29 mai 2024

Dominique Bernard, Samuel Paty et le referendum sur l’immigration

Nous remercions Jacques Lancier pour cette minutieuse analyse chiffrée  de deux évènements tragiques qu’il met en relation avec l’instrumentalisation politique qui en est faite. On voit nettement apparaître dans quels perspectives cela se fait. Tout d’abord on veut brouiller les esprits sur la réalité de l’éducation nationale : manque de profs, de matériel, encadrement pratique et idéologique des élèves et des pédagogues paralysant l’éveil de l’esprit critique… Ensuite il s’agit de développer un climat de peur et de division dans la population : on crée un amalgame, sans cesse répété, entre criminalité et immigration (notamment maghrébine). Enfin, cet ensemble traduit une très nette tendance à la droitisation du régime capitaliste plongé dans des crises multiples.

2 enseignants, Samuel Paty et Dominique Bernard ont été assassinés en 3 ans par deux islamistes. L’émotion naturelle soulevée par ces assassinats n’interdit pas de les resituer dans l’ensemble de la situation:

Celle des enseignants tout d’abord : 2 assassinats d’enseignants en France par des islamistes en 3 ans sur les 3000 assassinats qu’il y a eu sur la période (près de 3 par jour). Bien plus d’enseignantes dans le même temps ont été tués par leur conjoint, les accidents de la route, le suicide… Par exemple sur 3 ans, 200 enseignants[1]  environ se sont suicidés. 100 fois plus que les assassinats. Suicides qui peuvent être assimilés pour les enseignants aux accidents mortels du travail (un millier par an au total). Bien sur tous les faits divers n’ont pas la même portée, la même symbolique. Le fait que l’école soit touchée, et que les terroristes se réclament de l’islam ont leur importance qui, à juste titre, doit être analysée et commentée. Ce qui est fait. Mais encore une fois cela ne doit pas empêcher de mettre ces faits en perspective.

Les assassins : Ces 2 terroristes islamistes viennent s’ajouter aux 22 qui ont assassinés 273 personnes en France depuis 1985. En près de 40 ans. En particulier lors de la vague 2012 / 2016, qui a commencé par les assassinats de Mehra à Toulouse jusqu’au camion fou de Nice, en passant par Charlie hebdo et le Bataclan, vague qui a fait à elle seule 248 victimes. Le terrorisme islamique a fait près de 8 tués par an les 40 dernières années sur les 1000 assassinats environ annuels.

Sur les 24 terroristes impliqués dix étaient immigrés, dont 8 étrangers. Le dernier au moins était parmi les 20 000 fichés S. Même en les considérant tous comme fichés S, ce qui n’est pas le cas, cela veut dire que 1 fiché S sur 1000 environ passe au terrorisme. Et il faut s’en prendre à tous les fichés S?

En admettant, comme le font, la droite, l’extrême droite et Gérald Darmanin, que tous soient plus ou moins liés à l’immigration (immigrés de nationalité française, 2ème génération etc…), cela signifierait que lors des 40 dernières années, 24 « immigrés », soit 0,6 par an, sur 14, 7 millions d’immigrés en tout, ont basculé dans le terrorisme ! Même si on élargit  à quelques dizaines de complices la proportion restera la même. Et il faut s’en prendre à tous les immigrés ?

On peut considérer que la plupart des meurtres hors terrorisme en France ont été le fait d’un seul assassin.  Sur les 992 assassins non terroristes par an  il y a donc en moyenne 1 assassin pour 50 000 personnes adultes. A comparer à moins d’un terroriste pour 14,7 millions d’ immigrés.

Enseignants assassins ? Il y a probablement par an, parmi ces 992 assassins non terroristes plus de deux enseignants ! Statistiquement, si les assassins non terroristes se distribuent également dans toutes les professions, autour de 20 assassins par an sont enseignants puisqu’une personne adulte sur 50 en France est enseignante.

Sur les 3 dernières années il y a probablement eu 30 fois plus d’enseignants assassins 60, que d’enseignants assassinés par le terrorisme, 2 ! Pour autant quelqu’un a-t-il l’idée de s’en prendre aux enseignants ? Non ça serait stupide en effet. Mais c’est pourtant le raisonnement qu’on tient en liant terrorisme et immigration !

Loi anti immigrée liberticide : Il est scandaleux que Darmanin présente en Novembre au sénat sa loi anti immigrée en surfant sur l’émotion provoquée par les assassinats de Dominique Bernard et Samuel Paty ! En surfant sur une présentation tronquée, à la fois du terrorisme et de l’immigration. En en profitant pour passer des lois et mesures liberticides comme la possibilité « d’expulser les étrangers accusés et non condamnés ». Autrement dit sans que la justice n’intervienne. Réductions des libertés, « temporaires» ou « limitées »,  déjà utilisées à l’occasion des Gilets Jaunes, lors de la lutte anti covid, en interdisant les manifestations de soutien à la Palestine meurtrie, (avant que le Conseil d’état ne mette le holà). Mesures qui ensuite deviennent permanentes et réduisent nos libertés.

Si la gauche avait un peu de conviction elle accepterait le référendum sur l’immigration voulu par la droite afin de combattre les idées fausses sur les immigrés, et ne pas laisser les calomnies prospérer sous le manteau. Le courage des travailleurs immigrés, à la fois dans leur parcours pour arriver ici et dans leurs luttes, mérite que la gauche ne reste pas sur la défensive et fasse preuve d’un peu de cran sur la question. Ce serait minoritaire ? Sans doute. Mais de toute façon une unité solide de la gauche passe par là : la prise en compte des intérêts des immigrés qui représentent  20% des classes populaires, ouvriers et employées, et même 40% si on élargit à la seconde génération.

(Voir Jacques Lancier : « Etrangers, immigrés bienvenue ! Vous aussi êtes ici chez vous ». L’Harmattan 2023, 160 pages 18 €, version numérique 14€.)

[1] Le taux de suicide des enseignants est de 5,85 pour 100 000. On compte 1 200 000 personnels de l’Éducation nationale dont près d’un million d’enseignants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *