6 août 45 : Hiroshima. Résister à la préparation d’une guerre nucléaire !

Il y a 77 ans, le 6 août 1945, les États-Unis larguaient la première bombe atomique sur Hiroshima au Japon, et trois jours plus tard la deuxième sur Nagasaki. Plus de 250 000 personnes ont été victimes de la mort nucléaire, 160 000 par la chaleur et le rayonnement radioactif. Les blessés ont mené une vie atroce jusqu’à ce que la mort les délivre. L’utilisation des bombes avait pour seul objectif de mettre fin à la guerre contre le Japon, si possible avant l’offensive de l’Union soviétique socialiste en Mandchourie, et de placer le Japon sous la domination unique de l’impérialisme américain.

Lire la suite

L’ICOR arbore le drapeau de Lénine – pour le droit à l’autodétermination des nations !

l’ICOR déclare sa condamnation déterminée de l’invasion russe de l’Ukraine. Ainsi, non seulement le droit international bourgeois en vigueur est foulé aux pieds. C’est surtout le principe socialiste du droit des peuples à l’autodétermination qui est attaqué et diffamé. Une guerre locale a ainsi été ouverte et un danger de guerre aigu est apparu, avec la possibilité d’une dimension mondiale. Ceci dans le cadre d’un affrontement ouvertement belliqueux entre le principal belligérant général, les États-Unis et l’OTAN, et la Russie impérialiste, d’où provient l’agression actuelle contre l’Ukraine.

Lire la suite

Libérer Salah Hamouri

De même, il est indécent de constater que nos dirigeants n’ont eu aucune difficulté à décider de sanctions contre la Russie, alors que les Palestiniens, dans leurs ghettos, attendent depuis plus de 70 ans qu’ils en prennent contre l’occupant israélien. Les résistants sont appelés ici héros, et là terroristes.

Lire la suite

Les prolétaires d’Ukraine et de Russie ont des intérêts de classe communs

Les prolétaires d’Ukraine, de Russie, de Biélorussie, de Pologne, des États-Unis et d’autres pays ont des intérêts de classe communs ! Et ils ne coïncident pas avec les intérêts de Poutine, Biden, Loukachenko ou Johnson. Il n’y a pas de “bon” impérialisme, il est toujours synonyme de misère, de pauvreté et de guerre. Pour mettre un terme aux impérialistes et à leurs machinations, les travailleurs ont besoin d’une révolution socialiste ! Ce n’est qu’alors que la classe ouvrière sera en mesure de réaliser ses véritables intérêts vitaux – les siens et non ceux des différents exploiteurs impérialistes.

Lire la suite