17 avril 2024

Glencore détruit l’homme et la nature

En préparation de la journée de lutte pour l’environnement du 12 novembre, décidé à l’occasion du Webinaire du Front Uni antifasciste et anti impérialiste du 9 octobre 2022, nous publierons quelques interventions qui y ont été faites.

Glencore exploite et lave plus vert !

 

Contribution d’Omar Vera, journaliste colombien, chercheur sur les conflits environnementaux et les mouvements sociaux, aspirant maître en communication et médias à l’Université nationale de Colombie, directeur du collectif techno-militant et journalistique El Turbión (https://elturbion.com)

Charbon, énergie et guerre

Le commerce du charbon est devenu l’un des plus lucratifs au monde aujourd’hui. Les plans de relance économique post-COVID-19 des principales économies du Nord mondial ont nécessité une augmentation significative de la production d’électricité, principalement pour les industries analogiques et numériques, le commerce et, dans une moindre mesure, la consommation domestique. Cela a multiplié la demande de combustibles fossiles, principalement extraits des pays du Sud, et destinés à être brûlés dans des centrales thermiques.

Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), en 2021, la demande mondiale d’électricité a augmenté de 6 % pour atteindre plus de 1 500 Twh et l’utilisation du charbon thermique pour la production d’électricité a augmenté de 9 % pour atteindre un niveau jamais enregistré auparavant pour couvrir 36 % de cette consommation vorace. La Chine, les États-Unis, l’Inde et l’Europe, notamment l’Allemagne, étant les pays qui ont brûlé la plus grande quantité de ce minéral. De même, souligne l’organisme international, les émissions de CO 2 liées à l’énergie électrique ont été de 36,3 milliards de tonnes métriques, soit la quantité la plus élevée jamais enregistrée. La majorité est liée à la combustion du charbon, qui correspond à 15,5 milliards de tonnes (gigatonnes). L’Europe a été le plus grand contributeur de ce gaz à effet de serre avec plus de 700 grammes de CO 2 par kWh produit, suivie par la Chine, les États-Unis et l’Inde.

Au début de l’année 2022, la guerre a éclaté en Ukraine, après des mois de tensions autour du prix du gaz en provenance de Russie et d’incertitude quant à l’avenir de la production énergétique en Europe. Ces pénuries ont non seulement fait grimper en flèche les prix internationaux des combustibles fossiles, mais ont également poussé les économies les plus fortes du monde à se tourner vers le charbon, qui a atteint le 8 mars son prix le plus élevé de l’histoire, à 439 USD la tonne.

En bref, les grandes compagnies minières sont aujourd’hui plus riches que jamais grâce à la dépendance aux combustibles fossiles pour appliquer les plans de relance économique de la bourgeoisie impérialiste, à la guerre injuste en Ukraine et au pouvoir qu’elles exercent sur les pays exportateurs de charbon comme la Colombie, qui sont situés dans le sud du monde. Pendant ce temps, nous voyons les plans de “décarbonisation” du monde, les accords de la Conférence des Parties sur le changement climatique (COP) et les réglementations internes des pays pour réduire les émissions de gaz à effet de serre aller à vau-l’eau.

L’appétit vorace des économies les plus puissantes et des grands monopoles financiers internationaux détruit la vie sur la planète. Alors que les peuples, qui subissent l’oppression coloniale et néocoloniale, se retrouvent avec des trous dans le sol, les eaux de nos rivières et nos sols pollués, des communautés déplacées et des milliers de travailleurs malades et handicapés qui livrent le charbon.

Nos recherches

Depuis 2012, El Turbión (journalisme d’investigation) accompagne les organisations syndicales des travailleurs des mines et les communautés touchées par l’exploitation du charbon dans le nord de la Colombie. À l’époque, les travailleurs de la mine de La Jagua de Ibirico, qui était, il y a quelques années encore, la quatrième plus grande mine de charbon à ciel ouvert du monde, se sont soulevés et ont entamé une grève de 92 jours contre Glencore, qu’ils accusent de frauder le fisc colombien, de commettre toutes sortes d’abus à l’encontre des travailleurs (on estime à 1 200 le nombre de travailleurs malades sur les plus de 4 000 travaillant à la mine) et de causer des dommages environnementaux impossibles à réparer après près de trois décennies d’exploitation.

De là, nous avons documenté les impacts de l’exploitation du charbon sur la forêt tropicale, les rivières, les sols et l’air dans le nord de la Colombie, où se trouvent les plus grands puits d’extraction du pays, et nous avons accompagné les luttes des travailleurs et des communautés indigènes, afro-descendantes et paysannes concernées pour faire valoir leurs droits et renforcer, grâce au journalisme d’investigation, leur capacité d’organisation et de négociation collective. Nous avons également enquêté sur les violations des droits de l’homme commises dans les régions minières et sur la responsabilité d’entreprises telles que Glencore et Drummond dans les meurtres de syndicalistes, les déplacements forcés de communautés et la mort d’au moins 4 000 enfants autochtones Wayúu, victimes de la faim et de la soif en raison de la captation d’eau pour l’exploitation minière à El Cerrejón, la plus grande mine de charbon à ciel ouvert d’Amérique latine.

Au fil du temps, Glencore est devenue la plus grande société minière du monde, précisément grâce au “relâchement” des règles du Nord mondial concernant la consommation de charbon pour la production d’électricité et à la pénurie mondiale de ce minéral due à la crise portuaire et à la guerre en Ukraine. Cela s’ajoute bien sûr aux diverses manœuvres financières de l’entreprise pour renforcer son monopole, qui comprenaient des acquisitions agressives de mines dans le monde entier, la fermeture de certaines de ses installations avec des licenciements massifs de milliers de travailleurs, l’évasion fiscale et les obligations d’assainissement de l’environnement, et même l’utilisation du travail d’enfants esclaves par ses fournisseurs, toutes choses qui ont été dénoncées par différentes organisations sociales dans le monde.

En 2021, cette entreprise, dont le siège est situé dans la ville de Baar en Suisse, a réalisé un chiffre d’affaires total de 203 751 millions de dollars (203,7 milliards en euros). Parmi ses investisseurs figurent des fonds de pension de pays comme la Suède et le Danemark, des entreprises publiques du secteur de l’électricité et divers fonds de capital (dont beaucoup sont des fonds publics des pays du Nord global) qui profitent des mauvaises pratiques de l’entreprise dans les nations opprimées et de sa gigantesque contribution aux émissions de gaz à effet de serre. Elle exploite actuellement 16 mines de charbon en Australie, premier exportateur de charbon, 8 en Afrique du Sud, cinquième exportateur mondial, et 1 en Colombie.

Dans ce pays, dans cette Colombie au coin de l’Amérique du Sud, entre 2021 et 2022, Glencore a pris le contrôle de la mine El Cerrejón et a fermé les mines La Jagua de Ibirico et Calenturitas, mettant des milliers de travailleurs au chômage et rendant les parcelles et les licences minières à l’État colombien pour qu’il les vende à une autre entreprise ou qu’il y reprenne ses activités, en fonction des vents du marché international. Elle est ainsi parvenue à se soustraire à une grande partie de ses responsabilités en matière de réparations environnementales, syndicales et pénales pour trois décennies d’activités, tout en informant ses actionnaires de la conduite exemplaire de ses opérations et en veillant à maintenir l’une des émissions de carbone les plus faibles des industries extractives dans le cadre d’une gigantesque opération de greenwashing qui lui assure un important flux de capitaux.

Au premier semestre de cette année, Glencore avait extrait 55,4 millions de tonnes métriques (Mt) de charbon thermique de ses mines à travers le monde, dont 35 ont déjà été vendues, générant des revenus de 13,598 millions de dollars : 27,6 Mt ont été exportées d’Australie, 6,3 Mt d’Afrique du Sud et 10,8 Mt de Colombie, selon le rapport semestriel publié pour ses investisseurs sur son site web. Malgré les plaintes des écologistes, des populations autochtones et des travailleurs, l’entreprise prévoit d’augmenter sa production d’ici la fin de l’année, ainsi que ses ventes dans le nord du monde et ses bénéfices.

El Turbión travaille à une enquête transfrontalière avec des collectifs de journalistes d’investigation en Afrique du Sud, en Suisse, au Danemark et en Suède, ainsi qu’avec des informations en provenance d’Australie, afin d’exposer ce blanchiment écologique et d’autres comportements douteux de l’entreprise.

Avec cela, nous visons à :

1. révèlent les impacts environnementaux produits par l’activité d’extraction de charbon développée par Glencore en Colombie et les éventuelles contradictions entre ceux-ci et les informations communiquées par l’entreprise en Suisse et à ses investisseurs dans différents pays européens.

2. Comparez cette situation à celle de l’Australie et de l’Afrique du Sud, et incluez éventuellement le Canada, où des travaux d’exploration sont effectués.

3. Exposer les mensonges verts que Glencore répand dans son pays (la Suisse) et à ses investisseurs en termes d’impacts environnementaux et de violations des droits de l’homme et du travail.

4. Créer un dépôt public d’informations sur les mauvais comportements de Glencore (qui peut être organisé comme une base de données cartographique, par exemple) dans ses opérations d’extraction de charbon, qui peut ensuite être étendu à ses autres activités.

5. Fournir aux mouvements sociaux et aux mouvements de travailleurs du monde entier des informations significatives sur le comportement de l’entreprise, afin qu’ils puissent approfondir leur compréhension de l’entreprise et élaborer des stratégies plus efficaces alors que des personnes du monde entier se battent pour mettre fin aux violations des droits humains, environnementaux, sociaux et du travail qu’elle commet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *