18 avril 2024

Palestine : colons et militaires terrorisent les bergers

La guerre que mène Israël contre les Palestiniens ne touche pas que Gaza. Près d’Hébron, la plus grande ville de Cisjordanie, des colons soutenus par l’armée mènent la vie dure aux bergers locaux. C’est le premier jour du Ramadan à Masafer Yatta, au sud d’Hébron en Cisjordanie, et le premier jour de jeûne pour Ibrahim. Il fait beau en ce 10 mars pendant que le berger sort ses moutons de leur enclos, mais un vent frais souffle sur les collines verdoyantes. Le visage tanné par le soleil, orné d’une barbe blanche, Ibrahim scrute les alentours – un danger pèse sur sa vie et sur celle de son troupeau.

Congrès sur la Palestine interrompu et interdit par le Sénat de Berlin et la police !

Depuis des semaines, les médias bourgeois, avec l’accord et le soutien de tous les partis du Sénat de Berlin, se déchaînaient contre le Congrès de la Palestine. Même des médias supra-régionaux comme la NZZ participaient à cette diffamation inqualifiable en tant qu’événement organisé par des “israélophobes”. Le compte de la « Voix juive pour une paix juste » a été bloqué parce que des billets pour le congrès avaient été vendus par ce biais.Le congrès sur la Palestine était prévu du 12 au 14 avril 2024 à Berlin – sous le mot d’ordre : “Nous dénonçons !” Il s’opposait ainsi en particulier au fait que le gouvernement fédéral allemand se range sans restriction du côté de l’Israël sioniste, qui commet un génocide contre les Palestiniens à Gaza. Les livraisons d’armes en font partie, ainsi qu’un indicible acharnement contre la lutte de libération palestinienne et la répression contre les critiques en Allemagne.

Guerres impérialistes : JOURNÉE D’ACTIONS INTERNATIONALES DU 24 FÉVRIER

La journée internationale de mobilisation du 24 février et les différentes manifestations qui ont eu lieu dans plusieurs pays contre toutes les guerres impérialistes et colonialistes ont été un succès, malgré les difficultés évidentes dans la construction de cet inventaire. Les différentes initiatives, manifestations et grèves développées ont surtout constitué un premier pas, au niveau international, dans la perspective de la construction d’un large front prolétarien, anticapitaliste et internationaliste capable d’identifier et de combattre la tendance générale à la guerre et la responsabilité de tous les gouvernements impérialistes sur les théâtres de guerre, de l’Ukraine à la Palestine.

Du pain pour Gaza ! Le peuple palestinien doit vivre et être libre !

Depuis, les souffrances du peuple palestinien dans la bande de Gaza augmentent chaque jour de manière incommensurable. Selon l’OMS, un enfant de moins de deux ans sur six dans le nord de la bande de Gaza souffre de « malnutrition aiguë ». L’entité sioniste israélienne empêche les convois d’aide humanitaire de pénétrer dans la bande de Gaza avec des denrées alimentaires et des médicaments dont le besoin est urgent. Alors que les familles et les enfants de Gaza meurent de faim, Israël laisse derrière lui des bombes militaires ressemblant à de petites boîtes de conserve, ce qui est difficilement égalable en termes de mépris pour l’être humain. Affamer délibérément la population de la bande de Gaza est une méthode d’extermination du peuple palestinien !

Campagne pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah

L’UPML et la Coordination internationale des organisations révolutionnaires (ICOR) ont encouragé la lutte de libération du peuple palestinien dès leurs fondations. Depuis la dernière guerre d’extermination brutale d’Israël sioniste contre les masses palestiniens, surtout dans la bande de Gaza, elles participent activement au mouvement de solidarité en France et dans le monde entier. L’objectif que l’ICOR, avec ses membres, s’est fixée est de renforcer les forces démocratiques et socialistes et leur collaboration à travers des frontières. « Aucune lutte ne doit plus rester seule » est une ligne directrice centrale de son internationalisme prolétarien. L’ICOR encourage également le débat sur les perspectives socialistes de la lutte.

Résolution de l’ICOR sur Gaza et le génocide

En cessant leurs paiements à l’UNRWA, les États-Unis, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, le Japon, la France, l’Autriche, le Canada, l’Australie, la Finlande et l’Italie aggravent l’évolution de l’agression sioniste d’Israël vers un génocide. Plus de deux millions de personnes dans la bande de Gaza dépendent de l’aide de l’UNRWA pour ne pas mourir de faim. La destruction de l’Office de secours pour les réfugiés aurait également des conséquences désastreuses pour 5,9 millions de personnes en Cisjordanie, en Jordanie, en Syrie et au Liban.