15 juin 2024

Construire le Front Uni antifasciste

Face au développement réactionnaire des gouvernements vers la droite, il y a également beaucoup de protestations, grèves, manifestations et du soutien pratique pour les réfugiés de la part des masses. En même temps, les travailleurs et les masses d’Europe et du monde entier luttent, en Allemagne contre l’introduction de lois fascisantes de police ou en Autriche et en France contre le démantèlement des droits sociaux et des droits des travailleurs ! Le développement vers la droite est la réponse du gouvernement à la tendance du système impérialiste mondial à produire des crises et aux déplacements des rapports de force dans la compétition impérialiste mondiale. Ceux-ci conduisent à une augmentation généralisée de la préparation impérialiste d’une guerre. Cette politique s’accompagne d’une propagande chauvine, d’une fascisation des appareils d’État et d’un démantèlement massif des droits et libertés démocratiques bourgeois. En France tout récemment plusieurs faits le démontre encore une fois. Cette situation exige des communistes et des progressistes une réponse commune et la construction d’un Front Uni anti-fasciste.

**************************
JEAN-PAUL DELESCAUT : LE SECRÉTAIRE DE L’UNION DÉPARTEMENTALE CGT DU NORD ÉCOPE D’UN AN DE PRISON AVEC SURSIS !

L’accusation d’apologie du terrorisme équivaut dans ce cas de la part du pouvoir macronien et de la justice à un soutien inconditionnel à Netanyahou.
Ce soutien se manifeste par ailleurs par une atteinte répétée à la liberté d’expression, au droit de manifester son soutien au peuple palestinien massacré.
Le secrétaire général de la CGT du Nord a été condamné jeudi 18 avril par le tribunal correctionnel de Lille à une peine de prison avec sursis. En cause, la publication d’un tract de soutien à la Palestine en octobre 2023.
Un soutien à la Palestine qui coûte cher. Pour un tract syndical paru trois jours après l’attaque du Hamas du 7 octobre, le tribunal correctionnel de Lille a rendu son délibéré, trois semaines après le procès de Jean-Paul Delescaut, secrétaire général de la CGT du Nord.
L’objet du délit, publié le 10 octobre sur le site internet de l’union départementale, et retiré depuis, était intitulé : « La fin de l’occupation est la condition de la paix en Palestine. » C’est en sa qualité de responsable de la publication du site que Jean-Paul Delescaut était poursuivi.
Ce tract disait apporter « son soutien au peuple palestinien en lutte contre l’État colonial d’Israël» puis affirmait ceci : « Les horreurs de l’occupation illégale se sont accumulées. Depuis samedi, elles reçoivent les réponses qu’elles ont provoquées. »Dans le détail, il a été condamné pour « apologie du terrorisme » à une peine extrêmement forte, un an de prison avec sursis, comme l’avait demandé le parquet. Le motif de « provocation publique à la haine ou à la violence en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion» n’a pas été retenu.
Depuis plusieurs mois, la CGT parle d’un climat « très inquiétant de répression des libertés syndicales ». Dans une lettre adressée début décembre à Élisabeth Borne, première ministre de l’époque, Sophie Binet alertait sur un « contexte de répression, inédit depuis l’après-guerre » et demandait que cesse ce « harcèlement judiciaire ». Pour la secrétaire générale du syndicat, il s’agit d’un “cap gravissime franchi dans la répression des libertés.” Elle annonce qu’elle fait appel de ce jugement qu’elle juge “honteux.” Le syndicat comptabilise à ce jour « plus de mille militants poursuivis devant les tribunaux et au moins dix-sept secrétaires généraux d’organisations CGT
convoqués du fait de leur qualité ».

A cela s’ajoute : La convocation de Mathilde Panot (LFI) par la Direction de la Police Judiciaire de Paris une convocation pour être entendue dans le cadre d’une enquête pour « apologie du terrorisme ». Cette convocation intervient à la suite d’une longue liste d’autres tentatives de faire taire les voix en faveur de la paix : annulation de deux conférences de Jean-Luc Mélenchon et de Rima Hassan, convocation pour « apologie du terrorisme » de Rima Hassan et de plusieurs personnalités engagées, jusqu’aux étudiants de l’EHESS, encore tentative d’interdire jusqu’à la dernière minute la manifestation du dimanche 21 avril contre le racisme et l’islamophobie et pour la protection de tous les enfants.Il s’agit de bâillonner des expressions politiques. Le régime macroniste aura transgressé toutes les limites imaginables. C’est donc la première fois dans toute l’histoire de la Cinquième République qu’une Présidente d’un groupe d’opposition à l’Assemblée nationale est convoquée pour un motif aussi grave sur la base d’accusations fallacieuses.

La tendance à la droitisation, voire à la fascisation des sociétés capitalistes que nous dénonçons depuis de nombreuses années s’accentue. Ce qui exige la formation d’un large Front ….

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *