29 février 2024

Israel, un soutien bourgeois

Il peut exister parfois un « antisémitisme de gauche » qui tend à faire de la cause palestinienne la mère de toutes les causes et assimile ainsi n’importe quel juif à un potentiel colon israélien. Cette confusion entre judaïsme et sionisme peut se dissimuler dans certaines idées et peut créer le trouble dans certains débats et discours à gauche. Les peuples qui souffrent, le capitalisme en créer pleins : Kurdes, Ouighours, amérindiens, sahraouis, yéménites, ukrainiens, arméniens, soudanais….

De l’autre côté du spectre on a la manifestation de dimanche 12 novembre « contre l’antisémitisme » qui a été initiée par Gérard Larcher (membre LR et président du Sénat) et Yael Braun Pivet (membre de Renaissance et présidente de l’Assemblée nationale). Cette manifestation qui était entre autres infestée de membres du RN est en réalité un soutien à peine caché à Israël.

Serge Klarsfeld se réjouit de la participation du RN.

En réalité, les soutiens des uns et des autres se font selon des points de vue de classes. En effet « l’antisémitisme de gauche » est en réalité une haine de la bourgeoisie mais confuse, et la haine des Palestiniens (à droite) est une haine des pauvres. Ainsi, le soutien de Klarsfeld, fils d’un ancien déporté, à la présence du RN (qui a parlé des chambres à gaz comme étant « un détail de l’histoire »), est en réalité un soutient de classe, tout autant  bourgeois que lui. Pour eux Israël représente dans ce conflit la domination civilisée, le libéralisme, la technologie. Après tout, Israël aime se faire appeler : « la seule démocratie du moyen orient », et le RN qui est à l’apogée de son cheminement politique bourgeois libéral veut plus que jamais montrer patte blanche à la bourgeoisie française et internationale, posant à côté de LR, LREM, Klarsfeld…

Finalement, le prisme selon lequel il faut lire les évènements est toujours le même si l’on veut éviter toute confusion, erreur et amalgame : le marxisme pour une approche en terme de classes, et le léninisme pour une approche en termes impérialiste et coloniale. Ces outils sont essentiels pour comprendre le conflit israélo-palestinien et aide à ne pas tomber dans des soutiens invétérés à des organisations telles que le Hamas sous couvert de soutien à la cause palestinienne, ou à confondre juif et sioniste, musulman et terroriste… les ennemies à combattre sont toujours les mêmes : le capitalisme, la bourgeoisie, son idéologie… et ils n’ont ni couleur, ni race, ni religion. Ainsi, pour un marxiste, il sera impossible de se faire accuser d’antisémitisme ou plus généralement de racisme car les forces prolétaires sont les premières à être diverses et conscientes que l’ennemie commun n’est pas l’immigré, ni le juif, ni le musulman mais le patron. L’internationalisme socialiste s’oppose ainsi frontalement à l’alliance bourgeoise car c’est ce dernier qui a fixé le cadre et il est international.

Bachir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *