15 juin 2024

Turquie/tremblement de terre et gouvernement Erdoğan

Suleyman Gurcan, co-président de la Confédération des travailleurs de Turquie en Europe (ATIK) et sidérurgiste à Duisbourg/Allemagne a donné l’interview au Rote Fahne (Drapeau rouge), Journal du Parti Marxiste-léniniste d’Allemagne. Nous en publions ici des extraits.

 

Après la catastrophe du tremblement de terre : “Beaucoup de gens ont perdu leur confiance dans le gouvernement”

Rote Fahne : Que sais-tu de l’ampleur des victimes et des dégâts dans la région touchée par le tremblement de terre ?

Suleyman Gurcan : L’État turc fait état d’environ 50.000 morts, mais les informations indépendantes, les secouristes qui sont sur place et même les chercheurs disent que c’est beaucoup plus : au moins entre 100.000 et 150.000 morts. Il y a énormément de personnes ensevelies sous les décombres, et on ne sait pas combien de personnes sont encore là. Tous ces débris sont simplement enlevés par des pelleteuses et des chariots élévateurs. On ne les découvre que lorsqu’on voit des morceaux d’êtres humains qui, je dois le dire, sont jetés sur le côté comme des ordures.

De très nombreux migrants sont également concernés – des réfugiés de Syrie, d’Afghanistan, qui vivent en Turquie depuis des années – sur le sort desquels on ne dispose d’aucune information. Des rapports indiquent qu’environ trois millions de personnes doivent quitter leurs quartiers pour aller ailleurs, c’est-à-dire dans d’autres villes. On ne sait pas s’ils reviendront un jour. Mais nous – en tant que Confédération des travailleurs de Turquie en Europe – espérons que les gens retourneront dans leurs villes, car depuis des années, l’État turc, en particulier le gouvernement Erdoğan, essaie de déplacer les gens et d’installer à la place des partisans d’Erdoğan.

Nous pensons que c’est aussi pour cette raison que des aides et des troupes n’ont été envoyées là-bas par le gouvernement qu’après le quatrième jour. Des secouristes sont venus de partout, par exemple de Corée ou d’Espagne, et ce n’est qu’ensuite que les aides du gouvernement sont arrivées. Le Croissant-Rouge turc, au lieu de distribuer gratuitement des tentes ou de la nourriture aux victimes, les a vendues à d’autres groupes d’aide pour se faire de l’argent. Il s’agissait de groupes constitués en partie par des artistes ou des partis, ou de personnes individuelles qui s’y rendaient. Bien sûr, ils ont besoin de tentes, de nourriture, de tout. Le Croissant-Rouge leur a parfois vendu cela trois fois plus cher. Les gens devaient les acheter parce qu’ils voulaient aider les victimes du tremblement de terre : Elles étaient souvent malades, blessées, et il faisait aussi très froid, jusqu’à -10 ou -15 degrés Celsius la nuit. L’État turc avait créé en 1999 – à l’époque, il y avait également eu un tremblement de terre dans plusieurs villes turques – un fonds de solidarité auquel tout le monde contribuait. De 1999 à la fin de l’année dernière, cela représentait une somme d’environ 48 milliards d’euros. Mais tout ce fonds est vide, il n’existe plus ! Le gouvernement s’est emparé de tout.

Rote Fahne : On ne peut certes pas empêcher une telle catastrophe naturelle. Mais il y a des exemples qui montrent que dans les villes où l’on a effectivement construit pour résister aux tremblements de terre, les dégâts sont loin d’être aussi importants. Que sais-tu à ce sujet ?

Suleyman Gurcan : Bien sûr, c’était aussi grave, mais : près d’Antakya, il y a une commune dont le maire est progressiste. Celui-ci n’a pas donné son accord pour la construction de bâtiments plus hauts, il les a toujours refusés. Son père et ses frères et sœurs voulaient eux aussi construire plus haut, et il a dit : “Non”. Dans cette commune, aucune maison n’a été détruite par le tremblement de terre, aucune personne n’est morte.

Maintenant, ils disent : “Si seulement nous avions tous fait comme ça ! Mais depuis des années, l’État turc autorisait des bâtiments toujours plus hauts et la construction avec des matériaux bon marché, du sable bon marché, de l’acier bon marché ou pas assez d’acier. Les bâtiments trop hauts ont tout de même été autorisés, car les autorités ont toujours pris de l’argent sale pour cela. Toutes les entreprises de construction, qui sont pour la plupart étroitement liées à Erdoğan, les ont construits. Les immeubles d’habitation construits par l’entreprise de construction publique TOKI sont tous cassés, tous. Bien qu’il s’agisse d’une catastrophe naturelle, cela n’aurait pas été nécessaire si l’on s’était appuyé sur les connaissances existantes en matière de construction antisismique.

Rote Fahne : Alors que le gouvernement a échoué dans cette catastrophe, il a même véritablement désorganisé l’aide, il y a eu une solidarité et une aide remarquables de la part de la population – justement aussi de la part d’organisations de gauche, révolutionnaires. Que peut-on dire à ce sujet ?

Suleyman Gurcan : Oui, beaucoup de forces de gauche, progressistes et révolutionnaires étaient là dès le premier jour après le tremblement de terre. Elles y sont allées avec des milliers de personnes pour aider les victimes. Et ils ont immédiatement formé des groupes de coordination le lendemain, presque dans toutes les villes. Et puis les syndicats sont aussi allés là-bas, ou l’ordre des médecins, le syndicat des médecins – presque tous étaient là et ont coordonné ensemble et ont essayé ensemble d’aider les gens. Partout en Turquie, ils ont collecté de la nourriture ou des vêtements, ou acheté des tentes et les ont envoyées. Toutes les couches de la population – sous la direction des forces de gauche et des forces révolutionnaires et communistes – ont apporté cette aide aux personnes touchées. Beaucoup sont encore là.
Les forces révolutionnaires tentent à présent de faire pression et d’attirer l’attention du public afin de continuer à envoyer de l’aide. Nous aussi, en tant qu’ATIK, avons organisé cela dans toute l’Europe. Comme on le sait, il n’y a pas seulement des victimes en Turquie, mais aussi en Syrie, à la frontière avec la Turquie. La situation y est encore pire, car il n’a pas été possible d’y envoyer de l’aide et du matériel. D’un côté, l’État turc a fermé la frontière, de l’autre, l’État syrien. Nous avons dit que nous enverrions 30 % de ce que nous collectons au Rojava en Syrie et 70 % en Turquie et dans la région turco-kurde. Pour cela, nous avons également établi des contacts avec le Rojava syrien, ce que nous avons réussi à faire.

Rote Fahne : Comment évolue le sentiment à l’égard du gouvernement Erdoğan – dans la région du tremblement de terre elle-même, mais aussi dans l’ensemble du pays ?

Suleyman Gurcan : Beaucoup de gens, y compris les anciens partisans d’Erdoğan ou du MHP, ont perdu leur confiance dans le gouvernement. Le sentiment se retourne de plus en plus contre le gouvernement AKP / MHP. Les médias rapportent également en partie des informations en provenance de la région touchée par le tremblement de terre : “Le gouvernement Erdoğan est resté sous les décombres”.

Rote Fahne : A votre avis, comment le gouvernement et Erdoğan vont-ils s’adapter à cette situation ? Ils ne vont pas se contenter d’accepter une énorme perte de voix.

Suleyman Gurcan : Ils vont d’une part essayer de voler des voix – ils le font toujours, c’est une pratique courante lors des élections en Turquie. Ils vont manipuler les élections ou empêcher les gens d’aller voter. Comme au Brésil, par exemple, où ils ont empêché les gens de voter. Même si le gouvernement Erdoğan perd, il ne l’acceptera pas et tentera – comme cela s’est passé au Brésil et aux Etats-Unis – de faire descendre ses partisans dans la rue. Cela représente un danger ! Erdoğan a ses partisans fascistes. Le MHP fasciste, les Loups gris, qui gouvernent avec Erdoğan, ont distribué de nombreuses armes à leurs partisans. Déjà en 2016, quand il y a eu la tentative de coup d’État, beaucoup d’armes de l’État ont été distribuées à des civils et beaucoup de fascistes ont maintenant des armes.

Rote Fahne : Quel rôle joue la discussion sur la perspective socialiste ?

Suleyman Gurcan : Les élections jouent actuellement un rôle important. Il y a d’abord Erdoğan et son Alliance nationale. Ensuite, il y a l’alliance dirigée par le CHP social-démocrate, Millet İttifakı (Alliance de la nation). Les forces révolutionnaires et progressistes travaillent désormais ensemble au sein de l’alliance Emek ve Özgürlük İttifakı (Alliance pour le travail et la liberté) et se présentent également aux élections. Toutes les couches des forces progressistes, la communauté kurde, les Arméniens, les Alévis, les autres confessions religieuses – tous ceux qui sont opprimés par le régime turc en Turquie ont leurs représentants dans cette alliance. De très nombreux syndicalistes ou artistes participent également à cette alliance. En même temps, presque toutes les forces révolutionnaires, des forces progressistes aux forces communistes, sont représentées. Elles ont fait un très bon travail d’alliance, bien qu’elles aient des opinions très différentes. Des associations de femmes, des forces LGBTQ, des étudiants et des jeunes sont également représentés. La forte participation des femmes reflète le mouvement féministe qui s’est nettement développé en Turquie ces dernières années et qui organise de très grandes manifestations et actions.

Bien entendu, les communistes et les forces révolutionnaires radicales collaborent aussi activement et de manière dirigeante à cette alliance. Pour eux, la participation aux élections est une tactique pour gagner les gens à la révolution – au socialisme et au communisme. ? Nous essayons également d’organiser des personnes à l’étranger pour les élections, notamment en lançant un appel. Les élections sont une possibilité importante pour cela, car les gens sont très politisés à cette époque et discutent beaucoup. Nous en profitons donc aussi à l’échelle européenne pour gagner les gens à la révolution et au socialisme/communisme.

Dans l’État turc, les élections législatives et présidentielles ont lieu en même temps. Presque toutes les forces révolutionnaires disent : oui à la participation aux élections législatives. Mais pour les élections présidentielles, elles appellent à ne pas voter. D’autant plus qu’il n’y a pas non plus de différences fondamentales entre Erdoğan et Kemal Kılıçdaroğlu du CHP. En outre, les forces progressistes de gauche n’ont pas présenté leur propre candidat à la présidence.

Rote Fahne : Merci beaucoup pour cette interview !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *