14 juillet 2024

ASSEZ DE PERSÉCUTION CRIMINELLE CONTRE LE PEUPLE PÉRUVIEN !

Nous voulons, en premier lieu, en ce début d’année 2023, adresser nos salutations combatives à tous les prisonniers politiques du monde, vous représentez vos peuples, vous êtes leurs meilleurs enfants, c’est pourquoi la bourgeoisie et ses gouvernements réactionnaires s’engraissent lâchement avec vous en vous gardant derrière les barreaux. La haine qu’ils ont pour vous, c’est parce que même s’ils ont emprisonné votre corps, pas votre conscience, pas votre idéologie de lutte, ils ne sont pas capables de vous briser et de vous soumettre. Cette année, nous allons redoubler notre lutte pour votre libération jusqu’à ce qu’il ne reste plus un seul d’entre vous en prison.

Deuxièmement, ce qui se passe aujourd’hui au Pérou n’est qu’un exemple de la politique militaire que l’impérialisme nord-américain et ses laquais appliquent depuis plusieurs décennies pour empêcher les mouvements révolutionnaires et démocratiques dans le monde, mais surtout en Amérique latine. C’est la continuation du plan Condor des années 70 du siècle dernier. Après les défaites subies au Viêt Nam et en Algérie et la nécessité de modifier son modèle économique, en raison de la profonde crise économique. Il est devenu nécessaire pour eux de développer la stratégie militaire anti-insurrectionnelle avec pour conséquence la répression et la réactionarisation des états d’Amérique Latine. Tout comme il est de notoriété publique que la CIA et le FBI étaient directement impliqués dans l’arrestation du Dr Abimael Guzmán Reinoso, puis dans son assassinat et la disparition de sa dépouille. Il est clair qu’ils sont aussi derrière les 47 personnes tuées dans le pays andin jusqu’à présent, après les mobilisations massives et les grèves.

Cette ingérence impérialiste, également par le biais de l’OTAN et de ses lignes militaires, est ce que la droite et l’ultra-droite péruviennes ont aveuglément appliqué jusqu’à aujourd’hui, où les organisations et les masses qui luttent sont qualifiées de “terroristes”, maintenant de “violentistes”, et avec des déclarations gouvernementales réactionnaires du type “nous ne céderons pas tant que nous n’aurons pas arrêté les “violentistes”. Ce que cela signifie, c’est étendre la répression, encore des tueries, des blessés, des prisonniers politiques. Auxquelles ils appliquent le bestial droit pénal de l’ennemi. Bestial, car c’est ainsi que la police et l’armée péruviennes agissent, comme des bêtes. De nombreuses vidéos circulent sur les réseaux sociaux, avec des scènes dantesques de passages à tabac brutaux de jeunes, de travailleurs, de commerçants qui osent se mobiliser. Au Pérou on est persécuté pour ses idées, il n’y a pas de liberté de mobilisation, d’organisation et de pensée.

Tout cela avec une absence totale de condamnation internationale. Les arrestations arbitraires ont déjà commencé, précédées de passages à tabac brutaux. Lors d’un rassemblement de 500 personnes à Lima, 200 ont été arrêtées, soit près de la moitié des participants, elles aient été relâchées par la suite et des poursuites pénales aient été engagées contre elles.

Le 12 janvier, sept dirigeants du Front populaire de défense d’Ayacucho et des étudiants universitaires ont été arrêtés avec une violence cruelle et lâche : Rocío Leandro Melgar, Stefany Anaya, Alejandro Manay, Piero Giles, Fernando Quinto, Yuliza Gómez et Alez Gómez, sans mandat d’arrêt, traînés dans les rues devant la rage et l’indignation de leurs camarades, et immédiatement la campagne médiatique, “terroristes”, “senderistas”. Dans le cas de la camarade Rocío Melgar, ils crient haut et fort qu’elle a déjà été emprisonnée comme “terroriste”, rien de plus faux, elle a été emprisonnée pour avoir lutté pour son peuple et elle a déjà purgé sa peine, mais ils continuent à marteler et marteler, “senderista, terrorista, violentista”, quelle haine de classe contre une digne représentante du peuple d’Ayacucho. Au journal télévisé espagnol du 13 janvier, on parle déjà de 330 détenus.

Dans ces conditions, nous craignons pour la vie des prisonniers politiques révolutionnaires, en particulier les dirigeants du Parti communiste du Pérou, le professeur Elena Iparraguirre Revoredo et d’autres camarades. Ceux qui peuvent être assassinés et disparaître, selon la dernière loi exécrable. Situation fondée sur une Constitution que le peuple péruvien veut abolir. Nous exigeons du gouvernement péruvien le respect de la vie et de la santé des prisonniers politiques, y compris les prisonniers actuels.

Les prisonniers politiques péruviens d’hier et d’aujourd’hui ne sont PAS des TERRORISTES, ils ne sont PAS des VIOLENTISES, ils sont des PRISONNIERS POLITIQUES et c’est ainsi que la communauté internationale devons les défendre. En 1961, Amnesty International a défini un prisonnier d’opinion comme “Toute personne physiquement empêchée (par l’emprisonnement ou autrement) d’exprimer (par des mots ou des symboles) une opinion honnêtement tenue et qui ne préconise ni ne justifie la violence personnelle”. En 2012, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a défini cinq caractéristiques pour qu’une personne soit considérée comme un prisonnier politique. Parmi celles-ci, nous soulignons la première “si la détention a été effectuée en violation de l’une des garanties fondamentales énoncées dans la Convention européenne des droits de l’homme et ses protocoles (notamment la liberté de pensée, de conscience et de religion, la liberté d’expression et d’information, la liberté de réunion et d’association)” (Assemblée parlementaire ce, 2012).Totalement applicable aux prisonniers politiques péruviens !

Le Pérou traverse actuellement une grave crise générale, dans le cadre des 40 années de la crise de l’accumulation du capital, de sa baisse de rentabilité internationale, depuis la fin des années 70. Une grave crise politique, économique et sociale de la société péruvienne, notamment au cours des 30 dernières années de capitalisme néolibéral.

Il est inacceptable que l’aile ultra-droite génocidaire de l’État péruvien continue d’imposer ses présidents de la République et ait le contrôle du Congrès. Elle est protégée par les forces armées et les forces de police génocidaires soutenues par les forces armées et les forces de police nord-américaines. Pour servir les intérêts de l’oligarchie financière et maintenir le peuple dans la misère, la persécution politique, l’emprisonnement, la disparition, le couvre-feu, la terreur et le meurtre de dizaines de civils, la politique génocidaire et persécutrice s’est étendue à tout le peuple. Aujourd’hui, elle est imposée par le gouvernement de droite meurtrier de Dina Boluarte.

Par les amples mobilisations, nous pouvons voir l’indignation et la lassitude du peuple et son rejet de l’État qui ne le représente PAS. Avec leur mobilisation, ils comprennent que les élections ne servent pas au peuple, tout simplement parce que leur vote n’a pas été respecté. Leur démocratie bourgeoise n’a profité qu’aux groupes de pouvoir corrompus, au détriment des larges majorités.

Les lois contre-révolutionnaires qu’ils ont imposées depuis le développement de leur plan génocidaire dans le conflit armé interne de 1980-1992 continuent d’être appliquées et développées. Avec le Plan multisectoriel réactionnaire contre le peuple péruvien et ses dirigeants (en utilisant le Droit pénal de l’ennemi), aujourd’hui ils pénalisent l’intention dans les idées comme peine “indirecte”. Condamnant le droit à l’organisation, à manifester, à l’opinion et les idées, que le système judiciaire, les forces armées et policières et l’ultra-droite considèrent, en niant la Constitution, les lois et les conventions internationales, comme du terrorisme.

Ce qui se passe au Pérou est une démonstration claire de la raison pour laquelle le dirigeant Abimael Guzmán avait raison lorsqu’il a justifié la nécessité de conclure des accords de paix avec le gouvernement péruvien, et plus tard avec la proposition de lutter pour l’amnistie et la réconciliation nationale. Il n’y a pas eu de tels accords, d’où tous les problèmes non résolus depuis lors. D’abord les communistes, puis les démocrates, maintenant la persécution s’étend à tout le peuple, comme il l’avait prédit. Fondamentalement, la droite péruvienne veut couvrir la crise et l’échec du modèle capitaliste néolibéral en persécutant, terrorisant et arrêtant les personnes qui résistent et se mobilisent.

Depuis le 7 décembre, alors que l’ultra-droite prépare et réalise un coup d’État, une répression sanglante se déchaîne contre le peuple qui exige la convocation d’élections pour une Assemblée constituante chargée de rédiger une nouvelle Constitution avec le peuple et pour le peuple, avec la restitution des droits fondamentaux, sociaux et nationaux qui ont été supprimés ou restreints, avec l’abrogation des lois antiterroristes et la libération de tous les prisonniers politiques. Cette répression comprend l’enlèvement de nombreux leaders à Arequipa ; l’assassinat du leader de Cuzco. Les locaux de la Confédération Paysanne du Pérou et de « Nuevo Perú » ont été perquisitionnés illégalement et des fausses preuves, comme des machettes qui venaient d’être achetées. Les dirigeants ne sont pas responsables des meurtres et des blessures de décembre 2022 et janvier 2023, les responsables sont l’État et le gouvernement de droite de Dina Boluarte et le gouvernement des États-Unis.

Enfin, nous sommes totalement solidaires de la position des prisonniers péruviens organisés au sein du Comité National des Prisonniers Politiques et Prisonniers de Guerre du Pérou « Les masses populaires luttent contre l’oppression et l’exploitation du néolibéralisme capitaliste que le coup d’état d’ultra-droite entend perpétuer et exigent une assemblée constituante avec le peuple et pour le peuple qui servira la démocratisation de la société péruvienne”.

“Nous répudions le nouveau terrorisme du tortionnaire Arriola qui, avec une persécution politique sans fin contre les révolutionnaires, accuse faussement, sans aucune preuve, que le Movadef est derrière les protestations, essayant vainement d’effrayer les gens qui répondent que Dina, le Congrès, les forces armées et la police sont les vrais terroristes”.

En tant que Coordination international, nous sommes solidaires de la lutte du peuple péruvien et exigeons une solution immédiate à ses justes revendications, la fin des meurtres, des persécutions et des emprisonnements, la liberté pour toutes les personnes arrêtées pour s’être organisées et avoir lutté. Le peuple péruvien connaît, comme il l’a dit dans ses mobilisations, dans ses protestations et dans son cri national : le sang et la persécution ne noient pas la protestation, mais l’arrosent.

 

APPEL POUR UNE ASSEMBLÉE CONSTITUANTE

SANS PERSÉCUTION POLITIQUE AU PÉROU !

A BAS L’INTERVENTION YANKEE EN AMERIQUE LATINE

ET DANS LE MONDE !

À BAS LE DROIT PÉNAL DE L’ENNEMI !

ARRÊTEZ DE DRESSER LE PEUPLE CONTRE LE PEUPLE !

VIVE LES GRÈVES NATIONALES DES 10 ET 11 JANVIER !

LA FIN DES PERSÉCUTIONS, DES MEURTRES ET DE LA RÉPRESSION !

NOUS EXIGEONS JUSTICE POUR LES ASSASSINÉS

ET LEURS PROCHES !

LIBERTÉ IMMEDIAT POUR TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES

AU PÉROU ET DANS LE MONDE !

 

Coordination International de Solidarité et pour la Liberté des Prisonniers Politiques du Monde

 

Nous, soussignés, soutenons et approuvons cette déclaration :

 

1.

2.

3.

Une réflexion sur « ASSEZ DE PERSÉCUTION CRIMINELLE CONTRE LE PEUPLE PÉRUVIEN ! »

  1. Chers camarades,

    je suis absolument solidaire avec les luttes au Pérou contre ce gouvernement ultra droite. Je suis solidaire de la lutte pour la libération des prisonniers politiques.

    Concernant l’article je trouve seulement dommage que l’on apprend si peu sur les raisons de la mobilisation massive. Ni dans les masses médias (bien sûr!), mais non plus dans l’article. Le Pérou est secoué par l’inflation, on s’imagine l’augmentation de la pauvreté!! On sait que la gestion de la pandémie du Covid a été catastrophique au Pérou. Quelles sont les questions que se posent les masses et qui doivent trouver leurs réponses chez les militants politiques.

    Solidarité! Une lectrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *