Plus de 1.500 participants à la première manifestation nationale contre le danger d’une Troisième Guerre mondiale

8 mai – rituel historique ou incitation à un nouveau mouvement pour la paix mondiale – Nous Relayons ci-dessous une initiative remarquable de nos camarades en Allemagne du Parti marxiste-léniniste d’Allemagne (MLPD) et de l’Alliance internationaliste, une coordination de plus de 30 organisations progressistes ! L’UPML avait envoyé un message de solidarité pour ce 8 mai combatif en Allemagne se prononçant pour la construction d’un Front international anti-impérialiste et antifasciste et pour la résistance active contre la politique de guerre !

Allemagne :

Le 8 mai, de nombreuses manifestations en Allemagne étaient placées sous le signe du 77e anniversaire de la libération du fascisme hitlérien. La manifestation nationale d’Essen à Gelsenkirchen, qui a rassemblé plus de 1.500 participants, était à cet égard particulière.

“Aujourd’hui, l’Alliance internationaliste et de nombreux camarades de lutte ont clairement montré leurs couleurs contre l’agression russe en Ukraine ET contre la politique de guerre agressive de l’OTAN et du gouvernement fédéral”, a souligné Gabi Fechtner, présidente du parti MLPD. “Il se peut que cette position soit encore minoritaire dans l’opinion publique. Mais c’est la seule qui vaille. Les deux camps misent en effet entièrement sur la victoire, ce qui n’est concevable qu’avec une nouvelle escalade guerrière jusqu’à une troisième guerre mondiale. En 1914, Karl Liebknecht a été le seul à voter contre les crédits de guerre au Reichstag. Quatre ans plus tard, c’était la révolution de novembre. Qui saurait encore quelque chose de Karl Liebknecht aujourd’hui s’il n’avait pas courageusement montré les dents à l’époque ?

“Beaucoup disent qu’il faut bien faire quelque chose contre cette guerre”, a expliqué un collègue ukrainien lors de la manifestation. “C’est pourquoi je m’active ici. En participant ici, on n’est pas obligé de regarder passivement, mais on peut s’impliquer soi-même. Les acquis de la Russie et de l’Ukraine sont des acquis socialistes, pas ceux des régimes réactionnaires”.

 

 

 

 

Le résultat d’une large alliance

Des délégations de plus de 100 villes et d’une douzaine de pays y ont participé ; des messages de bienvenue ont été envoyés d’une autre douzaine de pays. En Allemagne, 24 organisations ont déjà signé l’appel pour la construction d’un nouveau mouvement pour la paix. La sympathie est encore plus large parmi les habitants du pays. Partout sur le parcours de la manifestation à travers les quartiers ouvriers, on a salué et applaudi.

L’alliance va de la religion à la révolution. On a ainsi pu entendre les salutations de Margot Käßmann, Konstantin Wecker et Antje Vollmer (artistes et politiciens de gauche, UPML), ainsi que les discours révolutionnaires de Gabi Fechtner ou Stefan Engel du MLPD. Le nouveau mouvement pour la paix doit être largement composé et non partisan, tel est l’un des messages de la journée.

La manifestation et le rassemblement étaient variés, combatifs, optimistes – une musique entraînante, des discours bien informés, des banderoles et des drapeaux bien visibles ont attiré l’attention. Les ouvriers, les femmes et les jeunes ont été particulièrement actifs.

NON à un 8 mai sous l’enseigne de l’anticommunisme

Alors qu’à Berlin, les drapeaux soviétiques étaient interdits sur 15 lieux de commémoration, cette action s’est imposée contre l’anticommunisme. Elle s’est opposée avec engagement à l’amalgame entre le réactionnaire Poutine et le drapeau de la liberté de l’ancienne Union soviétique socialiste. Il était hors de question de laisser les symboles de la libération du fascisme hitlérien à la maison le jour où le peuple soviétique, avec l’Armée rouge à sa tête, s’est battu pour cette libération. Celui qui ne dit pas clairement non à une telle oppression peut rapidement se réveiller avec une interdiction de tous les symboles communistes – et où cela finira-t-il ?

Inauguration d’un mémorial socialiste à Gelsenkirchen

Le point culminant de la journée a été l’ouverture d’un mémorial pour les leaders révolutionnaires du mouvement ouvrier allemand, avec le dévoilement de plaques commémoratives pour Karl Marx, Friedrich Engels, Clara Zetkin, Rosa Luxemburg, Karl Liebknecht et Willi Dickhut. Le jour du 30e anniversaire de la mort de ce dernier, le siège du parti MLPD a été rebaptisé “Willi-Dickhut-Haus”, en souvenir de ce résistant antifasciste, communiste et dirigeant et théoricien ouvrier. Ces révolutionnaires représentent la libération de l’humanité et le socialisme authentique doit être discuté beaucoup plus largement comme alternative à la destruction dans une troisième guerre mondiale.

“Cette journée a été un prélude réussi à la construction d’un nouveau mouvement pour la paix et au développement d’une résistance active en Allemagne”, a assuré Gabi Fechtner.

Communiqué de presse du Comité central du MLPD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.