SOLIDARITE ET LA LIBERTE DES PRISONNIERS POLITIQUES REVOLUTIONNAIRES

Ce document est plus pour l’information de la situation des prisonniers d’Amérique Latine que pour participer à une réunion dont la date est aujourd’hui dépassée.

COORDINATION INTERNATIONAL

POUR LA SOLIDARITÉ ET LA LIBERTÉ DES

PRISONNIERS POLITIQUES REVOLUTIONNAIRES DU MONDE

Invitation à la 4ème réunion de la Coordination international pour la solidarité et la liberté des prisonniers politiques révolutionnaires du monde (Oaxaca, Mexique, 23-24 avril 2022)

Aux organisations de défense des prisonniers politiques, des membres de leur famille et des anciens prisonniers politiques

Chers camarades et amis :

Le 3 décembre 2016, lors d’une Rencontre internationale tenue dans la capitale péruvienne par des organisations d’anciens prisonniers politiques, de solidarité avec les camarades encore en prison politique et de défense des droits des peuples, ainsi que des organisations politiques révolutionnaires, venant d’Argentine, du Chili et du Pérou, il a été convenu de signer la “Déclaration de Lima” qui a créé le “Coordination international pour la solidarité et pour la liberté des prisonniers politiques révolutionnaires du monde”.

Cette déclaration a été signée lors d’un acte symbolique qui s’est tenu devant l’île et l’ancienne prison de “El Frontón”, à El Callao, où des offrandes florales ont été déposées depuis plusieurs bateaux en hommage aux prisonniers politiques révolutionnaires infâmement massacrés en juin 1986 par les forces policières et militaires péruviennes sur ordre du gouvernement social-démocrate du parti Aprista, dirigé par Alan García, un massacre qui reste à ce jour impuni.

Depuis lors, ce comité de coordination a organisé plusieurs réunions internationales : la première à Buenos Aires, en Argentine, en 2017 ; la deuxième à Santiago, au Chili, en 2018 et la troisième à Mexico, au Mexique, en 2019. En outre, d’autres activités ont été menées pour dénoncer l’emprisonnement politique, pour exiger la vérité, la justice et la réparation pour les camarades et leurs familles touchés de diverses manières par la répression et contre la criminalisation croissante de la protestation populaire par les États réactionnaires, activités qui ont été développées à la fois conjointement avec des délégations de divers pays (comme la commémoration du 17 avril, Journée internationale des prisonniers politiques anticapitalistes, qui s’est déroulée à Lima, au Pérou, en 2019 avec la présence d’organisations péruviennes, chiliennes, colombiennes, mexicaines et turques), ainsi que dans chacune des nations représentées au sein du Comité de coordination, par les organisations et les individus qui le composent.

À ce jour, le Comité de coordination compte des organisations et des individus du Pérou, d’Argentine, du Chili, de Colombie, du Mexique et du Paraguay, et des contacts sont en cours de développement avec des organisations et des camarades d’autres nations, non seulement d’Amérique latine, mais aussi d’autres continents. Nous considérons notre Comité de Coordination comme un instrument de lutte du prolétariat et des peuples du monde.

C’est dans ce contexte que les différentes organisations et personnes qui composent cette initiative travaillent à l’organisation de la 4ème réunion du Comité International de Coordination, afin de – comme le nom l’indique – mieux coordonner notre travail et ainsi mieux servir notre objectif de solidarité morale et matérielle avec les différentes luttes de notre classe ouvrière et de nos peuples qui font actuellement face à la répression du système capitaliste et de son modèle néolibéral dans différentes parties du monde.

Pour ne faire référence qu’aux nations où il y a des organisations membres de notre Comité International de Coordination, c’est le cas par exemple au Mexique, où malgré les promesses du gouvernement d’AMLO et de sa 4ème Transformation qu'”Il n’y aura plus de prisonniers pour avoir combattu”, il y a toujours des prisonniers politiques révolutionnaires et des prisonniers de luttes sociales et ces derniers continuent à être réprimés, ainsi que la poursuite de l’emprisonnement des révolutionnaires et des combattants sociaux.

En Colombie, où l’État oligarchique narco-paramilitaire ne respecte pas les accords de paix qu’il a signés avec la guérilla des FARC-EP et continue d’assassiner d’anciens guérilleros et leaders sociaux (plus de 300 anciens guérilleros et plus de 1300 leaders sociaux assassinés) et refuse de rapatrier Simón Trinidad et de libérer de nombreux anciens combattants qui, malgré l’accord de paix, se trouvent encore aujourd’hui dans les prisons colombiennes, En outre, il a répondu par une répression criminelle aux différentes mobilisations populaires, répression qui s’est intensifiée depuis le soulèvement social d’avril dernier.

Au Pérou, où malgré le fait que le gouvernement de Pedro Castillo s’autoproclame “progressiste” et “de gauche”, il persiste dans le “terruqueo” pour justifier la répression des mobilisations populaires (y compris la juste lutte pour une Nouvelle Constitution Démocratique à travers une Assemblée Constituante, où ceux qui luttent pour cela sont persécutés et emprisonnés arbitrairement, comme le montre le “cas Olimpo”). Tout cela s’accompagne de la cruauté à l’égard des prisonniers politiques révolutionnaires, auxquels on refuse la liberté par des artifices juridiques alors qu’ils ont purgé leur peine, et contre lesquels on adopte des lois qui les empêchent d’avoir un enterrement digne même après leur mort, par la disparition forcée de leur dépouille mortelle.

Au Chili, où les prisonniers politiques mapuches et révolutionnaires dans leurs prisons ont été rejoints par les prisonniers politiques de la révolte populaire d’octobre à décembre 2019, l’impunité des répresseurs militaires et policiers persiste et il n’est pas clair que le nouveau gouvernement de Gabriel Boric avancera de manière décisive pour apporter la vérité et la justice, mettre fin à l’impunité, faire le pari de la liberté de tous les prisonniers politiques et démocratiser effectivement les forces armées et la police.

En Argentine, où un autre gouvernement qui se définit comme “progressiste” – avec Alberto Fernandez à sa tête – se soumet aux diktats du FMI et adopte une attitude de plus en plus répressive envers les luttes populaires contre l’ajustement néolibéral en cours et la persécution ouverte contre le prisonnier politique et ancien combattant des FARC – EP Facundo Molares, se prêtant également à collaborer avec des régimes ouvertement réactionnaires comme ceux de la Colombie (où il a l’intention d’extrader Facundo Molares, malgré le fait que plus de 300 anciens guérilleros ont déjà été tués.

Enfin, nous avons l’État terroriste et infanticide du Paraguay, qui assassine des jeunes filles et emprisonne et persécute des familles entières pour se venger des guérilleros de l’Armée populaire paraguayenne (EPP) qui le combattent, et qui refuse toute procédure régulière à tous les combattants révolutionnaires et populaires qui font l’objet de sa répression, violant ainsi de manière flagrante tous les traités et conventions internationaux relatifs aux droits de l’homme qu’il a signés et qui sont toujours en vigueur aujourd’hui.

Comme nous pouvons le constater, la persécution politique, la criminalisation de la protestation populaire et l’application du droit pénal de l’ennemi par ces gouvernements contre quiconque défend les droits fondamentaux du peuple sont le pain quotidien et à ces fins, ils utilisent les lois comme instrument politique pour punir les manifestations et les organisations populaires.

Tout cela dans un contexte mondial où se développe actuellement une crise majeure dans les nations capitalistes (en particulier dans les pays et blocs impérialistes), qui a conduit à une aggravation croissante des contradictions entre les différents impérialismes et entre ceux-ci et les peuples du monde en raison du pillage des ressources naturelles et la poursuite de l’exploitation de la classe ouvrière, ce qui conduira inévitablement à de nouvelles et plus grandes confrontations entre tous ces pays, tant au niveau national que régional.

Cela se répercute dans les pays d’Amérique latine sous la forme d’une plus grande réaction des États capitalistes pour protéger les intérêts des bourgeoisies nationales et de leurs maîtres impérialistes, c’est-à-dire davantage de meurtres et de disparitions et une augmentation du nombre de prisonniers politiques, ainsi qu’une plus grande répression contre les peuples qui luttent pour défendre leurs territoires, leurs ressources naturelles, leur travail, leur éducation, leur santé, leurs syndicats, etc.

Nous commémorerons également en avril, comme chaque année, la Journée internationale pour la libération des prisonniers politiques anticapitalistes. Cette date est commémorée depuis 2004, lorsque, à Donostia, en Euskal Herria, des organisations politiques de Palestine, du Pays basque et d’Argentine se sont réunies dans le cadre d’une conférence de solidarité internationale et ont décidé de faire de ce jour une date d’hommage, de résistance et de lutte pour la libération des prisonniers politiques révolutionnaires dans le monde entier.

C’est dans cet esprit que nous voulons vous inviter à participer à cette Rencontre et à cette Commémoration, parce que dans le contexte répressif latino-américain et international actuel, il est non seulement urgent et essentiel de redoubler notre solidarité effective avec ceux qui luttent, mais aussi parce que chacun d’entre nous n’est pas à l’abri d’affronter à tout moment les assauts de la répression et que dans cette éventualité, il vaut toujours mieux être prêt, préparé et organisé pour y résister avec succès.

À cette fin, nous organiserons la commémoration de la Journée internationale pour la liberté des prisonniers politiques anticapitalistes et la 4e réunion du Comité international de coordination pour la solidarité et la liberté des prisonniers politiques révolutionnaires du monde les 23 et 24 avril de cette année dans la ville de Oaxaca, au Mexique, et nous vous invitons à participer activement à ces deux événements. Idéalement, votre participation devrait se faire en personne, afin que nous puissions tous nous rencontrer à ces dates dans nos pays frères mexicains, mais votre participation pourrait également être virtuelle, au cas où vous ne pourriez pas être présent en personne.

Nous suggérons également que votre présence à ces événements (que ce soit en personne ou virtuellement) sera une occasion propice et appropriée pour vous de considérer votre future incorporation dans notre Coordination International pour la Solidarité et pour la Liberté des Prisonniers Politiques Révolutionnaires du Monde.

Nous nous réjouissons de vous accueillir et sommes certains que votre contribution à cet événement de solidarité internationaliste sera précieuse et importante.

Nous vous envoyons des salutations fraternelles et une étreinte de solidarité.

Secrétariat exécutif international

relacionescoordinternacional@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.