Joe Biden en Asie : Loin de la Russie ? Pas tant que ça !

Article de l’ hebdomadaire « Communistes »

25/05/2022 

Le président américain J. Biden, en visite dimanche à Tokyo après trois jours passés en Corée du sud, a multiplié lundi les mises en garde à la Chine avec le Premier ministre japonais Fumio Kishida, dévoilant également un partenariat commercial destiné à consolider la présence américaine dans l’Asie-Pacifique.

Le Japon et la Corée du sud sont pour les USA la cheville ouvrière du dispositif US contre la Chine. Pour les USA, la Chine est considérée comme un ennemi systémique et le développement de sa puissance économique, militaire et politique en Asie et dans le monde comme celle d’une puissance concurrente, obstacle à leur volonté de rester hégémonique au sein du système impérialiste(1) . La tournée asiatique de J. Biden a donc clairement pour objectif de contrer la poussée de l’influence chinoise en agrégeant à des alliances militaires, la dernière étant l’AUKUS(2), créée en septembre 2021,qui regroupe les USA, l’Australie et le Royaume Uni, des partenariats économiques de nature à concurrencer ceux auxquels participent et/ou promeut la Chine comme l’initiative connue sous le nom de: nouvelle route de soie..

Faisant un parallèle avec la situation en Ukraine, le Président des USA a souligné que ces derniers défendront militairement Taiwan si Pékin envahissait l’île autonome, jugeant que la Chine “flirte avec le danger”. Il a tenu aussi à rappeler que les USA restaient attachés à l’idée d’une seule Chine tout en menaçant cette dernière de lourdes sanctions.

Sur ce point, J. Biden a établi un lien entre les crises, en soulignant la nécessité de sanctions longues et fermes contre la Russie. Dans le cas contraire, a-t-il dit, « quel signal cela enverrait-il à la Chine sur le coût d’une tentative de prise de Taïwan par la force ? »
Au plan économique, lors de sa conférence de presse avec le premier Ministre japonais, J. Biden a également dévoilé un nouveau partenariat économique en Asie-Pacifique regroupant dans un premier temps 13 pays(3) , à l’exception notable de la Chine. Pour les USA, ce partenariat doit dépasser celui d’une simple zone de libre-échange. Le Cadre économique pour l’Indo-Pacifique (Indo-Pacific Economic Framework, IPEF) n’est pas un accord de libre-échange, mais prévoit davantage d’intégration entre ses pays membres dans quatre domaines clé: l’économie numérique, les chaînes d’approvisionnement, les énergies vertes et la lutte contre la corruption.

Cette proposition a été accueillie avec circonspections par les partenaires éventuels qui ont encore en mémoire le retrait des Etats-Unis du Traité de libre-échange transpacifique (TPP) en 2017. D’autre part, la Chine, deuxième puissance économique mondiale, voit son influence grandir dans la région. En 2020, quinze pays d’Asie et du Pacifique ont signé un important accord commercial, promu par la Chine: le Partenariat Régional Économique Global (RCEP) entre les 10 états de l’Asean (Indonésie, Thaïlande, Singapour, Malaisie, Philippines, Vietnam, Birmanie, Cambodge, Laos et Brunei), la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Entré en vigueur le 1er janvier 2022, cet accord a créé de fait la plus grande zone de libre échange au monde. Au premier trimestre, le commerce de la Chine avec les 14 autres membres du RCEP(4) s’est élevé à 2,67 billions de yuans (environ 395 milliards de dollars), en hausse de 22,9 % sur un an et représentant 31,5 % de ses importations et exportations totales au cours de la période.

L’Asie est donc bien l’enjeu majeur du XXIe siècle avec 65% de la population mondiale et 62% de son PIB.

Les USA qui se voient disputés par la Chine leur position de première puissance impérialiste entendent y contrer son développement et son influence avec tous les moyens dont ils disposent. La tournée de J. Biden n’a pas d’autre sens que celui là. Est-on pour autant si loin de la guerre en Ukraine ? Certainement pas! La Chine développe des relations de coopérations avec la Fédération de Russie. Avec l’Inde, elles gardent des relations de coopération avec la Russie et se refusent à appliquer des sanctions. Ces réalités si elles n’ont rien à voir avec des questions idéologiques ont tout à voir avec des intérêts économiques puissants. En effet, la Chine et l’Inde ont besoin pour leur développement de beaucoup d’énergie et elles en disposent de peu, ce qui n’est pas le cas de la Russie. La guerre en Ukraine fournit l’occasion aux USA d’affaiblir durablement la Russie avec comme conséquence de peser sur les relations sino-russes, comme ils ont l’ambition de peser sur les relations de la Russie avec l’autre puissance asiatique qu’est l’Inde.

Le voyage de J. Biden, comme l’attention portée par les USA sur l’Asie sont le témoignage de l’intensité des affrontements au sein de l’impérialisme dans cette région du monde.

(1) https://www.sitecommunistes.org/index.php/monde/monde/1460-le-centre-des-affrontements-au-sein-de-l-imperialisme-se-deplace-vers-la-zone-asie-pacifique
(2) AUKUS alliance militaire comprenant l’Australie, le Royaume Uni et les USA
(3) 13 pays représentant 40 % du Produit intérieur brut mondial : les USA, Australie, Brunei, l’Inde, l’Indonésie, le Japon, la Corée du Sud, la Malaisie, la Nouvelle-Zélande, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam.
(4) https://www.sitecommunistes.org/index.php/monde/asie/1152-asie-une-nouvelle-union-de-libre-echange-capitaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.