29 février 2024

Les travailleurs des mines se lèvent contre la catastrophe écologique mondiale déjà en acte !

Adoptée à l’unanimité par l’ensemble de la Conférence des travailleurs des mines et également décidé comme appel à la journée internationale de lutte pour l’environnement en 2023

Les travailleurs des mines se lèvent contre la catastrophe écologique mondiale déjà en acte !

La survie de l’humanité est menacée par l’économie de profit capitaliste !

Chaque jour, les travailleurs des mines extraient de la terre les richesses de la nature que les groupes miniers internationaux s’approprient sans vergogne.

L’exploitation minière restera nécessaire à l’avenir, mais les matières premières doivent être exploitées dans le respect de l’environnement et ne doivent pas être gaspillées. Nous exigeons une exploitation minière respectueuse de l’environnement et un recyclage complet des matières premières. La combustion des matières premières fossiles doit cesser immédiatement.

Si nous constatons que la catastrophe écologique mondiale a déjà commencé, nous disons : Maintenant, nous allons résolument engager la lutte.

Si le capitalisme avec sa concurrence exacerbée ne fonctionne aujourd’hui que sur la base de la destruction des fondements internationaux de la vie, nous lui déclarons la guerre en tant que système entier !

Si les monopoles miniers et les gouvernements imposent aujourd’hui l’exploitation destructrice de l’homme et de la nature au niveau international, nous renforçons l’union internationale et la Coordination internationale des travailleurs des mines et l’union avec d’autres mouvements sociaux et environnementaux.

C’est aussi la pauvreté qui pousse les gens à creuser toujours plus loin pour trouver des ressources minières – c’est pourquoi nous luttons pour unir la résolution de la question sociale et environnementale.

Rassemblons nos forces, faisons de la journée internationale de lutte pour l’environnement aussi une journée de lutte de l’ensemble du mouvement des mineurs.

Il est de notre devoir, en tant que mouvement international des travailleurs des mines, d’agir pour faire prendre conscience de la catastrophe écologique globale déjà en acte, de nous placer à la tête de la lutte pour des mesures universelles de protection et d’urgence – sans pour autant encourager des illusions sur la possibilité fondamentale d’une mise en œuvre dans ce système. Nous menons ces luttes en tant qu’école et partie intégrante de la lutte pour le changement de société. Cela exige un changement de paradigme pour une société sans exploitation ni oppression de l’homme et de la nature. Il s’agit d’une tâche véritablement révolutionnaire.

La lutte pour une vie digne doit être menée maintenant, sinon il sera trop tard !

Vive la mouvance internationale des mineurs. Vive la coordination des luttes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *