Déclarations d’organisations ICOR d’Ukraine et de Russie

Déclarations d’organisations ICOR d’Ukraine et de Russie sur la guerre en Ukraine (février/mars 2022)

Déclaration du KSRD Ukraine, 27.2.2022 

Les prolétaires ont des intérêts de classe communs !

Le 21 février 2022, les dirigeants impérialistes russes ont officiellement “reconnu” les régimes fantoches créés en 2014 dans le Donbass. Ce n’était qu’une préparation formelle pour le début de la guerre généralisée que le régime sanguinaire de Poutine a lancée contre le peuple ukrainien le 24 février 2022. Ce jour-là, l’armée russe (et ses satellites des “républiques” du Donbass) a attaqué l’Ukraine de tous les côtés, de la Crimée occupée à l’ouest de la Biélorussie. Le régime pourri et antipopulaire de Loukachenko a également fait office de vassal pour les ambitions impériales du Kremlin.

La clique de Poutine a déployé plus de 150.000 soldats le long des frontières ukrainiennes et dispose de nombreux avions, chars, artillerie et navires de la marine. Dans ses récents discours, Poutine a même dénié au peuple ukrainien le droit d’exister et a qualifié l’Ukraine de “produit artificiel de l’esprit de Lénine” ! Des centaines de civils ukrainiens, dont des enfants, ont été tués au cours des premiers jours de l’intervention. Les barbares de Poutine ne se contentent pas de bombarder des infrastructures ou des cibles militaires, mais aussi des habitations, des jardins d’enfants, des écoles et des hôpitaux.

D’un autre côté, le président américain Biden, le Premier ministre britannique Johnson et d’autres dirigeants de l’impérialisme occidental avide alimentent depuis longtemps leur hystérie guerrière autour de l’Ukraine. Ainsi, dans leurs déclarations, ils ont littéralement “garanti” à l’avance une invasion russe en citant des dates concrètes. Une telle propagande sert les objectifs égoïstes des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et des impérialistes de l’UE dans leur lutte pour la domination de l’Ukraine et de toute l’Europe. Une lutte dans laquelle le nouveau régime impérialiste de Poutine leur fait face.

Pendant la révolution d’Octobre, pendant la guerre civile en Russie, pendant la formation du pouvoir soviétique et pendant la lutte contre le nazisme d’Hitler, les ouvriers russes et ukrainiens, biélorusses et baltes, tous les travailleurs du pays soviétique se sont tenus coude à coude dans la lutte pour la cause commune, pour leurs intérêts de classe. Puis, après la trahison des révisionnistes en URSS, les ennemis de classe ont réussi à diviser la classe ouvrière des différentes républiques de l’Union, devenues des pays indépendants. Les racines de cette nouvelle guerre se trouvent là, dans la renaissance bourgeoise de l’Union soviétique. Tant Poutine que certains des “timoniers” de l’Ukraine actuelle et d’autres dirigeants politiques des pays post-soviétiques ont grandi dans le social-impérialisme de l’URSS, ils portent les pires traits de ce système dégénéré. Ils sont le cynisme et la cupidité, le mépris pour le sort de millions de personnes, le désir de rester éternellement au pouvoir et d’asservir les autres peuples.

Les prolétaires d’Ukraine, de Russie, de Biélorussie, de Pologne, des États-Unis et d’autres pays ont des intérêts de classe communs ! Et ils ne coïncident pas avec les intérêts de Poutine, Biden, Loukachenko ou Johnson. Il n’y a pas de “bon” impérialisme, il est toujours synonyme de misère, de pauvreté et de guerre. Pour mettre un terme aux impérialistes et à leurs machinations, les travailleurs ont besoin d’une révolution socialiste ! Ce n’est qu’alors que la classe ouvrière sera en mesure de réaliser ses véritables intérêts vitaux – les siens et non ceux des différents exploiteurs impérialistes.

A bas les guerres impérialistes !

Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

 

RMP Russie,

 Thèses sur la guerre – 03.03.2022

Dans le conflit actuel, le Parti maoïste russe (RMP) défend une position résolument antiguerre et anti-impérialiste contre les bellicistes des deux camps (OTAN/UE et Russie), contre l’agression impérialiste de la Russie en Ukraine (la fameuse “opération militaire spéciale” qui ne peut même pas être qualifiée de guerre), contre la guerre civile en Ukraine (entre l’Ukraine et le Donbass) sous la forme d’une “opération antiterroriste” (ATO). Notre position a été adoptée après un débat démocratique à la majorité de tous contre un. L’exception était O.

 

  1. si la reconnaissance de la RPD et de la LPR par la Fédération de Russie avait été un véritable acte de soutien aux habitants du Donbass, elle aurait eu lieu dès 2014. Mais huit années de silence et d’indifférence, que les protecteurs reprochent aujourd’hui aux opposants à la guerre, ont été précisément le fait de l’impérialisme russe, qui s’est servi de la guerre dans le Donbas comme d’un atout pour faire pression sur l’Ukraine, qui était sortie de sa zone d’influence. Les paroles sur le prétendu soutien du gouvernement russe au “mouvement de libération nationale” dans l’est de l’Ukraine sont tout aussi fausses que ses promesses de ne pas attaquer les pays voisins, de ne pas augmenter l’âge de la retraite, etc. Et un régime qui vise à détruire le droit des nations à disposer d’elles-mêmes et qui rêve de ressusciter l’empire russe ne peut, par définition, être un défenseur des opprimés (qu’en est-il d’ailleurs de la reconnaissance du Kosovo, de la Transnistrie et de l’Artsakh ?) Plus le sang a coulé dans le Donbass, plus il était opportun pour le régime de Poutine d’accuser ses voisins et de préparer une agression généralisée plutôt que de trouver une solution pacifique dans l’est de l’Ukraine.

2) En huit ans, la RPD et la RPL sont passées de véritables républiques populaires à des entités fantoches entièrement dominées par le capital russe, avec un espace politique calqué sur celui de la Russie, mais sous une forme plus radicale, et des formations paramilitaires toutes puissantes. Le Kremlin ne les veut en effet pas comme des Etats démocratiques libres, mais comme des “zones grises”. Et leur “reconnaissance” faisait partie de l’Opération spéciale visant à prendre le contrôle de toute l’Ukraine et à la transformer en quelque chose de similaire.

3) Apparemment, le Kremlin espère une guerre éclair qui aboutira à l’établissement d’un régime fantoche à Kiev. Cette opération de “dénazification” entraînera toutefois un renforcement des sentiments nationalistes et antirusses dans le pays occupé et le transformera en un analogue de la Yougoslavie dans les années 1990. Rappelons que l’invasion de la Yougoslavie par l’OTAN en 1999 a également été “justifiée” par la nécessité de renverser le régime de Milosevic, qui avait bombardé le Kosovo. Ils ont même appelé cela une “intervention humanitaire”.

4) L’impérialisme occidental, avec ses sanctions contre la Fédération de Russie, refuse d’apporter une aide militaire à l’Ukraine malgré le soutien “politique” de Kiev, car il semble craindre le statut nucléaire de l’agresseur et les actions imprévisibles de Poutine s’il est acculé par des mesures plus fermes avec le début d’une guerre ouverte. L’impérialisme américain et surtout l’UE adopteront probablement une attitude attentiste et obligeront le Kremlin, opprimé par des sanctions économiques “molles”, à se montrer conciliant à long terme en ce qui concerne le commerce des hydrocarbures à leurs conditions. Il est possible qu’à long terme, des négociations s’ouvrent dans le sens d’un “gaz à notre prix en échange de l’Ukraine avec votre administration”. Cela signifie que dans un tel scénario, l’Ukraine serait à nouveau victime de la collusion entre les impérialistes.

5) Ceux qui, à gauche, soutiennent aujourd’hui l’agression russe commettent une erreur. Ils commettent la même erreur que ceux qui, ces dernières années, se sont réjouis de la mort de civils dans le carnage géopolitique du Donbass. Il est possible qu’en cas de succès de l’aventure actuelle, Poutine et son régime capitaliste-bureaucratique, qui s’est autoproclamé “véritable” décommunisateur de l’Ukraine, ne se contentent pas de démanteler l’État et la souveraineté dans un pays, mais tentent également de rétablir l’Empire russe 2.0 dans d’autres régions “historiques”. Au vu de ce qui précède, il est évident que l’impérialisme russe n’est pas intéressé par la “dénazification”, mais par l’asservissement des peuples. La situation des masses laborieuses en Russie, où les violences policières, la normalisation de la torture, le démantèlement des droits et libertés restants, la censure, la destruction de fait de l’autonomie des républiques nationales, l’imposition du cléricalisme, les valeurs archaïques discriminatoires telles que l’attaque contre le féminisme, l’écrasement des mouvements de défense des droits de l’homme et l’hostilité systémique à l’égard des migrants sont à l’ordre du jour, avec la connivence de l’extrême droite, illustre bien ce que cela peut donner. En d’autres termes, croire que la Fédération de Russie va réellement “dénazifier” l’Ukraine revient à chasser le diable par Belzébuth.

6) Les vrais communistes sont aujourd’hui ceux qui s’engagent résolument pour une paix démocratique entre la Russie et l’Ukraine, au lieu d’être les perroquets de l’impérialisme du Kremlin. La construction d’un mouvement anti-guerre de masse doit devenir l’un des points principaux de l’activité de toutes les forces de gauche et progressistes pour faire avancer les travailleurs et les peuples opprimés de Russie et d’Ukraine dans la lutte contre l’agression, pour le démantèlement des ordres despotiques et pour la construction d’un nouveau monde sans guerres, sans capitalistes et sans oppresseurs. Mais le soutien social-chauvin au Kremlin sous toutes ses formes contribue à l’appauvrissement des Russes, car sous les sanctions, les oligarques feront la guerre, économiseront probablement sur le dos des gens, démantèleront les infrastructures et feront évoluer le régime vers un analogue des années 70 des dictatures de droite d’Amérique latine, avec un anticommunisme caverneux, la torture, l’enlèvement et l’assassinat de ceux qui ne pensent pas comme eux, etc.

 

Plateforme marxiste-léniniste de Russie, 06.03.2022

Aujourd’hui, la lutte contre la guerre est avant tout une lutte contre son propre gouvernement impérialiste !

Aux premières heures du 24 février, le régime impérialiste de Poutine a attaqué l’Ukraine ! Les peuples de Russie, d’Ukraine et du Donbass sont otages d’un conflit d’intérêts entre les deux groupes impérialistes de l’impérialisme américain traditionnel et de l’impérialisme de l’UE d’une part et le nouvel impérialisme russe d’autre part.   Aujourd’hui, des bombes russes tombent sur des villes ukrainiennes, des soldats russes et ukrainiens meurent pour les intérêts de monopoles ou d’oligarques internationaux, et le monde est au bord d’une catastrophe nucléaire mondiale.

Dans ces circonstances, nous appelons les travailleurs de Russie à protester contre la guerre, à saboter le transfert de troupes et de matériel militaire et à dire ainsi leur ferme “non”.  Camarades, expliquez à vos connaissances le caractère criminel de cette guerre !  Ne croyez pas la propagande mensongère selon laquelle il ne s’agit que d’une “opération spéciale pour protéger la population du Donbass” et pour dénazifier l’Ukraine.   Si le régime réactionnaire de Poutine s’était préoccupé du sort de la population de la région de Donetsk, la reconnaissance des républiques populaires aurait eu lieu dès 2014.   Dans toute l’Ukraine, des combats ont actuellement lieu dans des régions où la majorité de la population rejette la perspective d’une soumission au régime dictatorial de Poutine.  La propagande russe justifie l’agression par la nécessité de soutenir Donetsk et Louhansk, qui se sont rebellés contre Kiev en 2014. Mais aujourd’hui, ce ne sont pas du tout les républiques populaires qui ont été créées il y a huit ans. Des dirigeants et des commandants proches du peuple ont été physiquement éliminés ou emprisonnés, tandis que Donetsk et Louhansk se sont transformés en régimes fantoches et miséreux, entièrement dépendants du Kremlin.  La justification du régime russe pour protéger la population de Donetsk et de Louhansk n’est pas plus vraie que l’affirmation du régime tsariste selon laquelle la Russie aurait dû entrer dans la Première Guerre mondiale pour protéger la Serbie attaquée, ou que l’affirmation de l’OTAN au début de ce siècle selon laquelle la Yougoslavie devait être bombardée pour protéger la population albanaise du Kosovo.   

Cela ne signifie pas que le pouvoir ukrainien soit le camp à soutenir dans le conflit actuel. Le gouvernement ukrainien actuel n’est qu’une marionnette de l’autre groupe impérialiste – les Etats-Unis et l’Union européenne.  Parallèlement, les autorités ukrainiennes mènent depuis huit ans déjà une politique de décommunisation et utilisent pour cela et pour combattre les rebelles dans le Donbass des formations paramilitaires néonazies.   Mais l’idéologie de Poutine, même s’il répète ses paroles sur la lutte contre les successeurs des collaborateurs nazis ukrainiens, n’est en réalité que le reflet des idées et des pratiques de ses adversaires. La source de “l’idéologie conservatrice” de Poutine – et il ne s’en cache pas – est le collaborateur Ivan Ilyine, un apologiste du fascisme qui, tout au long de la guerre, a conseillé le régime hitlérien sur la meilleure façon d’organiser le régime d’occupation en URSS. Et à la veille de l’invasion, Poutine a ouvertement déclaré que son objectif était la décommunisation et la destruction de l’héritage léniniste.  En réalité, il n’y a qu’une différence formelle entre les deux groupes impérialistes qui ont plongé les peuples dans un bain de sang.  C’est pourquoi il est du devoir des vrais révolutionnaires, des marxistes-léninistes, de lutter contre la guerre, chacun dans son pays, contre son propre gouvernement, de lutter pour que la guerre impérialiste se transforme en guerre civile.  

Guerre à la guerre !   Paix aux peuples !  Notre ennemi principal est au Kremlin !

Vive l’internationalisme prolétarien et la solidarité internationale ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.