Choses vues et entendues lors de la 3ème Conférence mondiale des femmes de la base en Tunisie

Choses vues et entendues lors de la 3ème Conférence mondiale

des femmes de la base en Tunisie

De Tunis le mardi 6 septembre 2022

Nous avons demandé aux déléguées et invitées participant à la 3e Conférence mondiale quelles étaient leurs attentes vis-à-vis de la Conférence et quelles étaient leurs premières observations sur la situation sociale et économique des femmes en Tunisie.

L’organisation de jeunes femmes socialistes ZORA d’Europe a expliqué ce qu’elle attend de la Conférence en ces termes : « Nous voulons entrer en contact avec des femmes de différentes parties du monde. Nous voulons diffuser la ligne de la révolution des femmes. Nous avons hâte de rencontrer de nouvelles camarades et de faire avancer le mouvement des femmes ! »

Nathalie, déléguée de France, a déclaré : « Tout d’abord, nous avons vu à nouveau à quel point notre unité est grande contre la perte de nos droits acquis grâce à la lutte jusqu’à présent. Je pense que c’est une belle action et une belle rencontre pour nous de réaliser que plus il y a de femmes ensemble, plus elles réussissent. En raison de la loi sur l’interdiction de l’avortement en Amérique il y a quelques mois, nous avons toutes réalisés que nous devons être constamment en alerte. En pensant que les droits que nous avons nous seront à nouveau retirés, nous devons être sur nos gardes chaque minute, chaque jour, lutter et être solidaires. »  Et elle ajoute :

“JE CROIS QUE NOS PERSPECTIVES DE COMBAT SERONT AVANCÉES”

«Je pense vraiment que le monde peut être plus vivable lorsque nous sommes capables d’être pleinement ensemble. Mon attente lors de cette conférence est que les principaux sujets de nos futures perspectives de lutte émergent à la suite des ateliers et que nous serons en mesure de montrer à quel point nous sommes fortes ensembles face à la domination masculine. »

La députée de Şırnak et déléguée à la conférence des femmes du HDP, Nuran İmir, a expliqué :

« DES MILLIONS DE RÊVES DE FEMMES SONT REPRÉSENTÉES »

J’ai ressenti de la douleur et de la tristesse dans les rues de Tunis, tout comme dans les rues du Kurdistan.  J’ai ressenti le reflet de la tyrannie, du fascisme, la violence des femmes à la maison, dans la rue, partout. Mais la colère des femmes tunisiennes s’est manifestée surtout dans la marche de dimanche dernier. Il y avait une bouffée de colère dans les yeux de nombreuses femmes du monde, près de 48 à 50 pays étaient représentés. C’est une rencontre incroyable en soi. Les femmes créent un nouveau monde. Contre tout le système capitaliste, il y a un monde de femmes, un point de vue de femmes, qui veut dessiner l’existence des femmes partout dans le monde et dessiner leurs propres histoires de vie et conditions de vie avec leur propre volonté. Il y a une lutte des femmes qui s’organise et qui développe son réseau de lutte, et les luttes ne connaissent plus de frontières. Le système capitaliste a peut-être tricoté les frontières avant nous. Certes il y avait des femmes qui devaient attendre un visa sur les routes pendant 2 jours, 3 jours voire 15 jours depuis chaque pays, mais aucun obstacle ne pouvait empêcher les femmes de se regrouper. Les femmes n’ont pas reconnu cet obstacle, l’ont surmonté et sont venues. Mais il y a une sérieuse fierté. Parce que chaque représentation des femmes est effectivement arrivée. Il représente le monde de millions de femmes, le rêve des femmes. Les femmes crient le sentiment de liberté de la femme. Parce que chaque représentation des femmes est effectivement arrivée. Il représente le monde de millions de femmes, le rêve des femmes.  Les femmes crient le sentiment de liberté de la femme. »

« Il y a une spirale de violence contre les femmes partout dans le monde. C’est devenu un problème mondial et nous pensons qu’un réseau d’organisations de femmes  international, socialiste et universel devrait être développé contre un  fémicide mondial. C’est pourquoi nous sommes ici aujourd’hui. Je viens donc de Şırnak, en Afghanistan. La volonté à 90 % de Şırnak est ici. Il y a une invasion partout. Des dizaines de milliers de femmes sont en résistance contre cette occupation. Et elles veulent vivre librement dans leur propre pays avec leur langue maternelle. Elles  paient le prix fort pour cela. Voici des milliers d’immigrés aux frontières, le capitalisme est hostile aux droits et au centre de cette grande hostilité se trouve le monde des femmes. Parce qu’il déplace les femmes de leur patrie. Cela sort la femme de son monde. Ici, il prend ses distances avec sa culture et sa langue. Il prend la route. 

Chaque jour, nous nous réveillons avec le meurtre d’une femme dans la rue. Au Kurdistan, il y a des cas très graves de harcèlement, de viol et d’abus contre les femmes, notamment au nom des politiques de sécurité, avec l’aide d’un sergent, par des fonctionnaires des institutions officielles et par des personnes en uniforme. C’est une pensée de guerre mondiale. Le militarisme est dans tous les domaines de la vie, mais il y a un cri de lutte pour la liberté des femmes contre lui. »

« Il y a un fémicide mondial. Contre cela, il faut organiser une résistance mondiale. Par exemple, si une femme au Kurdistan est une cible de cette guerre, la femme en Corée devrait se lever. Nous devons défendre le Rojava ou l’Afghanistan. C’est-à-dire pouvoir montrer des réflexes en même temps. C’est très significatif de pouvoir créer une unité d’action. Unir la lutte des femmes. Parce que nous sommes peut-être de langues différentes, de croyances différentes, de cultures différentes, mais notre monde de femmes va pas à pas construire un nouveau monde. »

« LES VOEUX DE LIBERTÉ DES FEMMES SONT ESSENTIELLES »

 Özlem, membre de la Plateforme internationale des femmes travailleuses et qui est participante à la conférence, a déclaré :

« En tant que migrante turque, je pense que ce fut une expérience très originale pour moi de venir en Tunisie et d’assister à cette conférence. Quand je suis venue en Tunisie, j’ai vu le mode de vie des gens, le statut socio-économique, la pauvreté… J’ai vu que les femmes n’avaient même pas la place de respirer, j’ai senti l’oppression. J’ai vu à quel point il était essentiel et vital pour les femmes d’ici d’exiger la liberté. »

 

La Tunisie est une néo-colonie française. Vous avez vu les soldats marcher dans les rues, qu’avez-vous ressenti ?

« Évidemment, moi, en tant que socialiste, je me heurte aux constantes contradictions du système. C’est une arrière-cour complète et une néo-colonie de la France. Je le vois comme un endroit où il pompe toutes les ressources dans tous les domaines. »

 

Vous assistez aux conférences mondiales des femmes. Parlez-vous aux femmes de ce que vous ressentez ?

“Lorsque je rencontre des femmes, la première chose qui me vient à l’esprit c’est ce que la communiste allemande Clara Zetkin a déclaré le 8 mars ” Journée internationale de la femme ” en mémoire des travailleuses décédées dans l’incendie d’une usine textile aux États-Unis le 8 mars 1857, à la Conférence internationale des femmes socialistes en 1911. …. En tant que femme socialiste, elle a donné le sentiment que les femmes devaient être touchées dans tous les secteurs de la société. Et par cette conférence, j’espère atteindre tous les coins les plus reculés.

« Toutes les formes de violence à l’égard des femmes existent partout. Dans toutes les sociétés, les femmes sont exploitées au moins deux fois. Vous savez, elles sont exploitées aussi bien dans le domaine social que dans le domaine du travail et de la maison. Quand on voit tout cela, les femmes doivent se battre au moins deux fois. Je pense que cela devrait être le but de cette conférence, pour attirer les femmes dans la lutte. Parce que nous vivons dans le système capitaliste et que nous sommes exploités. Le socialisme doit venir. Deuxièmement, nous sommes à nouveau exploités chez nous. Le système patriarcal doit être détruit. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.