29 février 2024

Journée de lutte pour l’environnement !

www.icor.info          Appel international de l’ICOR du 20 novembre 2023

Descendons dans la rue le 9 décembre

pour la journée de lutte pour l’environnement !

 

Agissons dans les rues, les entreprises et les quartiers ! Protestons devant les sites pollueurs des monopoles, banques et politiques impérialistes !

 

La réponse révolutionnaire est le socialisme !

La destruction de l’environnement est devenue le point de départ d’une catastrophe écologique mondiale. La faute en revient au système impérialiste mondial qui menace ainsi l’existence de la classe ouvrière et des opprimés du monde entier, ainsi que de tous les êtres vivants. Nous pleurons les innombrables victimes de cette évolution, comme dernièrement en Libye avec plus de 11.000 morts. Les monopoles internationaux se livrent au pillage de l’homme et de la nature dans le monde entier, dans les pays impérialistes et ceux dépendants de l’impérialisme. Il s’agit de groupes miniers comme Glencore, Rio Tinto et Anglo American, de monopoles pétroliers et chimiques comme Exxon Mobile et BP, de monopoles agricoles et chimiques comme Monsanto, Bayer ou DuPont ou de monopoles automobiles comme General Motors, Stellantis ou Ford. Actuellement, les guerres en Ukraine et au Moyen Orient aggravent la destruction de l’environnement avec des conséquences dévastatrices pour l’homme et la nature, des milliers de morts et des catastrophes écologiques régionales. Les bombardements de centrales électriques, de sites de l’industrie lourde et chimique entraînent la contamination de l’air, des sols et de l’eau. Les bases de la vie des masses populaires dans la bande de Gaza sont menacées de manière existentielle et inhumaine par les bombardements brutaux et l’offensive terrestre de l’armée israélienne. L’arsenal nucléaire des pays impliqués a à lui seul le potentiel d’anéantir l’humanité entière.

La cause de cette catastrophe écologique mondiale est le système impérialiste mondial ! Elle ne peut être stoppée que par le renversement révolutionnaire de ce système. Dès ses premiers écrits, Karl Marx écrivait : « Ce communisme … est la vraie solution de l’antagonisme entre l’homme et la nature, entre l’homme et l’homme. Il est l’énigme résolue de l’histoire et il se connaît comme cette solution ». (Manuscrits économico-philosophiques de l’année 1844, Marx/Engels, Œuvres, vol. 40, page 536)

Cette connaissance profonde a été longtemps refoulée dans le mouvement révolutionnaire et ouvrier sous l’influence du réformisme et de l’économisme. L’ICOR s’est exprimée de manière critique et autocritique sur ces graves omissions et se trouve depuis lors en première ligne dans l’union internationale contre l’exploitation impérialiste de l’homme et de la nature !

Partout dans le monde, des gens s’activent aujourd’hui contre la destruction de l’environnement. « System change, not climate change ! » est devenu l’appel d’un nouveau mouvement climatique, notamment de la jeune génération, qui s’est développé ces dernières années dans presque tous les pays. Contre toutes les tentatives d’opposer la lutte pour l’emploi et la lutte pour l’environnement, les ouvriers présentent aussi, de plus en plus souvent, dans leurs luttes des revendications pour la protection de la nature et relient cette lutte à leurs luttes pour l’emploi, l’augmentation des salaires et la sécurité au travail ! Ils concluent des alliances avec les luttes des peuples indigènes et des petits paysans qui sont chassés de leurs terres pour exploiter des mines à ciel ouvert destructrices.

Beaucoup de ces luttes développent aujourd’hui de plus en plus une orientation anti-impérialiste et mettent le cap sur une lutte internationale unifiée avec un caractère anti-impérialiste et antifasciste visible. La fondation du Front Uni anti-impérialiste international contre le fascisme, la guerre et la destruction de l’environnement (en abrégé : United Front) symbolise le grand potentiel de lutte de l’union entre le mouvement ouvrier et le mouvement écologique.

Le mouvement écologiste officiel, qui misait sur des négociations avec les États et les institutions internationales, a échoué. Son intégration dans les sommets mondiaux sur le climat ne vise qu’à donner une légitimité à l’impérialisme teinté de vert. Ceux qui sont réunis à Dubaï pour la COP 28 sont les représentants des monopoles destructeurs de l’environnement de différents secteurs et États, responsables de la catastrophe écologique, et certaines ONG directement impliquées dans l’écoblanchiment et qui font tout pour discréditer par anticommunisme l’alternative révolutionnaire. Le chef de la COP 28 est justement Sultan Ahmed al Djaber, chef du groupe pétrolier public Adnoc des Émirats arabes unis.

Les appels résolus au boycott de la COP-28 et les protestations annoncées dans le monde entier montrent que de plus en plus de gens comprennent que la catastrophe écologique ne peut pas être réparée par ses responsables   impérialistes systématiques qui veulent maintenir le système par tous les moyens.

L’ICOR représente la lutte active des larges masses pour changer la société contre toute illusion dans les programmes de réforme bourgeois. Mais nous combattons aussi tout fatalisme et tout alarmisme. Seule la lutte déterminée pour le socialisme peut à nouveau consolider l’unité de l’homme et de la nature, alors que l’impérialisme détruit inéluctablement les bases d’existence naturelles de l’humanité. Pour les couches populaires cela se traduit aussi par un coût croissant et une mauvaise qualité de tout ce qui est nécessaire à la vie.

L’ICOR appelle à faire du 9 décembre une journée de lutte mondiale. Faites un large travail d’information ! Formons des alliances ! Organisons des protestations ! Manifestons et luttons dans les rues, dans les quartiers résidentiels et dans les entreprises. Promouvons l’organisation des masses sur cette question ! Des points forts nationaux et continentaux peuvent également être un signal fort! Posez votre candidature pour les délégations de protestation en Colombie[1] et à Dubaï[2] !

Notre mot d’ordre internationaliste est  valable :

La classe ouvrière internationale doit prendre la tête d’une lutte environnementale qui change la société ! Organisons de nombreuses personnes, surtout des jeunes, dans les partis révolutionnaires et renforçons l’ICOR et le Front uni anti-impérialiste contre le fascisme, la guerre et la destruction de l’environnement.

Vive la lutte anti-impérialiste de la classe ouvrière et des opprimés contre la catastrophe écologique !

Luttons résolument pour le socialisme afin de sauver l’humanité !

En avant avec l’ICOR et le Front uni !

Rassemblement

Paris Sam 9 déc. 14h Place de la République

 

Diffusé par l’Union Prolétarienne ML                    contact-upml@riseup.net

Site : www.upml.org

 

[1]      L’ICOR répond à l’appel des organisations climatiques et environnementales à organiser une conférence alternative et des manifestations de masse en Colombie et dans le monde le 9 décembre de cette année. Elle appelle tous ses membres à se rendre à Casanare/Colombie le 9 décembre.

[2]      L’ICOR protestera également à Dubaï et rendra ses positions visibles.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *