Journée de folie dans toute l’inde…

Journée de folie dans toute l’inde…

Toujours aussi enthousiaste Jacques Chastaing nous livre son point de vue optimiste sur les…

… JOURNÉES DE FOLIE DANS TOUTE L’INDE POUR FÊTER LA VICTOIRE HISTORIQUE DES PAYSANS…

… ET DÉMARRAGE D’UN MOUVEMENT DES OUVRIERS AGRICOLES (voici de larges extrais)

Les journées du 9 décembre à aujourd’hui ont été des journées de folie. Partout a été fêté, célébré en long et en large la victoire des paysans sur le régime ultra-réactionnaire de Modi. Des manifestations de la victoire partout, du plus petit village à Bombay ou Calcutta avec des réunions, des rassemblements, des mahapanchayats…

Le retour des paysans dans leurs villages qui continuera environ jusqu’au 15 décembre, s’est lui aussi traduit tout au long des routes, par des fêtes, feux d’artifice, jets de fleurs, offrandes de cadeaux et même des pétales de fleurs larguées par avions sur des cortèges… pour une victoire que beaucoup mettent au même niveau que la victoire de l’indépendance contre les anglais en 1947 et qui, quoi qu’il en soit, dépasse la caractère strictement paysan pour être une victoire de la démocratie – par la rue et les classes populaires -, contre le despotisme et le capitalisme.

Mais déjà, on commence à envisager la suite.

En effet, si Modi a cédé sur le MSP (un prix minimum pour tous les produits agricoles établi conjointement par les organisations paysannes et l’Etat et équivalent au moins à une fois et demi son cout de revient), la mise en application concrète de cette mesure considérable peut mettre du temps et être sujette à de nombreux faux-fuyants ou tromperies.

Aussi, dans l’Etat du Karnataka par exemple, les paysans se sont rassemblés ce 12 décembre pour exiger la mise en route immédiate du MSP mais aussi l’annulation d’un certain nombre d’autres lois locales restrictives pour les paysans et puis encore des aides pour tous les paysans qui ont été victimes d’intempéries, qui ont perdu partiellement ou totalement leurs récoltes.

Ce qui se passe au Karnataka va avoir lieu partout, le combat va continuer dans l’application dans le détail de ce qui a été concédé en général. Par ailleurs, il est probable que les paysans profitent de leur victoire pour demander encore bien autre chose.

Et puis, les ouvriers agricoles, dont on estime le nombre à 350 millions sans terres (tandis que bien des paysans avec terres sont aussi des ouvriers agricoles chez des plus riches pour compléter leurs revenus), ont commencé à faire entendre leur voix ce 13 décembre, puisque ce qu’ils ont gagné n’est qu’indirect. Dans le Pendjab, ils ont donc commencé à manifester et bloquer les voies ferrées dans de nombreux districts avec l’aide des organisations paysannes pour exiger que leurs soient distribuées des terres, qu’ils aient droit à des aides financières à taux zéro, qu’ils bénéficient de 200 jours de travail salarié fournis et garantis par l’Etat dans les périodes de faible activité agricoles, la fourniture d’électricité à bas prix et… l’annulation des lois anti-ouvrières. Ils ont mis un ultimatum au gouvernement du Pendjab pour qu’il satisfasse leurs revendications, sinon ils intensifieraient leur lutte à partir du 15 décembre.

Le mouvement paysan avait commencé comme ça en juin 2020, au Pendjab, en occupant les voies ferrées puis s’était étendu à l’Haryana, avant de se généraliser à tout le pays à partir d’une grève générale en novembre 2020. Il est donc bien possible que commence là un nouveau mouvement, de masse au vu du nombre d’ouvriers agricoles, encore plus prolétarien, et encore plus lié aux aux secteurs du monde ouvrier, puisque ces ouvriers agricoles sont aussi une partie de l’année des ouvriers dans les chantiers, le bâtiment par exemple, et que le monde du bâtiment vient de connaître la plus grande grève de son histoire sous cette impulsion il y a quelques jours. Les 800 millions de ruraux établissent des liens étroits et nombreux entre le monde agricole et le monde ouvrier.

Or, une question est dans tous les esprits : comment se fait-il que les paysans aient gagné alors que les organisations ouvrières perdent systématiquement depuis des décennies et des décennies ?

La réponse est bien sûr dans la volonté de construire un mouvement uni comme les paysans et de ne pas disperser les luttes par catégories, corporations, régions ou Etats comme les organisations ouvrières. Ainsi, sous la pression du mouvement paysan et de son succès, tout le mois de décembre est traversé par de multiples grèves et journées d’action chez les mineurs, les employés de banque, ceux de l’électricité, les ambulanciers, les agents de santé, des manifestations contre la hausse des prix, etc, etc…

Mais sous la pression encore du mouvement paysan, les dix principales organisations syndicales ouvrières ont accepté d’appeler à une double journée de grève générale les 21 et 22 février 2022, ce qui n’est jamais arrivé dans l’histoire récente de l’Inde. Et c’est à partir d’une seule journée de ce type, le 26 novembre 2020 où il y avait eu 250 millions de grévistes, que les paysans s’en étaient saisis pour appeler à une suite, une semaine après, puis à marcher sur Delhi, etc… le mouvement était lancé.

Ces deux journées de février pourraient donc bien être une occasion du même type pour les ouvriers agricoles mais aussi pour tous les salariés et ouvriers qui ont envie de prendre exemple sur les paysans pour aller plus loin et mener des combats efficaces, tous unis.

La lutte pour renverser encore un peu plus le rapport de force général entre riches et pauvres ne fait que commencer.

Et soyons sûrs que le succès paysan a déjà des répercussions dans les pays voisins de l’Inde.

Mahapanchayat à Kairana ce 12/12/21 dans l’Uttar Pradesh pour célébrer la victoire ; les manifestations paysannes continuent et amplifient leurs demandes, ici le 13/12 des ouvriers agricoles du district de Bathinda mais aussi Mansa, Sangrur, Faridkot, Jalandhar, Kapurthala, et Amritsar dans le Pendjab avec le soutien des organisations de paysans exigent des distributions de terres aux sans-terres, des aides financières et un travail salarié pour les périodes de faible activité agricole. Ils annoncent qu’ils intensifieront leur action s’ils n’ont pas obtenu satisfaction avant le 15 décembre ; des ouvriers agricoles occupent les voies ferrées dans le Penjab ce 13 décembre 2021 pour obtenir 200 jours de travail salarié lors des faibles périodes d’activité agricoles, des prêts bancaires à taux zéro, l’électricité à bas prix, la distribution de terres, l’annulation des lois anti-ouvrières; lors du retour des paysans dans leurs villages, tout le long des routes ils ont été fêté en héros, on leur a jeté des fleurs, donné des cadeaux… ; sur le chemin du retour des paysans reçoivent des pétales de fleurs larguées depuis des avions ; le long des routes, les gens jettent des fleurs au passage des paysans, comme dans de très nombreuses villes et villages….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.