12 juin 2024

UN CAMARADE DE L’ORGANISATION ICOR D’UKRAINE KSDR TÉMOIGNE

A l’occasion de l’anniversaire du début de la guerre pour l’Ukraine, un camarade du Conseil de coordination du mouvement ouvrier (KSRD) d’Ukraine lance un appel:

“Les ouvriers ne doivent pas mourir pour les intérêts des impérialistes !”

Cela fait un an que l’impérialisme russe a envahi l’Ukraine. Dès le premier jour, des civils ont été tués et le nombre de réfugiés a atteint 12 millions. Parmi eux, environ 8 millions se trouvent à l’étranger, les autres sont des déplacés internes. Les grandes villes comme Marioupol, Avdeevka, Severodonetsk, Bachmut et Izium sont gravement détruites. Chaque jour, les envahisseurs bombardent Kherson, Zaporozhye, Dniepr, Kharkov et de nombreuses petites agglomérations dans les régions de front. Chaque jour, les impérialistes de Poutine tuent et mutilent de simples travailleurs, et ils ne s’arrêteront pas.

Cela suscite la colère et la haine légitimes du peuple envers les agresseurs qui se cachent derrière la fausse couverture de “libérateurs” et d'”antifascistes”. En même temps, les larges masses ont peur de la guerre et de la misère qu’elle a apportée et qu’elle apporte encore. Et l’on ne sait pas quand la guerre prendra fin : Le Kremlin envoie des dizaines de milliers de soldats en Ukraine (dont des criminels sortis des prisons), tandis que l’Occident fournit des armes de plus en plus puissantes. Par exemple, la livraison d’avions de combat de fabrication occidentale est probablement prévue pour 2023. Lors de sa récente apparition publique, Poutine a déjà évoqué la reprise des essais nucléaires.

Le peuple ukrainien ne veut pas vivre sous le joug des criminels de Poutine. Mais il est important que les masses comprennent que tout impérialisme apporte la souffrance et la mort. Seule une véritable libération sociale peut apporter la liberté face aux guerres et à l’exploitation impérialistes – pour les travailleurs de toutes les nations. Dans la situation difficile actuelle, notre organisation continue à se tenir sur le point de vue de classe et ne succombe ni aux mensonges infâmes de l’impérialisme russe, ni à la rhétorique trompeuse des chauvins pro-occidentaux. Il est toujours important de faire une analyse objective, libre de toute émotion.

En ce jour anniversaire de la guerre, les assassins de Poutine pourraient lancer des attaques de missiles et des bombardements aériens en masse, et des dizaines de personnes mourront à nouveau. Une fois de plus, des familles entières quittent les villes et s’installent par précaution dans les banlieues ou les villages pour éviter d’être touchées. Beaucoup de gens se sont habitués à leur manière au danger quotidien, ils ont l’habitude de vivre dans de telles conditions, d’élever leurs enfants, d’aller faire leurs courses et de travailler. Mais à tout moment, un missile ou un obus peut arriver, et tout peut prendre fin, toutes ces années d’existence humaine, tout ce qu’ils ont appris et accompli pendant ce temps. Récemment, un nouveau bombardement barbare a eu lieu sur Cherson, des missiles “antifascistes” russes ont frappé des maisons d’habitation et un arrêt de transport public, tuant de simples citoyens. Dans le reste du pays, les lumières sont éteintes et les gens sont contraints de rester assis dans l’obscurité et le froid : Les “libérateurs” détruisent délibérément les infrastructures civiles.

Nastja (21 ans), une jeune fille qui vit au nord de Kiev, nous a dit : “Je me suis presque habituée à la guerre. Quand il y a une attaque aérienne, nous ne nous mettons plus aussi vite à l’abri. Mais je comprends que c’est une loterie : un jour, un missile tombe dans le quartier voisin, et le lendemain, il arrive chez nous. J’étudie, je sors avec mon ami, mais demain je ne serai peut-être plus là. Et pourquoi ? Parce que quelqu’un, dans une lointaine salle de cabinet richement meublée, a décidé d’avoir le droit de décider du sort de millions de personnes ? Dans les premiers jours de l’agression, il y avait constamment des combats tout près de chez nous, et parfois des obus tombaient. Nous ne sommes pas partis, car mes parents sont déjà âgés, nous n’avons pas de logement ni d’argent pour vivre en exil. Mais que se passera-t-il demain ? Est-ce que nous nous réveillerons encore le matin ?”

Nous répétons : Les travailleurs ne doivent pas être pris en otage par les impérialistes, ils ne doivent pas mourir pour leurs intérêts. A bas les guerres de la bourgeoisie !

 Le KSRD est membre de l’organisation révolutionnaire internationale ICOR.

Une réflexion sur « UN CAMARADE DE L’ORGANISATION ICOR D’UKRAINE KSDR TÉMOIGNE »

  1. On peut quand même se demander pourquoi l’Ukraine est parsemée de monuments d’hommage aux bandéristes, d’avenues portant le nom de Bandera et autres criminels nazis (jusqu’à celle conduisant vers Babi Yar!) et pourquoi les ukrainiens ont supporté (au deux sens du terme) des gouvernements fascisants depuis 2014… Et les crimes commis contre les russophones du Donbass à partir du coup d’Etat fasciste de Maïdan? Pour autant, je ne suis pas un partisan de Poutine mais je considère que ce sont l’OTAN et ses fantoches et cocaïnomanes de Kiev qui sont les agresseurs. La cohérence révolutionnaire voudrait que le prolétariat ukrainien retourne ses armes contre sa classe dominante compradore pourrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *