15 juin 2024

La recette secrète pour se libérer de l’impérialisme

“La recette secrète pour se libérer de l’impérialisme”.

Monika Gärtner-Engel est co-présidente du Front uni international anti-impérialiste et antifasciste et coordinatrice principale de l’Organisation révolutionnaire mondiale ICOR. Elle a donné une interview dans le bimensuel du MLPD, le Rote Fahne (Drapeau Rouge). Dans cette interview, Monika Gärtner-Engel revient sur l’importance du Front unique international et son lien avec la Conférence internationale des mineurs.

Rote Fahne : Monika, tu es coprésidente du Front uni international anti-impérialiste et antifasciste. Qu’est-ce que c’est exactement ou, en d’autres termes, a-t-on vraiment encore besoin d’un regroupement international ?

Monika Gärtner-Engel : En Europe, nous avons connu le mois de juin le plus chaud depuis le début des relevés météorologiques, avec en parallèle des inondations dévastatrices, par exemple dans le nord de l’Italie. Il y a quelques semaines, un bateau transportant 700 réfugiés à la recherche d’une vie meilleure en Europe a fait naufrage au large des côtes grecques, et qui avait été repoussés par les garde-côtes grecs. Il ne s’agit là que de deux exemples pour illustrer clairement la situation : le temps est venu de construire une force qui organise sa supériorité face à ce système impérialiste mondial. Mais cela ne concerne pas seulement les révolutionnaires – mais aussi les jeunes rebelles, les travailleurs, les artistes et les intellectuels progressistes, les syndicalistes et les indigènes, les femmes combatives, les militants pour la paix, les peuples opprimés, les individus, etc.

Quel est le rôle des ouvriers/travailleurs dans ce contexte ?

Le mouvement ouvrier international doit apprendre à jouer un rôle de premier plan. Sans les opprimés du monde entier comme alliés, il ne pourra pas s’imposer. Dans le processus de réorganisation et de recomposition du mouvement révolutionnaire international, de nombreuses forces cherchent actuellement aussi des formes de coopération anti-impérialiste, sans pour autant vouloir déjà devenir membre de l’ICOR. Les organisations révolutionnaires sont l’épine dorsale de ce front uni. Toutes ensemble, elles constituent la recette secrète pour la libération de l’impérialisme.

Cela semble être une chose importante ! Est-ce que tous ceux qui le souhaitent doivent participer maintenant ?

Les principaux participants au congrès seront les délégués des organisations membres, qui auront également le droit de vote. Ils représentent déjà un spectre important de ceux qui luttent contre l’impérialisme et le fascisme. Ils apportent une grande force de combat, des expériences et des parcours différents et la ferme volonté commune de lutter contre les impérialistes du monde avec cette union internationale. C’est la garantie de discussions passionnantes et intenses ! En outre, toute personne intéressée par le front uni et souhaitant contribuer à sa construction est également invitée. Une possibilité particulière pour cela est de prendre des responsabilités dans les groupes de travail/forums. Un thème très important sera de donner à la catastrophe écologique mondiale qui a commencé l’importance qu’elle mérite dans le programme et la pratique du front uni. Nous sommes donc à la recherche d’un grand nombre de collaborateurs et d’aides qui soutiendront l’organisation et rendront ce rassemblement possible grâce à leur travail bénévole.

Merci beaucoup pour cet aperçu – nous souhaitons beaucoup de succès au premier congrès mondial du Front uni anti-impérialiste !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *