14 juillet 2024

DÉCLARATION DU MLP (RUSSIE) SUR LA SITUATION MONDIALE, LA GUERRE EN UKRAINE ET LA MENACE DE GUERRE NUCLÉAIRE

Nous sommes actuellement témoins d’événements historiques. L’impérialisme entre dans la dernière et ultime étape de sa dégradation. Il reste encore un long chemin à parcourir avant la victoire de la Révolution, mais son aube se rapproche.

En Ukraine, nous assistons à un affrontement sanglant entre deux blocs impérialistes : l’impérialisme américain et européen de l’OTAN et le bloc impérialiste russo-chinois.

Contrairement aux arguments de certains soi-disant “gauchistes” sur le caractère progressiste de l’une ou l’autre force – nous avons insisté et continuons d’insister sur le fait qu’aucun des deux camps dans ce conflit ne peut être soutenu non seulement par les vrais communistes, mais par toutes les personnes honnêtes.

Ainsi, une dictature fasciste néocoloniale de facto, semblable aux régimes d’Uribe en Colombie ou de Duterte aux Philippines, est désormais établie en Ukraine. Il s’agit d’un régime pseudo-démocratique, qui se distingue des dictatures classiques par le fait que sa plus haute autorité politique est formellement remplaçable. Mais ni le président ni le parlement n’ont de pouvoir dans un tel système, même selon les notions bourgeoises. Tout le pouvoir réel appartient à l’ambassadeur des États-Unis, aux différents responsables des organisations internationales sous l’égide de l’ONU, aux sociétés transnationales et aux oligarques locaux.

C’est exactement le type de régime essentiellement périphérique, “latino-américain”, qui est maintenant établi en Ukraine.

La mobilisation totale de centaines de milliers de personnes dans l’armée d’État, la censure militaire, la violence de rue et sexuelle endémique, la légalisation et l’armement de bandes criminelles aux frais de l’État sous couvert de “défense territoriale”, la répression de tous ceux qui ne sont pas d’accord avec les politiques oligarchiques – voilà l’essence du régime du président Zelensky.

L’armée ukrainienne commet des actes terroristes sur le territoire d’autres pays et se livre à un génocide contre des civils – tout cela sous le commandement des conseillers militaires de l’OTAN.

 

Russie. Néanmoins, le régime dégoûtant du président Poutine n’est pas non plus le meilleur. Sous couvert de “valeurs traditionnelles”, une dictature russe néo-conservatrice qui encourage l’ignorance, la passivité, le cynisme, la cupidité, l’avarice et le racisme est condamnée. Au cours de ses trente années d’existence, elle n’a jamais été aussi proche de la faillite idéologique et politique totale.

Les défaites de l’armée russe à Balakleya et Krasny Liman, la destruction des gazoducs russes, les frappes sur le pont de Crimée et d’autres installations importantes en Russie, la mobilisation “partielle” et la fuite de centaines de milliers de personnes hors du pays – tout cela rapproche la mort du régime russe.

Le mouvement d’opposition dans le pays s’élargit chaque jour. Chaque jour, nous recevons des rapports faisant état d’incendies de commissariats militaires, d’attaques contre des bâtiments gouvernementaux, contre les bureaux du parti au pouvoir, Russie Unie. Nous voyons un grand nombre d’actions différentes contre l’État et le capital. Les symboles des “opérations spéciales” (bannières, panneaux d’affichage, voitures portant les lettres Z), les rails sur lesquels se trouvent des lignes militaires et le matériel roulant avec des équipements militaires sont systématiquement détruits.

En bref, partout nous voyons une résistance au régime actuel.

Malgré cela, les autorités restent extrêmement fortes. La répression de la gauche et des communistes en particulier s’est considérablement intensifiée. Des dizaines de nos camarades ont été emprisonnés ou forcés d’émigrer. Certains poursuivent leurs activités depuis l’étranger.

La mobilisation “partielle” a déclenché une protestation massive de la majorité des travailleurs, sur les épaules desquels les autorités veulent faire porter tout le poids de leurs propres erreurs de calcul.

Nous nous trouvons maintenant dans une situation dangereuse où le régime du président Poutine tente de se sauver d’un destin imminent en prenant des mesures douteuses et dangereuses pour y parvenir.

Dans les circonstances actuelles, même une guerre nucléaire ne peut être exclue, d’autant plus que non seulement certaines figures du régime russe l’appellent de leurs vœux, mais aussi le président ukrainien Zelensky.

L’effondrement de l’impérialisme russe entraînera inévitablement un changement de pouvoir en Russie. La question se pose : qui pourra en profiter ?

Pour l’instant, les prétendants les plus évidents au pouvoir après la chute de Poutine sont les démocrates libéraux russes. Ce sont eux qui pourraient fournir une concurrence dangereuse à la gauche.

Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour renforcer les liens internes de notre parti, accroître notre propagande et faire en sorte que davantage de personnes rejoignent nos rangs : ce n’est qu’ainsi que nous pourrons émerger plus tard comme une force beaucoup plus redoutable.

Nous devons nous rappeler que nos ennemis ne sont pas seulement Poutine, mais aussi les libéraux bourgeois russes, les nationalistes russes et ukrainiens, les fonctionnaires et les conseillers militaires de l’OTAN et de l’UE.

La lutte contre le fascisme et la guerre, contre le pouvoir du capital, contre toutes les formes d’opportunisme et de nationalisme, contre le pouvoir des militaires et des riches, doit être étendue.

Le nationalisme est l’ennemi des travailleurs et les militaires sont les meilleurs amis des riches.

L’Ukraine et la Russie sont très différentes, mais en fait, dialectiquement, elles sont incroyablement similaires. Dans les deux cas, nous voyons un gouvernement oligarchique engendré aux dépens des travailleurs, la domination du capital étranger, un gouvernement agressif rêvant de guerre nucléaire, une propagande nationaliste de type Goebbels, la pauvreté totale du peuple, la répression et des services de sécurité tout-puissants.

Nous devons l’arrêter ! Les communistes doivent déraciner la contagion du capitalisme périphérique post-soviétique, avec son glamour, son kitsch, son cynisme et sa cupidité, son attitude méprisante envers la nature et les gens, avec la menace constante de la guerre nucléaire.

Ce n’est que de cette façon que nous pourrons sauver la planète de la destruction totale et complète.

Traduction selon le document original : ЗАЯВЛЕНИЕ МЛП (РОССИЯ) О СИТУАЦИИ В МИРЕ, ВОЙНЕ В УКРАНЕ И УГРОЗЕ ЯДЕРНОЙ ВОЙНЫ 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *