Combattre l’anti-communisme, A propos de la guerre « Russo-polonaise »

Combattre l’anti-communisme, ou comment on refait l’histoire à la manière d’une émission récente de ARTE.

A propos de la guerre « Russo-polonaise »

Avant la guerre 14-18 la Pologne n’existe plus, elle est partagée entre l’Allemagne et la Russie. Pendant la Guerre l’Allemagne l’occupe entièrement. Après un soulèvement en 1918, l’État polonais regagne son indépendance perdue en 1795 ; toutefois les frontières sont encore en discussion.

Après la défaite Allemande, la Pologne va être intégré dans l’alliance des grandes puissances contre la Russie Soviétique en 1919. Tout ce qui suit se déroule dans une situation de guerre civile (rouges/blancs) et de guerres d’agression impérialistes du  Japon, de la France, de l’Angleterre, etc… contre la Russie soviétique.

Au début de 1919, des combats éclatent incidemment, les forces bolchéviques affrontent les unités militaires polonaises à Vilnius (en Lituanie). Les forces soviétiques, mieux organisées, prennent le dessus, et repoussent les forces polonaises vers l’Ouest

1920, en avril les polonais prennent Kiev en Ukraine (avec le projet d’une grande Pologne); en juillet les bolchos contre-attaques. 12 octobre, nouvelle offensive Polonaise (Pilsudski) soutenu par la France et l’Angleterre (qui envoient 600 officiers dont De Gaulle, Pétain, etc…); ça se conclut par les accords de Paix de Riga.

Les deux États revendiquent la victoire dans ce conflit mais le traité de 1921 se traduit pour la Pologne par des concessions territoriales au regard de la situation frontalière avec l’ex-empire Russe.

Sous la pression de l’opinion publique et de la Société des Nations, la paix de Riga officialise le partage des territoires contestés en Biélorussie et Ukraine entre la Pologne et la Russie.

S’appuyer sur Wikipédia ne peut suffire. L’étude de l’histoire n’est jamais indépendante de la lutte des classes. Les dominants font et interprètent l’histoire. « L’histoire des lapins est écrite par les chasseurs »

Nul « impérialisme » de la part des soviétiques mais 1) de faire peu de concession à la contre-révolution (selon les rapports de force) ; 2) de protéger la révolution russe ; 3) d’élargir cette révolution vers l’ouest et le sud — internationalisme oblige.

Ce n’est qu’en 1922 qu’est fondée l’URSS, donc après bien des batailles.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.