Le patron de Total Énergies élu président d’Entreprises pour l’environnement

Bien connaître l’ennemi qui est ici, dans notre pays, fortement lié au capitalisme monopoliste d’État (comme nous l’avons déjà montré sur notre site) Nous remercions “Reporterre” pour son excellent travail d’enquête et de révélation. 

Le patron de Total Énergies élu président d’Entreprises pour l’environnement

On pourrait presque en rire si on ne savait la gravité de la situation :

En Argentine, Total souille la Patagonie

Au Yémen, l’usine Balhaf de Total transformée en prison secrète

En Birmanie, Total soutien le régime militaire birman

En Ouganda et en Tanzanie, le plus long oléoduc chauffé du monde

En Russie…. Au Mozambique….

Patrick Pouyanné, le PDG de TotalÉnergies et un ami proche de Macron and co. vient de prendre la tête de l’association Entreprises pour l’environnement, sachant que la multinationale qu’il dirige fait partie du top 20 des entreprises mondiales qui émettent le plus de CO2. Il succède à Jean-Laurent Bonnafé, le directeur général de BNP Paribas, une banque elle aussi épinglée pour sa politique d’évasion fiscale et son financement des énergies fossiles.

Cette nomination n’a pas tardé à faire réagir les écologistes, qui ont dénoncé une vaste opération d’écoblanchissement.

Le PDG de #TotalEnergies prend la tête d’Entreprises pour l’Environnement !

Sérieux @epe_asso ? On n’est pas le 1er avril pourtant🙈🙈🙈🙈 pic.twitter.com/b1X1RI0Kgd

— Matthieu ORPHELIN (@M_Orphelin) June 2, 2022

Créée en 1992, l’Association française des entreprises pour l’environnement, EpE, regroupe une soixantaine de grandes entreprises françaises (Renault, EDF, Saint Gobain, Veolia, Airbus, Airfrance, Lafarge, Vinci, etc.). Ses membres disent partager « la même vision de l’environnement comme source de progrès et d’opportunités ».

Vous êtes révolté par le désastre écologique ? Et par son absence dans les médias ? Nous aussi.
C’est pour cela que chaque jour, les journalistes de Reporterre publient enquêtes, articles et reportages sur ce qui constitue, selon toutes les données scientifiques, la question fondamentale de ce siècle.

Le journal permet chaque mois à plus de 1 000 000 de lecteurs et lectrices de s’informer sur l’écologie, en accès totalement libre. Les articles permettent comprendre les conséquences de la catastrophe en cours sur le vivant, dont les humains. Avec Reporterre, chacun et chacune dispose d’informations de qualité, quelle que soit sa capacité à les payer.

Contrairement à beaucoup d’autres médias, Reporterre n’a ni actionnaire ni propriétaire milliardaire. Vous n’y trouverez aucune publicité. Le journal, à but non lucratif, est libre de toute influence commerciale ou politique.

Cela est possible grâce aux plus de 27 000 lecteurs et lectrices qui soutiennent Reporterre par des dons. S’il y a bien un moment pour nous aider, c’est maintenant. Chaque contribution renforce notre capacité à porter l’écologie au cœur de l’agenda médiatique et politique. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Si vous le pouvez, soutenez le journal avec un don mensuel. Merci.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.