La marche de la 3e Conférence mondiale des femmes

Les déléguées à la conférence et les participantes sélectionnées dans 45 pays pour la 3e Conférence mondiale sur les femmes de la base ont commencé à se réunir en Tunisie. En parlant de la situation, de l’avenir et de l’organisation du mouvement mondial des femmes, les femmes créeront des perspectives de lutte et élargiront la lutte internationale pour la liberté des femmes.

Le premier jour de la conférence, les femmes ont distribué intensivement des dépliants d’appel à la conférence dans le centre de la capitale et autour de la salle de conférence. Le premier jour du processus d’inscription et de délégation, un appel a été lancé pour que la marche d’ouverture de la conférence se tienne dans le centre-ville dimanche.

Elle a passé en revue les derniers préparatifs des événements, ateliers et diverses activités qui se tiendront lors de la conférence des femmes qui se sont réunies pour créer une organisation, une lutte et une solidarité féminines plus fortes dans différents continents et dans divers pays du monde.

L’ouverture officielle  a eu lieu dans la salle du théâtre national, où se déroulerait également la conférence. Le gouvernement tunisien et différents partis politiques offrent leurs opportunités officielles, bien que partielles, à la 3e Conférence mondiale sur les femmes, qui durera une semaine.

Parmi les titres des ateliers qui se tiendront au cours des deux premiers jours de la conférence ;

  • la lutte contre la guerre, le militarisme, le fascisme et le mouvement anti-impérialiste des femmes
  • crise sociale et économique, lutte ouvrière et syndicalisme, différentes formes de violence à l’égard des femmes et les rôles sexistes, problèmes et lutte des femmes immigrées, révolution des femmes, travail invisible des femmes, mouvement LGBT+ et politique d’alliance du mouvement des femmes, mouvement écologiste et femmes, mouvement des femmes triangle de la liberté (autonomie, liberté et organisation), la lutte pour le droit à un salaire égal pour un travail égal.

Mercredi et jeudi, le conseil de la conférence se réunira pour présenter les rapports des continents, les résultats de l’atelier et leurs suggestions seront évalués. La situation, l’avenir, l’organisation et les perspectives de lutte du mouvement mondial des femmes seront discutées.
Lors de la conférence, qui a fait de l’organisation des jeunes femmes un point important de l’ordre du jour, les jeunes femmes auront une voix lors de la deuxième session de l’assemblée.

La première Conférence mondiale des femmes s’est tenue à Caracas, au Venezuela, en 2011 avec la participation de 3500 femmes de quatre continents et de 43 pays. Lors de cette conférence, il a été décidé d’organiser une conférence tous les cinq ans, et en 2016, la deuxième Conférence mondiale des femmes s’est tenue à Katmandou, au Népal, avec la participation de délégués de 40 pays.

La 3e Conférence mondiale sur les femmes a organisé DIMANCHE 4 SEPTEMBRE une marche dans la ville (autorisée loin des quartiers populaires) avec la participation de femmes de différents continents. Tout au long de la marche, des slogans antifascistes, anticapitalistes et antisexistes ont été criés dans différentes langues.

La marche s’est terminée devant le centre culturel, des femmes militantes se sont rendues dans la salle pour l’ouverture officielle de la conférence. La Conférence se poursuivra jusqu’au samedi 10 septembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.