6 août 45 : Hiroshima. Résister à la préparation d’une guerre nucléaire !

Tract de l’Union Prolétarienne marxiste-léniniste répondant à l’Appel international de l’ICOR:

“6 août 45 : Hiroshima, première bombe atomique

Résister à la préparation d’une guerre nucléaire !

Il y a 77 ans, le 6 août 1945, les États-Unis larguaient la première bombe atomique sur Hiroshima au Japon, et trois jours plus tard la deuxième sur Nagasaki. Plus de 250 000 personnes ont été victimes de la mort nucléaire, 160 000 par la chaleur et le rayonnement radioactif. Les blessés ont mené une vie atroce jusqu’à ce que la mort les délivre. L’utilisation des bombes avait pour seul objectif de mettre fin à la guerre contre le Japon, si possible avant l’offensive de l’Union soviétique socialiste en Mandchourie, et de placer le Japon sous la domination unique de l’impérialisme américain.

La situation actuelle est incendiaire

Pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la confrontation directe entre les puissances impérialistes et les blocs de pouvoir s’intensifie avec la guerre en Ukraine. Cette guerre exprime la concurrence exacerbée entre la Russie agressive et les USA/OTAN/UE qui, de leur côté, veulent se renforcer en intégrant de plus en plus de pays dans leur camp et anéantir les plans russes de grande puissances. C’est une guerre impérialiste injuste des deux côtés ! La course à l’armement s’accélère dangereusement ! En France pub récurrente pour l’engagement militaire, forte augmentation du budget militaire, projet d’instauration d’un nouveau service militaire à travers le SNU.

Pour la première fois depuis des décennies, les Etats-Unis / l’OTAN et la Russie préparent une guerre nucléaire.

Ils détiennent 90 pour cent des armes nucléaires, mais la France possède également 300 têtes nucléaires sur des sous-marins nucléaires et des missiles air-sol. La Grande-Bretagne possède 220 ogives. En cas de guerre nucléaire, l’Europe serait pleinement engagée. Actuellement, la Russie continue à s’équiper de sous-marins nucléaires dans la mer Baltique et joue ainsi un jeu dangereux !

Une guerre nucléaire –- est-ce une « folie » ?

Nombreux sont ceux qui sous-estiment le danger d’une guerre nucléaire ou qui pensent qu’aucune puissance belligérante ne peut être aussi stupide, car elle risque alors de se détruire elle-même.

L’ancien président américain George Bush a répondu à la question de l’utilité d’un budget d’armement record, alors que l’on pourrait déjà anéantir toute vie sur terre avec les armes nucléaires existantes : « Cela n’a aucun sens pour celui qui croit qu’il n’y a pas de vainqueur dans une guerre nucléaire. Ce n’est pas mon avis. Si le centre de commandement militaire, un certain potentiel industriel et la population civile survivent à un certain pourcentage, et si l’on peut faire plus de dégâts chez son adversaire que chez nous, alors il y a aussi un vainqueur. » (magazine allemand Stern du 25-11-1982)

L’État français n’est pas en reste !

Le président français Emmanuel Macron a exprimé sans détour : « Sans nucléaire civil, pas de nucléaire militaire, sans nucléaire militaire, pas de nucléaire civil. » L’Union Européenne relance un programme de centrales nucléaires, déjà dangereux dans leur fonctionnement civil. Actuellement, la moitié des centrales nucléaires est à l’arrêt pour des raisons de danger ; et leurs déchets empoisonnent l’environnement pour des milliers d’années. Les centrales vieillissent, des fentes et dysfonctionnement apparaissent. A quand un grand accident avec dégâts pour l’être humain et la nature ?!

L’escalade militaire

Les stratèges militaires de l’OTAN et de la Russie prêchent ouvertement la conception d’une “guerre nucléaire limitée”. Non seulement l’utilisation d’armes nucléaires dites « tactiques » provoque déjà d’immenses destructions sur des centaines de kilomètres carrés et des millions de morts, mais elle peut aussi déclencher une guerre nucléaire déchaînée. Une fois le seuil nucléaire franchi, l’utilisation d’armes nucléaires, plus puissantes encore, suit facilement.

Résistance active contre la préparation d’une Troisième Guerre mondiale

Des guerres, des menaces de guerre et des sanctions économiques se multiplient. A l’origine : l’évolution inégale des divers pays impérialistes. Certains déclinent comme les USA, l’Europe,… tandis que d’autres se renforcent comme la Chine, l’Inde, la Turquie, le Brésil …). Tous veulent dominer le monde, piller les richesses de la planète et exploiter les peuples. Le danger de guerre mondiale est bien réel !

La paix ne peut être défendue que par les masses populaires dans le monde, surtout par la résistance active de la classe ouvrière qui n’aspire qu’à une vie correcte, égalitaire et fraternelle. En Grèce, les ouvriers et les habitants ont bloqué l’embarquement d’armes pour l’Ukraine dans le port du Pie près d’Athènes pendant des semaines. La Coordination internationale des organisations révolutionnaires (ICOR) appelle pour le 6 août à se mobiliser. De l’Italie jusqu’en Australie des protestations seront organisées. L’UPML, membre de l’ICOR et les Amis de l’ICOR répondent à l’appel.

Seul le socialisme véritable peut en finir avec les guerres !

La Russie socialiste, au début du 20ème siècle, à mis fin immédiatement à la participation à la Première Guerre mondiale. Le pouvoir fut arraché aux fauteurs de guerre russes. La Chine socialiste sous Mao Tsedong dans les années 1970, s’était engagée à ne jamais utiliser en premier la bombe nucléaire. (Depuis la mort de Mao Tsedong, le capitalisme a été restauré en Chine qui est aujourd’hui une superpuissance économique impérialiste.)

Un pays socialiste, avec la classe ouvrière au pouvoir, n’a aucun intérêt à une guerre d’agression et à envahir d’autres pays. Le socialisme veut construire la nouvelle société dans le respect des êtres humains et de la nature.

Résistance active contre la Troisième Guerre mondiale !

Interdiction de toutes les armes nucléaires, chimiques et biologiques !

Pour la révolution socialiste internationale – organisez-vous avec l’ICOR !

La Coordination internationale des organisations révolutionnaires avec plus de 60 organisations membres sur les 5 continents se donne comme tâche de contribuer à coordonner et d’unifier les luttes anti-impérialistes, anti-fascistes dans le monde et de construire un front uni contre la préparation d’une Troisième Guerre mondiale. Les organisations membres se soutiennent mutuellement pour construire des Partis révolutionnaires dans les différents pays.”

L’ICOR un séminaire international à suivre sur internet le lundi 29 août 2022: « La guerre d’Ukraine et la crise ouverte du système impérialiste mondial. » Toutes les informations se trouvent sur www.info.icor 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.