Sri Lanka: de la crise au soulèvement de 2022

Une brève Information de fond sur:

                     La crise au Sri Lanka et le soulèvement de 2022

Par le  Parti marxiste-léniniste de démocratie nouvelle (NDMLP) – ICOR

              Pour le parti, la crise financière et économique actuelle est le résultat de la « politique économique ouverte » adoptée par le gouvernement de l’UNP1 en 1978. Depuis lors, le marché a été inondé d’importations non vitales, le consumérisme a infecté l’ensemble de la société et le pays a été ouvert aux capitaux étrangers prédateurs à la recherche de profits à court terme. La destruction délibérée de l’économie nationale se poursuit malgré le changement de gouvernement. Les problèmes ont été aggravés par la transformation de la question des nationalités en guerre depuis 1977, et trois décennies de guerre ont servi de prétexte à la privatisation et à la vente de biens publics à des acheteurs étrangers.
Le piège actuel de la dette est apparu dès 2007, lorsque le gouvernement, encouragé par la Banque mondiale et le FMI, a commencé à emprunter auprès des bailleurs de fonds du marché en émettant des obligations internationales d’État (ISB) à des taux d’intérêt élevés. Aujourd’hui, les prêteurs occidentaux détiennent la moitié de la dette du pays. Aucun gouvernement n’a travaillé de manière cohérente pour réduire la dette extérieure, qui s’est développée grâce à des pratiques stupides telles que l’importation de produits de luxe, une culture de consommation florissante et des avantages fiscaux pour les personnes aisées.
La crise actuelle a été déclenchée par la panique provoquée par COVID-19, qui a nui à l’économie mondiale et, par conséquent, aux revenus du tourisme, aux transferts de
travailleurs de l’étranger et aux exportations des Industrial Processing Zones. Le gouvernement a aggravé la crise en amplifiant la pandémie pour imposer des fermetures et des restrictions sociales qui ont porté préjudice aux travailleurs journaliers, aux travailleurs indépendants et aux petites et moyennes entreprises, qui sont loin de se redresser.
Au lieu de restreindre l’importation de produits de luxe, le gouvernement a autorisé les importations illimitées et a réduit les impôts pour les groupes à haut revenu. L’interdiction inopportune d’importer des produits agrochimiques de synthèse a affecté la récolte de riz de deux récoltes consécutives cette année. La mauvaise gestion des finances et l’incapacité à rationaliser les importations ont entraîné une série de pénuries de combustibles pour la cuisson, le transport et la production d’électricité. Les gens faisaient la queue sur des kilomètres pour l’essence, le diesel, le gaz de cuisson et le kérosène. Il y avait également des files d’attente pour le lait en poudre et d’autres produits alimentaires, ainsi que pour les médicaments. Le manque de moyens de transport a affecté la disponibilité des produits locaux, ce qui a aggravé la pénurie et fait grimper les prix. Cette situation a été aggravée par la dévaluation évitable de la roupie.
Corruption éhontée, népotisme, vol et abus de pouvoir ont caractérisé le gouvernement Rajapaksa de 2019 à 2022. Le gouvernement était également tristement célèbre pour le harcèlement des minorités, en particulier des musulmans, et l’accaparement de terres dans des régions majoritairement tamoules pour y installer des Cinghalais et y construire des temples bouddhistes. L’humiliation des minorités nationales s’est poursuivie sans relâche.
L’opinion publique était de plus en plus mécontente de la corruption, du népotisme et des actions arbitraires et illégales. Mais aucun des partis parlementaires n’était prêt à s’y opposer. La gauche dans son ensemble s’est divisée et affaiblie depuis le début des années 1980, notamment avec la montée en puissance des forces nationalistes chauvines et bornées.

1 United National Party

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.