2 mars 2024

ICOR, Résolution sur l’Iran

ICC – International Coordinating Committee                27.09.2022

Résolution sur l’Iran (en cours de signatures et que nous, l’UPML nous avons signé) )

Ce cri n’est pas une complainte –

c’est le cri d’un courageux

soulèvement populaire

Le 18 septembre, la jeune Kurde Jina Masha Amini (22 ans) est morte en détention policière à Téhéran sous les coups de la police des mœurs iranienne.  Le prétexte de son arrestation était la prétendue violation des règles relatives au port du foulard. Elle était originaire de Saghes, la partie kurde de l’Iran .

Depuis, les manifestations de masse ne cessent pas en Iran ; jour et nuit, les rues sont occupées par les manifestants, dans la province Kurde, mais aussi dans toutes les grandes et petites villes d’Iran. La mort de Jina Amini a allumé le feu d’une fermentation révolutionnaire dans tout le pays, qui couvait depuis longtemps parmi les masses et qui s’est surtout exprimée par une accumulation inédite de luttes ouvrières.

“Les gens en ont tout simplement assez ! Les nombreuses grèves ouvrières ; les femmes sont dans la rue ; les enseignants se battent depuis des mois, les retraités. Tous luttent contre une vie insupportable de pauvreté, d’inflation, de faim et d’oppression. Les protestations portent des signes clairs que les Kurdes et tous les autres peuples d’Iran sont unis dans une grande solidarité”, dit l’Iranienne Zaman Masudi, militante du mouvement international des femmes combatives.

Les gens perdent leur peur. Malgré la répression brutale et la violence (des milliers d’arrestations, des dizaines de morts – les chiffres exacts ne sont pas encore connus), des femmes et des hommes, des travailleurs, des jeunes, des étudiants s’opposent au régime détesté. “Marg bar Stamkar,tsche Shah bascha, tsche Rahbar !”, crient-ils : “Mort au despote, qu’il s’agisse du shah ou du guide”. A Téhéran, ils scandent : “Pas de hadjis, pas de mollahs, mort au Hezbollah”. Les femmes enlèvent leurs hijabs, les postes de police, les centres religieux et les bureaux publics partent en fumée. Et pour la première fois depuis 40 ans, on entend à nouveau le slogan “Vive le socialisme, vive le socialisme”.

A première vue, les protestations ressemblent à un soulèvement spontané de la colère. Mais c’est bien plus que cela et cela a une longue histoire. L’année dernière déjà, l’inflation de 55 à 130 pour cent est devenue insupportable pour les gens, et dans les entreprises, les travailleurs habitués à la lutte se sont organisés. De mars 2021 à mars 2022, il y a eu 4000 luttes ouvrières, des secteurs industriels comme le pétrole, le gaz, la pétrochimie, dans les usines sidérurgiques de Haft Tapeh, des travailleurs de la canne à sucre aux chauffeurs de camion, aux infirmières et aux enseignants. Les protestations ont porté sur des revendications syndicales, ainsi que sur des revendications contre la privatisation des usines, des établissements d’enseignement et des services urbains de base.

C’est à partir de ces luttes que s’est développée la force qui donne aux soulèvements de masse actuels leur ampleur nationale, leur cohérence et qui oriente leur résistance contre le régime. Déjà à la mi-juillet 2022, Nosrat T., du PC iranien, disait dans un webinaire d’ICOR : “Je voudrais dire que la société se dirige à grande vitesse vers des conditions révolutionnaires”. Cela se vérifie maintenant dans la mesure où les revendications économiques et politiques, les luttes s’interpénètrent et où les objectifs de l’insurrection se révolutionnent.

Les organisateurs du soulèvement de masse de Marivan (près de la frontière irakienne) ont déclaré dans un appel, au lendemain de l’assassinat de Jina : “La raison de l’avilissement des femmes est la culture capitaliste, les lois et les traditions réactionnaires et patriarcales”. Et plusieurs syndicats ont appelé à la grève sous des mots d’ordre politiques ; le Conseil de coordination des travailleurs contractuels du pétrole a écrit : “L’intensification croissante du cycle d’oppression et de brutalité dans la vie du gouvernement a mis la société dans un état de rébellion aujourd’hui et a mis en évidence la nécessité d’une unité entre les travailleurs du pétrole employés à titre permanent et les travailleurs à temps partiel, et d’une solidarité pratique pour mettre fin à cette situation infernale”.

Des organisations comme l’organisation Fadaiyan (minorité)/Kurdistan oriental appellent à une grève générale politique et à un soulèvement national.

Le courage et la volonté de changement social des travailleurs et des masses populaires sont le potentiel d’une lutte victorieuse. Pour que leur chemin ne s’étouffe pas dans la résignation ou le sang, il faut une direction nationale unifiée et un parti révolutionnaire respecté par les masses et qui leur donne une orientation et une organisation. Mais surtout, aucune lutte ne doit aujourd’hui rester seule et isolée dans aucun pays. C’est pourquoi ICOR se déclare solidaire de ces luttes dans le monde entier et se donne pour tâche d’élever la conscience, l’organisation et le soutien dans des activités de solidarité mondiales. Les impérialistes et les fascistes sont liés dans le monde entier et la contre-révolution agit au-delà des frontières. C’est pourquoi la construction de partis nationaux et le renforcement de formes d’organisation internationales comme l’ICOR ou le front uni anti-impérialiste et antifasciste doivent être résolument poursuivis.

Vive la lutte des masses iraniennes pour la liberté et la démocratie “.

A bas le régime islamo-fasciste !

Vive la liberté – vive le socialisme !

En avant avec ICOR !

Renforçons le front uni antifasciste et anti-impérialiste dans le monde entier !

Organisons la solidarité ! Brisons le blocage d’Internet et la censure !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *