Danger de guerre nucléaire

Comment les États-Unis se préparent à une guerre mondiale

(un article de RF-news du 18 mars 2022)

Comme les annonces se ressemblent : le 27 février, le chancelier Olaf Scholz a annoncé le plus grand programme de réarmement de l’Allemagne depuis la Seconde Guerre mondiale. Le “Frankfurter Allgemeine Zeitung” d’aujourd’hui fait ouvertement état d’une étroite collaboration entre le gouvernement impérialiste allemand et la France, seule puissance nucléaire de l’UE (www.faz.net, 19/03/2022) Le 9 mars, le journal “The Australian” titrait : “Constitution de troupes pour faire face à la double menace”. Le gouvernement australien avait décidé d’augmenter les dépenses d’armement de 30 pour cent, le plus grand programme de réarmement depuis plus de 40 ans. Par “double menace” on entendait la guerre contre la Chine et la Russie.

S’agit-il de réactions de panique face à la guerre d’agression de l’impérialisme russe ou de plans préparés depuis longtemps et pour lesquels on crée désormais un climat ?

Des plans préparés depuis longtemps

Le 18 février, le magazine « Foreign Policy » a publié un article¹ de Matthew Kroenig, vice-directeur du Scowcroft Center à l’Atlantic Council, qui représente l’orientation principale de la politique étrangère américaine ². Le titre : “Washington doit se préparer à la guerre à la fois contre la Russie et contre la Chine”. L’article développe la stratégie et la tactique visant à défendre la position menacée des Etats-Unis en tant que seule superpuissance en soumettant le principal adversaire, la Chine, et son principal allié, la Russie, à la domination des Etats-Unis. Dans le cas de la Chine, il n’est pas certain que l’on puisse y parvenir en mettant en scène une “révolution des couleurs” de l’intérieur ou en provoquant la Chine à envahir Taïwan et à l’attaquer ensuite.

Provocations et armement

En ce qui concerne la Russie, les Etats-Unis et l’OTAN n’ont cessé depuis de nombreuses années d’avancer leurs positions vers la frontière russe, de déployer des missiles, d’organiser de grandes manœuvres ou de provoquer des vols de bombardiers nucléaires et d’escadrons de chasseurs jusqu’à la frontière russe. Parallèlement, il est apparu au grand jour que les Etats-Unis n’ont pas seulement équipé l’Ukraine d’armes ultramodernes, mais que des agents de la CIA ont préparé et formé pendant des années les troupes ukrainiennes à une telle guerre. Les tireurs d’élite et les missiles antichars ainsi que les communications secrètes avec les techniques les plus modernes ont été particulièrement entraînés. ³

L’impérialisme russe a mené – pour ses propres intérêts impérialistes – une attaque contre l’Ukraine, ce qui s’accompagne pour lui du risque d’un affaiblissement massif – économique, politique et militaire.

L’article de Foreign Policy mentionné plus haut demande sans détour une augmentation massive des dépenses militaires des Etats-Unis et de leurs alliés, expressément jusqu’au doublement, avec des indications précises sur les systèmes d’armes dont il s’agit : En Europe, il s’agit de chars et de missiles, les alliés du Pacifique doivent acheter des sous-marins, des mines marines et des missiles navals. C’est exactement ce qui est annoncé aujourd’hui en Allemagne et en Australie.

La « dissuasion nucléaire »

Les Etats-Unis doivent “s’appuyer davantage sur les armes nucléaires”, poursuit l’article, tout en étant pleinement conscients des “risques liés à la dissuasion nucléaire”, selon une formule cynique. La Seconde Guerre mondiale est recommandée comme grand modèle, où les Etats-Unis “n’ont pas seulement cherché la victoire dans un théâtre de guerre”. Mais la Russie néo-impérialiste a également développé de nouvelles armes nucléaires, tout comme d’autres pays impérialistes.

Ce que les stratèges de la guerre mondiale oublient dans tous ces plans, ce sont les masses populaires qui ne se laisseront en aucun cas volontairement asservir pour les objectifs de l’impérialisme américain ou anéantir par des armes nucléaires. L’impérialisme russe n’avait pas non plus prévu la résistance massive des masses populaires en Ukraine, ni même dans son propre pays.

La position de la Chine communiste sous Mao Tse Toung

Dès 1963, dans la “Polémique sur la ligne générale du mouvement communiste international”, le Parti communiste chinois de Mao Zedong attaquait la politique de “fétichisme et de chantage nucléaires” de Nikita Khrouchtchev, secrétaire général du PCUS révisionniste, qui se vantait de posséder des armes nucléaires. Le PC chinois lui a opposé “que pour maintenir la paix dans le monde, il faut sans cesse démasquer l’impérialisme, mobiliser et organiser les masses populaires pour lutter contre l’impérialisme, avec les Etats-Unis en tête. (…) Conformément à cette ligne, il est possible de contrecarrer les pressions nucléaires de l’impérialisme américain et de déjouer ses plans visant à déclencher une nouvelle guerre mondiale“⁴ Cette ligne révolutionnaire dans la lutte pour la paix est toujours juste, même après presque 60 ans.

Résistance active contre la guerre impérialiste !

C’est la lutte commune des masses populaires du monde entier qui peut empêcher une guerre nucléaire. Justement face aussi aux nouvelles armes nucléaires tactiques comme les “mini-nukes”, il est très important de lutter pour l’interdiction et la destruction de toutes les armes nucléaires, biologiques et chimiques (N.B.C.) !

Et ce sont les masses populaires du monde entier qui, sous la direction des partis révolutionnaires et marxistes-léninistes, peuvent mettre fin à ce système impérialiste et à son danger de guerre. C’est pourquoi le renforcement de ces partis – plus de 60 d’entre eux sont membres de l’organisation révolutionnaire mondiale ICOR – est aujourd’hui plus important que jamais. Le MLPD, en tant que parti ouvrier révolutionnaire en Allemagne, en fait également partie.5

Possibilités concrètes de soutien !

Ceux qui veulent s’organiser sont les bienvenus. Et ceux qui veulent soutenir ce travail ou aider les ouvrières et ouvriers d’Ukraine ont des possibilités pour faire un don :

  1. Pour le fonds d’aide du Conseil de coordination du mouvement ouvrier en Ukraine (KSRD) c’est possible par :

L’Organisation de solidarité et d’entraide ‘Solidarität International’

IBAN : DE86 5019 0000 6100 8005 84, mot-clé « Fonds d’aide à l’Ukraine »

  1. Pour le financement de délégations de mineurs ukrainiens et russes à la Conférence internationale des mineurs (IMC) 2023 : Organisation de la solidarité et de l’aide Solidarité Internationale

IBAN : DE86 5019 0000 6100 8005 84, mot-clé « IMC, mineurs russes et ukrainiens »

 

 

Sources :¹ Washington must prepare for war with both Russia and China, Foreign Polica, 18.2.22
² Monthly Review, 27.2.22
³ Yahoo news, 16.3.22
⁴ Polémique sur la ligne générale du mouvement communiste international, Peking 1965

5 L’UPML est également organisation membre de l’ICOR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.