Quelques retours du Webinaire du 24 juillet 2022

Nous donnons ici des extraits de 4 interventions :

        * Contribution du Parti communiste d’Australie (marxiste-léniniste) sur les Manifestations pour le Jour d’Hiroshima en Australie 6 août 2022

* Contribution du MLPD : Sur le danger croissant de guerre nucléaire mondiale.

* Contribution Günther Bittel : Ne pas sous-estimer le danger d’une guerre nucléaire et sur ses             graves conséquences

* Contribution du Parti Communiste iranien : la stratégie américaine et la situation de la             République islamique d’Iran

* En annexe, pour rappel, notre proposition de rassemblement pour le samedi 6 août 

           

Manifestations pour le Jour d’Hiroshima en Australie 6 août 2022, par le Parti communiste d’Australie (marxiste-léniniste):

Des rassemblements pour la paix et d’autres événements commémorant le largage par les États-Unis de bombes nucléaires sur les villes et les habitants d’Hiroshima et de Nagasaki auront lieu dans toutes les grandes villes et régions d’Australie.

………….

Les politiques étrangères et militaires du gouvernement travailliste australien ne se distinguent pas de celles des États-Unis.  Le pacte militaire Australie-Royaume-Uni-États-Unis (AUKUS) et les sous-marins à propulsion nucléaire annoncés en septembre 2021 intégreront davantage l’Australie dans le complexe militaro-industriel américain et sa machine de guerre.   Le seul but de l’AUKUS et des sous-marins à propulsion nucléaire est de consolider l’agression américaine contre la Chine.

Dans ce contexte, les rassemblements pour Hiroshima organisés dans tout le pays cette année sont plus urgents, car ils appellent à la paix, à l’arrêt des Hiroshimas et à une politique étrangère australienne indépendante.  La situation actuelle appelle d’urgence le front uni du peuple pour la paix, l’abolition des armes nucléaires et contre les guerres impérialistes.

Les revendications du Jour d’Hiroshima dans tout le pays :

Plus d’Hiroshima, plus de sous-marins nucléaires, plus d’industrie nucléaire, signature du Traité d’interdiction des armes nucléaires, plus d’AUKUS. Parmi les revendications figurent également le refus des décharges de déchets nucléaires et, après l’annonce récente de la réouverture d’une quatrième mine d’uranium, le refus de l’exploitation minière de l’uranium. Ces deux dernières revendications sont particulièrement importantes pour les Premières nations australiennes, qui sont les propriétaires traditionnels des terres sur lesquelles ces deux activités sont censées se dérouler.

Pendant des décennies, des commémorations du jour d’Hiroshima ont été organisées dans toute l’Australie.  Depuis la fin des années 1950, des milliers de personnes se rassemblent chaque année le 6 août pour demander l’élimination des armes nucléaires et des guerres d’agression.  Le jour d’Hiroshima, des groupes pacifistes, des travailleurs et des syndicats se sont rassemblés lors de longues marches de 2 à 3 jours, couvrant 50 kilomètres, pour réclamer la paix et l’élimination des armes nucléaires.

Les appels à la fin de l’agression impérialiste américaine étaient toujours présents dans ces rassemblements, protestations et longues marches.

Alice M., Vice-présidente du Parti communiste d’Australie (marxiste-léniniste)

 

Contribution du MLPD :

Cela signifie un danger croissant de guerre nucléaire mondiale. Les stratèges militaires impérialistes de l’OTAN et de la Russie se prononcent à nouveau ouvertement pour la conception d’une « guerre nucléaire limitée » et pour la première utilisation d’armes nucléaires. Non seulement l’utilisation d’armes nucléaires dites tactiques provoque déjà une destruction énorme et des millions de morts, mais elle peut aussi déclencher une guerre nucléaire déchaînée. Les armes nucléaires tactiques abaissent globalement le seuil d’utilisation des armes nucléaires. Une fois le seuil nucléaire franchi, l’utilisation d’armes nucléaires stratégiques suit facilement – le théoricien militaire allemand Clausewitz avait mis en évidence cette loi inhérente selon laquelle la guerre, en tant qu’acte de violence, doit conduire à l’extrême. Les 13.080 armes nucléaires de neuf puissances nucléaires impérialistes peuvent détruire plusieurs fois la biosphère de la Terre. Cela équivaudrait à la destruction des bases de l’existence de l’humanité. C’est une illusion répandue et extrêmement dangereuse de croire que la raison des impérialistes ne permettrait pas une guerre nucléaire. Une guerre nucléaire serait une folie du point de vue de l’humanité, mais il n’y a pas de limites morales pour les impérialistes.

La domination mondiale exige en fin de compte l’élimination des rivaux, quel qu’en soit le prix. Les bombes atomiques lancées sur Hiroshima et Nagasaki, qui ont fait plus de 200.000 morts, en sont la meilleure preuve. Notre camarade Willi Dickhut écrivait dans son livre ” »La guerre et la paix et la révolution socialiste »: « Pour prévenir une guerre nucléaire, il n’y a qu’un seul moyen : empêcher l’utilisation de toute arme nucléaire ! »

La lutte pour l’interdiction et la destruction de toutes les armes ABC revêt donc la plus haute importance. Retirer définitivement des mains des impérialistes le pouvoir de disposer de ces armes et empêcher les guerres impérialistes nécessite une révolution socialiste internationale….

 

Contribution Günther Bittel :

Nombreux sont ceux qui sous-estiment le danger d’une guerre nucléaire ou qui pensent qu’aucune puissance belligérante ne peut être aussi stupide, car elle risque alors de se détruire elle-même.

L’ancien président américain George Bush a répondu à la question de l’utilité d’un budget d’armement record, alors que l’on pourrait déjà anéantir toute vie sur terre avec les armes nucléaires existantes : « Cela n’a aucun sens pour celui qui croit qu’il n’y a pas de vainqueur dans une guerre nucléaire. Ce n’est pas mon avis. Si le centre de commandement militaire, un certain potentiel industriel et la population civile survivent à un certain pourcentage, et si l’on peut faire plus de dégâts chez son adversaire que chez nous, alors il y a aussi un vainqueur. » (Stern du 25-11-1982, W.Dickhut VR 22 p.296)

Depuis, rien n’a changé dans le mépris de ces bellicistes de l’Est et de l’Ouest pour l’humanité et dans leur conception irréaliste d’une guerre mondiale nucléaire gagnable.

…. Les nouvelles armes nucléaires ont une puissance explosive jusqu’à 13 fois supérieure à celle de la bombe d’Hiroshima. La mise à feu d’une bombe nucléaire déclenche une onde de pression et de chaleur dévastatrice ainsi qu’une tempête de feu qui fait déjà des centaines de milliers, voire des millions de victimes en quelques secondes. Des centaines de milliers de personnes meurent également dans d’atroces souffrances en quelques jours à cause de l’irradiation radioactive directe qui se produit alors dans les environs. Les retombées radioactives se propagent par le vent dans des pays entiers et provoquent de graves maladies et la mort pendant de nombreuses années. En cas de guerre nucléaire mondiale, les masses de poussière soulevées obscurciraient tellement l’atmosphère qu’un hiver nucléaire s’installerait dans le monde entier. La Terre ne serait plus habitable. 

Le président français Emmanuel Macron a exprimé sans détour : « Sans nucléaire civil, pas de nucléaire militaire, sans nucléaire militaire, pas de nucléaire civil. »

Pour cette raison, les Médecins internationaux pour la prévention de la guerre nucléaire (MIPGN) critiquent vivement le fait qu’une majorité de 328 députés du Parlement européen ait approuvé la classification taxonomique de la Commission européenne. L’énergie nucléaire et le gaz naturel sont ainsi encouragés en tant qu’énergie soi-disant respectueuse du climat. Cela oriente également des milliards de subventions vers le domaine de la technologie nucléaire et de l’armement atomique. 40 % de l’uranium utilisé dans les centrales nucléaires européennes proviennent encore de Russie ! La manière de faire la guerre en Ukraine en visant directement les centrales nucléaires qui s’y trouvent montrent l’immense danger que représentent ces installations. Les contrôles de sécurité nécessaires dans les centrales nucléaires allemandes n’ont pas été effectués en 2019, en raison de la fermeture prévue pour fin 2022, qui est à présent remise en question. Avec la prolongation de la durée de vie des centrales, le risque d’un accident maximal prévisible (AMP) augmente par bonds en raison de l’usure accélérée des installations sous l’effet de l’irradiation radioactive.
Il est important de sensibiliser largement aux dangers d’une Troisième guerre mondiale nucléaire et à la nécessité absolue d’un front de résistance international du nouveau mouvement pour la paix, incluant le mouvement écologiste combatif. Notre journée de lutte commune du 6 août est une bonne occasion de le faire !

 

Contribution du Pc iranien : 

Les États-Unis d’Amérique tentent depuis des années d’aligner le régime de la République islamique sur sa politique dans la région par le biais de pressions et de sanctions régionales. Malgré cela, nous savons qu’il n’y a pas d’alignement entre les pays de la région. Par exemple, le Qatar entretient des relations étroites avec l’Iran et les représentants des États-Unis et de l’Iran ont négocié l’accord nucléaire au moins deux fois à Doha, la capitale du Qatar. Parallèlement, l’année dernière, les représentants de l’Iran et de l’Arabie saoudite se sont rencontrés trois fois en Irak, avec la médiation du gouvernement irakien. La visite simultanée de Poutine et Erdoğan devrait également être considérée dans le cadre de compétitions mondiales et régionales.

Il est clair que la priorité de la stratégie américaine se situe dans la région “indo-pacifique”, qui fait face à son principal concurrent, la Chine. Bien que la guerre inter-impérialiste en Ukraine ait poussé les Etats-Unis à mettre l’Europe entièrement sous leur joug et à créer un front uni contre la Russie, la guerre principale se déroulera à long terme dans la région “indo-pacifique”.

– En ce qui concerne la situation de la République islamique d’Iran, je dirai qu’elle est chaque jour plus isolée dans la région. Non seulement par l’alliance d’Israël avec les pays de la région, mais aussi par les mouvements de protestation en Irak et au Liban contre la présence de forces liées à la République islamique d’Iran dans ces deux pays.

 

Au sein de l’Iran, le régime est toutefois confronté à plusieurs défis qui agissent simultanément :

La crise structurelle de l’économie iranienne s’est approfondie au cours des quatre dernières décennies, notamment avec le retrait des Etats-Unis de l'”accord nucléaire” en 2018 et les sanctions approuvées. Avant les sanctions, l’Iran exportait près de deux millions six cent mille barils de pétrole par jour. Aujourd’hui, ce chiffre a été réduit à 400-600.000 barils, qui sont généralement vendus moins cher sur le marché noir que sur le marché international. Ces revenus sont principalement dépensés pour l’appareil gouvernemental, les coûts élevés des institutions qui encouragent la superstition, l’augmentation du budget de Passdaran et les dépenses liées aux ambitions du régime dans la région.

  – Il y avait cette année deux points fondamentaux dans le budget du gouvernement présidentiel. Suppression de la monnaie privilégiée (4000 tomans pour un dollar), alors que le dollar est six à sept fois plus acheté et vendu dans les banques, qui était réservé à l’importation de biens de base comme les médicaments, les fournitures médicales et six autres articles, à savoir le blé, le froment, l’orge, le maïs, l’huile comestible et les graines oléagineuses. Cette réduction a immédiatement déclenché une énorme vague d’inflation. L’inflation actuelle se situe entre 55 et 130 pour cent.

Tous ces facteurs créent les conditions d’une protestation massive. L’année dernière, de mars 2021 à mars 2022, nous avons eu plus de 4.000 conflits du travail, des travailleurs industriels dans les secteurs du pétrole, du gaz, de la pétrochimie, de l’acier et de la canne à sucre à Haft Tepe aux protestations nationales des enseignants, des retraités aux chauffeurs de camion, des infirmières aux employés du gouvernement, des femmes aux étudiants.

Ce nombre de conflits sociaux, en une année, est sans précédent. Depuis un an, avant l’arrivée au pouvoir de Khomeiny, nous n’avions eu que 300 conflits du travail, et maintenant nous en avons plus de 4000.

Dans certains cas, comme les grèves des travailleurs du pétrole, du gaz et de la pétrochimie, ces grèves ont eu lieu simultanément dans plus de 115 localités ou 6.000 travailleurs de Haft Tepe ont fait grève pendant plus de 90 jours lors de leur dernière lutte.

À ces protestations, nous devons également ajouter les débrayages urbains de l’année dernière, qui ont protesté contre le manque d’eau, la hausse des prix et la pauvreté dans plus de 36 villes.

Pour faire face à cette situation, le régime a eu recours à son seul élément, la répression.

Depuis le 1er mai de cette année, une vaste vague d’arrestations de militants ouvriers, d’enseignants, de retraités, d’écrivains, d’artistes, d’étudiants, de femmes et de militants écologistes a commencé. Entre-temps, des centaines d’entre eux croupissent en prison.

Malgré une répression et des arrestations violentes, la peur et l’effroi ont largement perdu de leur efficacité. Dans toutes ces protestations, grèves et émeutes urbaines, les revendications ne sont pas seulement syndicales, elles sont dirigées contre la privatisation des usines, contre les entreprises industrielles, contre la privatisation de l’éducation et de la formation. Les émeutes urbaines, en particulier, se terminent toujours par les slogans “Mort au raïssi”, “Mort au khamenei”, “A bas le dictateur”. Le dernier point est que la société évolue à grande vitesse vers des conditions révolutionnaires. Mais il y a encore deux lacunes fondamentales :

Il n’y a pas de direction claire sur les objectifs, pas de parti communiste ancré parmi les larges masses qui puisse rassembler et diriger ces luttes.

En tant que parti communiste iranien, nous mettons toutes nos forces en œuvre pour surmonter ces deux lacunes fondamentales. Aussi bien seul qu’en coopération avec d’autres partis et organisations de gauche et communistes, et en alliance avec des personnes démocratiques et progressistes.

 

Annexe, pour rappel notre propositions de rassemblement  le samedi 6 août :

Non à une 3ème guerre mondiale !
Deux camps impérialistes s’affrontent pour le contrôle de  l’Ukraine. Le gouvernement en fait partie, encourage cette guerre et livre des armes qui entretiennent le conflit. Une propagande chauvine et mensongère inonde les média.
Cette guerre n’est pas la nôtre, elle vise à un repartage du monde entre grands groupes monopolistes et entre grandes puissances.
Les premières retombées de cette guerre sont nombreuses et les conséquences profondes : des populations dans le monde proches de la famine ; des augmentations de prix de matières premières et des denrées alimentaires qui appauvrissent les prolétaires et les peuples dans tous les pays ; un environnement encore plus rapidement dégradé ; et surtout la préparation d’une 3ème  guerre mondiale.
Cette guerre n’est pas la nôtre. Les peuples n’ont rien à y gagner mais tout à perdre. Seuls les grands groupes monopolistes, producteurs d’armes et spéculateurs en tout genre engrangent de super profits.
Il faut que la classe ouvrière et les peuples exploités se lèvent pour dire NON à la guerre actuelle et au danger de sa généralisation mondiale.
C’est pourquoi l’ICOR appelle (voir la Résolution du 15 mai 2022 dans ICOR.info) dans le monde entier à manifester notre opposition à l’occasion du 6 août (anniversaire de la destruction atomique Hiroshima en 1945) et du 1er septembre (début de la 2ème guerre mondiale.)
La situation ne peut que nous interpeller. Agissons en commun, pour l’unité des luttes antifascistes, anti-impérialistes et anti-nucléaires.
Nous vous proposons un rassemblement (avec micro ouvert pour un large débat) le samedi 6 août Place de la République à Paris. Mais si vous avez déjà prévu autre chose nous en discuterons.
*Union prolétarienne ML et les amis de l’ICOR — membres de l’ICOR 
*le Comité Solidarité Pérou
Pour nous joindre : contact-upml@riseup.net
Site : upml.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.