conseil national de sécurité, qui a lié les immigrés à la violence et à la criminalité, et identifié ce qu’il a appelé des “hordes d’immigrés illégaux” venus en Tunisie “dans le cadre d’un complot criminel qui a commencé depuis le début du siècle et vise à changer la composition démographique de la Tunisie. C’est le discours raciste par excellence.

Face à la gravité de cette campagne raciste contre nos frères et sœurs immigrés, notamment ceux de pays comme le Niger, la République Démocratique du Congo, la Côte d’Ivoire et le Tchad… le Parti Socialiste Watad:

  • Exprime sa ferme condamnation et son rejet de cette campagne réactionnaire et raciste contre nos frères et sœurs immigrés.
  • Affirme que le droit à l’émigration, à la circulation et au voyage est un droit humain universel absolu et que les immigrés ont des droits inaliénables et originels à une vie décente dans la sécurité et la dignité, ils ont le droit au soin au travail et aux études, quel que soit leur statut juridique.
  • Appelle les autorités tunisiennes, dirigées par le chef de l’État et les représentants du gouvernement, à présenter des excuses pour avoir prononcé un discours raciste honteux et à émettre en revanche des instructions, des ordres et des dispositions pour la protection et la sécurité des immigrés.
  • Appelant les citoyennes et les citoyens de notre peuple à adhérer aux valeurs de fraternité humaine et de coexistence, et à considérer les femmes et les hommes immigrés comme nos frères, et à les traiter avec amour humain, fraternité, respect et synergie, et mettre fin à toutes les pratiques racistes cachées et qui sont étrangères à l’histoire de coexistence et de tolérance de notre grand peuple.
  • Souligne que la première et dernière responsabilité de l’aggravation de la crise des migrations et des immigrés en Afrique réside dans les politiques sélectives de l’Union européenne qui facilitent la circulation des marchandises, attirent les meilleurs talents, encouragent la fuite des cerveaux et empêchent la liberté de migration après qu’elle en ait bénéficié de la main-d’œuvre migrante depuis des décennies et adopte désormais l’approche militaro-sécuritaire en fermant les frontières, en bloquant la circulation des migrants dans les pays d’origine et en affectant les gardes navals tunisiens et libyens pour sécuriser les frontières de l’Europe, ainsi que l’expulsion forcée de tous migrants irréguliers.
  • Rappelle que la lutte du mouvement des immigrés sans papiers et pour les droits des immigrés est un mouvement de lutte révolutionnaire contre le capitalisme partout dans le monde.

En conséquence, nous, en tant que parti marxiste-léniniste, affirmons par principe notre implication dans ce mouvement pour défendre les droits des immigrés tunisiens et africains en Europe d’une part, et les droits des immigrés d’Afrique subsaharienne et autres en Tunisie d’autre part.

Dans ce cadre, il appelle tous les camarades, sympathisants et amis du parti à participer à la marche civile de solidarité qui débutera demain à 14 heures devant le Syndicat des Journalistes suivant l’appel du Forum Tunisien des droits économiques et sociaux. Il appelle également à l’organisation et à l’intensification de notre lutte contre le racisme et pour les droits des immigrés.

Le bureau politique

Secrétaire général

Nouri Be-Toumi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *