La débandade impérialiste en Afghanistan

16 août 2021 : après avoir conquis les capitales provinciales de l’Afghanistan, les talibans entrent dans Kaboul, la capitale. Le gouvernement s’enfuit.

Le président US, Biden, a décidé au printemps de retirer ses troupes, signal pour les autres pays impliqués que ces 20 ans d’intervention de l’OTAN se terminaient par un échec cuisant.

La superpuissance US n’a pas subi de défaite militaire. Militairement dominante, elle ne peut  imposer longtemps la politique conforme à ses intérêts géostratégiques et a été obligée de reconnaître son échec. Trop liée aux gouvernements réactionnaires et corrompus, elle-même corrompue, refusant évidemment tout soutien à l’opposition progressiste afghane, elle ne pouvait finalement que laisser le champ libre aux forces réactionnaires et aux seigneurs de la guerre. N’oublions pas Clausewitz : « La guerre, c’est la politique menée par d’autres moyens ». Les aspirations des populations afghanes sont inconciliables avec l’ingérence impérialiste. Leur avenir devra se construire indépendamment de toute force réactionnaire, nationale ou internationale.

L’intervention russe elle aussi illégitime s’était soldée par un échec et des centaines de milliers de morts. Après le départ des soldats russes, les seigneurs de la guerre avaient ruiné le pays en s’affrontant. Une première fois les talibans y avaient mis fin, imposant la violence criminelle de la Charia, contre les femmes, les progressistes etc…

Après les attentats du 11 septembre 2001 à New York qui ont fait plus de 3000 victimes, le président Bush déclenche la guerre en octobre à la tête d’une coalition de l’OTAN dans le but de liquider Al-Quaïda et son chef Oussama Ben Laden, ex agent de la CIA du temps de l’occupation soviétique. Ce sera le seul « exploit » réalisé par les troupes US dans la région.

Les occidentaux installent aussitôt un gouvernement à leur service.

2 400 tués et 20 000 blessés US, 38 000 civils afghans, 45 000 soldats tués et 70 000 blessés, 400 000 déplacés, 455 tués de la Grande Bretagne et 89 soldats français tués plus tard, l’intervention prend fin et les talibans sont accueillis une nouvelle fois en libérateurs et faiseurs de paix par beaucoup. (Cf AFP, TV5 Monde)

Après la guerre des USA au Vietnam, la destruction de l’unité irakienne en 2003 qui a engendré Daesh, tout comme les interventions françaises armées en Lybie et au Sahel, force est de constater l’incapacité des forces impérialistes à améliorer la situation des populations. Elles ne laissent que des ruines derrière elles. Stoppons les massacres !

Pas moins de 6400 milliards auront été dépensés, une toute petite partie par des ONG censées faire oublier l’occupation occidentale en construisant des centres de santé pour tenter tardivement de gagner le cœur des Afghans.

Les talibans promettent de pardonner aux Afghans qui ont servi les forces d’occupation ou les ONG en tant qu’interprètes, cuisiniers etc. Des dizaines de milliers de personnes et leurs familles craignent des représailles et voudraient partir à l’étranger. Dès le début de 2021, ils ont demandé l’asile auprès des autorités françaises. Peu de réponses positives alors qu’il y avait déjà des exécutions par les talibans.

Macron a déclaré avec cynisme : « Nous devons anticiper et nous protéger contre des flux migratoires irréguliers importants ».  « Anticiper » ?  Il est évident que son gouvernement ne l’a pas fait, comme le souligne un groupe d’avocats qui suit ces dossiers depuis des mois. La nécessaire solidarité vis-à-vis de personnes qui ont servi le gouvernement français n’est pas à l’ordre du jour alors que la menace était prévisible. Pourquoi qualifier d’  « irréguliers » ces flux migratoires prévisibles, sinon pour refuser la plus élémentaire solidarité comme vis-à-vis de ceux qui veulent traverser la Méditerranée ?

Macron est en campagne électorale et veut, comme beaucoup d’autres, capter des voix à  la droite, à l’extrême droite et même au courant Valls du PS en reprenant le refrain : « On ne peut pas accueillir toute la misère du monde » comme s’il s’agissait de cela vis-à-vis de quelques milliers d’Afghans.

 

Bienvenue aux employés afghans et à leurs familles, dans la France « terre d’asile ».

Rapatriement des troupes françaises à l’étranger !

A bas tous les impérialismes, US, russe comme français !

Prolétaires et peuples opprimés de tous les pays, unissons-nous !

Avec l’ICOR et l’ILPS, construisons le Front Uni International contre le fascisme et la guerre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.