Résistance active contre les préparatifs de guerre impérialistesde l’OTAN et de la Russie !

Proposition de résolution de l’ICOR sur le conflit ukrainien (basée sur les projets du KSRD, du MLP Russie et du MLPD);   Cette proposition, que nous partageons, est en cours de signatures au niveau mondial. D’or et déjà nous la faisions connaître.

 

Résistance active contre les préparatifs de guerre impérialistes de l’OTAN et de la Russie !

Alors que l’OTAN n’a cessé, au cours des dernières décennies, de poursuivre son élargissement à l’Est et que le régime réactionnaire ukrainien s’est doté de plus en plus d’armes et des munitions, la Russie impérialiste a depuis des mois déjà une armée de 100 000 hommes équipée d’engins lourds et d’armes d’attaque concentrés à la frontière ukrainienne. L’armée est également renforcée en Crimée occupée et dans la partie du Donbass contrôlée par les « républiques » favorables à Poutine. Dans le même temps, on a appris que les États baltes se préparent à fournir à l’Ukraine des systèmes de défense aérienne et antichars. Combiné avec la mise en œuvre et l’annonce provocatrices de manœuvres de la part des deux parties, le danger d’une confrontation guerrière impérialiste s’aggrave considérablement. Cela exige la résistance active des forces révolutionnaires internationales, de la classe ouvrière et des masses populaires contre toute agression impérialiste !

Deux puissances fortement armées – frontière à frontière. Les médias occidentaux présentent la Russie comme l’unique agresseur et détournent l’attention de l’alliance militaire occidentale dirigée par le principal fauteur de guerre, les États-Unis.

Mais les États-Unis, l’OTAN et l’UE ont depuis longtemps rompu leur promesse que les pays d’Europe centrale et orientale, en particulier la Pologne, la Lituanie, l’Estonie, la Lettonie et la Roumanie, ne deviendront pas des zones de déploiement de l’OTAN aux frontières de la Russie. Des unités de combat de l’OTAN se trouvent en Pologne et dans les pays baltes. L’impérialisme de l’UE, avec l’Allemagne et la France à sa tête, vient d’affirmer son droit de regard sur la lutte pour l’Ukraine sous le slogan d’une « politique étrangère européenne plus puissante » et d’options militaires de plus en plus indépendantes.

L’Ukraine elle-même, notamment en raison de la perte du marché russe depuis 2014, est devenue le pays le plus pauvre d’Europe et en même temps suréquipée d’armes. Elle dispose d’une armée de 250 000 hommes sous les armes, plus 400 000 réservistes et membres d’unités de combat fascistoïdes comme le régiment Azov.

L’Ukraine est importante pour le régime de Poutine, non seulement sur le plan économique mais aussi sur le plan politique : le retour de l’Ukraine dans sa sphère d’influence est une pierre angulaire de l’expansion de la Russie et de ses aspirations de grande puissance. Pour l’Occident, en revanche, l’Ukraine est une tête de pont d’une importance fondamentale pour exercer une influence à la fois sur la Russie et sur toute la région de l’Europe de l’Est.

L’instabilité du système impérialiste mondial s’accroît. Deux blocs d’impérialistes s’affrontent directement, menaçants et même armés d’armes nucléaires et renforcent leur potentiel militaire dans le contexte de la crise économique et financière mondiale actuelle. L’OTAN et l’UE veulent annexer d’autres pays comme la Moldavie et la Géorgie à leur sphère d’influence et à leur marché. La Russie, quant à elle, exige de maintenir son influence sur ces États. Entre-temps, elle a signé un pacte de coopération militaire avec la Biélorussie et effectue également des manœuvres depuis le Nord, à la frontière avec l’Ukraine. Le régime de Poutine a démontré la même politique de puissance au Kazakhstan, réprimant brutalement le soulèvement justifié de la classe ouvrière kazakhe par son intervention militaire au Kazakhstan. Car : le Kazakhstan « dispose de ressources considérables en charbon, métaux non ferreux, terres rares et uranium » (extrait d’un rapport de janvier 2022 de l’organisation russe ICOR, MLP). L’expansion de sa propre sphère de puissance impérialiste ne se fait qu’au détriment de l’autre. Le développement très inégal entre les États impérialistes est la base matérielle de l’intensification des contradictions inter-impérialistes.

L’impérialisme, c’est la guerre vers l’extérieur et la réaction vers l’intérieur. Seul le socialisme peut mettre fin à ces lois inhérentes. Mais aujourd’hui, un mouvement de paix combatif à l’échelle mondiale peut s’opposer aux préparatifs de guerre et retarder ou bien empêcher le déclenchement d’une guerre concrète.

Les forces révisionnistes qui présentent la politique étrangère de la Russie comme « anti-impérialiste » et appellent à sa protection par un mouvement de paix sont de dangereux  confusionnistes. C’est une trahison de la lutte pour la paix et cela affaiblit la nécessaire lutte internationale pour la paix. La situation notamment en Ukraine, particulièrement menacée, montre les conséquences d’une telle division : lors des manifestations sociales de masse, il n’y a pratiquement aucune demande de paix. « Beaucoup, y compris surtout une partie de la jeunesse, voient la cause de toutes les difficultés uniquement dans l’agression de Poutine et non dans l’impérialisme occidental ou dans la nature du capitalisme. Il n’y a que très peu de manifestations anti-guerre – largement liées aux activités des forces pro-russes », ce qui affaiblit « la résistance à l’agression de Poutine » (extrait d’un rapport de décembre 2021 de l’organisation ukrainienne ICOR KSRD).

La situation actuelle, extrêmement dangereuse, souligne l’urgente nécessité de construire et de renforcer avec détermination le Front uni anti-impérialiste et anti-fasciste international avec toute la détermination nécessaire.

L’organisation ICOR KSRD, Ukraine, a écrit il y a quelques jours :

« Nous, les organisations révolutionnaires prolétariennes du monde, condamnons fermement le militarisme des impérialistes, car derrière leurs affirmations de justice ou de « vengeance » se cachent des intérêts personnels et le désir d’atteindre leurs objectifs au détriment de la vie des travailleurs. Cela vaut pour l’Occident, pour la Russie et pour tous les autres impérialismes. Tous les impérialistes exploitent activement les mythes de propagande à leur avantage, conçus pour persuader les travailleurs de se battre volontairement et de manière désintéressée pour les intérêts des centres impérialistes. »

Nécessaire et d’orientation-pilote est la décision de la 4e Conférence mondiale de l’ICOR d’« approfondir le travail d’éclaircissement sur l’impérialisme et la perspective du socialisme. »

Renforcez la construction du Front uni anti-impérialiste et anti-fasciste !

Renforcer les organisations de l’ICOR !

Halte aux manœuvres de guerre aux frontières entre l’Ukraine et ses voisins !

Pas de manœuvres navales dans la mer Noire, en Méditerranée et dans la mer Baltique !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.