25 mai 2024
1er Mai contre les guerres

Le 1 er Mai 2024, Appel du Front Uni contre les guerres et les préparatifs de guerres

L’appel du 1er mai du syndicat de base combatif italien Si Cobas (membre du Front Uni (United Front) a fait l’objet de propositions de modification de la part de l’Afrique et des États-Unis, suite auxquelles nous avons supprimé une “comparaison” ambiguë entre différentes guerres et ajouté la menace nucléaire.
Nous serions heureux d’accueillir d’autres signataires de l’appel et de soutenir l’action ! (la coordination du FU)

Le 1er Mai 2024 :

Le Front Uni international appelle les travailleurs du monde contre les guerres, les préparatifs de guerre et l’économie de guerre.

Semaine après semaine, les trompettes et les tambours de la guerre se font de plus en plus bruyants, avec l’Europe en première ligne. Alors que le massacre impérialiste en Ukraine fait rage, la Russie prenant le dessus, les membres européens de l’OTAN appellent et planifient la “préparation à la guerre” et “l’économie de guerre”, reprennent la conscription militaire, attisent le nationalisme et la xénophobie.

À la frontière pacifique de l’Eurasie, le gouvernement japonais révise la constitution – avec l’aval des vainqueurs américains qui la lui ont imposée sous la terreur de deux bombes atomiques en tant que puissance vaincue – afin de procéder à un réarmement global et effréné, ainsi que de faire face à l’influence économique et à l’affirmation militaire croissantes de la Chine dans cette région où l’avenir de Taïwan joue le rôle d’une bombe à retardement.

La montée de nouvelles puissances capitalistes, qui contestent la suprématie industrielle et financière des États-Unis et de l’Europe en tant qu’États impérialistes établis, loin de créer un nouvel équilibre pacifique, pousse les puissances en déclin à consolider leur primauté par le protectionnisme, la politique industrielle financée par l’État et l’intervention militaire. La troisième guerre mondiale, une guerre vraisemblablement atomique, n’a jamais été une issue aussi probable, qu’elle soit voulue ou non, des conflits inter-capitalistes.

Alors que dans la Guerre d’Ukraine, des centaines de milliers de personnes sont massacrées et des millions déplacées dans le centre européen du capitalisme, des guerres sont menées sur le continent africain – le Soudan et le Congo en première ligne -, dans l’affrontement entre les mêmes monopoles qui se disputent les ressources naturelles et la main-d’œuvre bon marché.

Même si en Amérique latine, où la confrontation entre les grandes puissances n’explose pas en guerres ouvertes, elle se manifeste par le soutien de la bourgeoisie aux coups d’État militaires ou aux caudillos populistes (le dernier en date étant Milei en Argentine) qui sont généralement alignés sur les impérialismes américain ou européen, afin de mener une guerre ouverte contre les travailleurs, en réduisant l’État-providence et les droits à l’auto-organisation, à la grève et à la protestation.

Seule la lutte des travailleurs, des pays opprimés et de tous les opprimés menée par des organisations anticapitalistes peut les arrêter, et certainement pas les coalitions bourgeoises de centre-gauche comme celle de Lula au Brésil, qui crée également une législation favorable au capital contre le travail.

Israël profite de cet environnement pour réaliser son “espace vital” en établissant un Grand Israël, en suivant sa propre voie génocidaire contre les Palestiniens de Gaza, visant à intensifier le nettoyage ethnique, même dans une prétendue friction avec leurs sponsors américains, qui tentent d’exercer un équilibre des pouvoirs dans la région – incarné par l’envoi de bombes pour écraser Gaza, tout en fournissant des repas symboliques pour les survivants. Nous soutenons la lutte du peuple palestinien contre l’oppression sioniste, le génocide et la famine, contre le nettoyage ethnique à Gaza et dans toute la Palestine. De nombreux vautours, tant des principales puissances impérialistes que de la région, jouent aujourd’hui les colombes et appellent à la retenue et au cessez-le-feu, dans le seul but de gagner plus de poids dans les affaires régionales, sur les épaules du peuple palestinien. Seules les masses exploitées du Moyen-Orient, qui ont protesté en faveur des Palestiniens contre leurs propres gouvernements pour n’avoir pris aucune mesure pour s’opposer à la guerre d’Israël, sont les véritables amis des Palestiniens, tout comme les centaines de milliers de personnes qui sont descendues dans les rues du monde entier et qui boycottent Israël.

L’émotion, l’indignation, la volonté de lutter contre l’oppression et le génocide israéliens en Palestine doivent contribuer à faire prendre davantage conscience de la situation plus large, des autres guerres non moins sanglantes et du danger imminent d’une troisième guerre mondiale. Les travailleurs, les prolétaires, les masses appelées à accepter de lourds sacrifices pour l’économie de guerre et à entre-tuer pour décider qui les exploitera, doivent rejeter ces sacrifices, affronter les guerres du capital et s’organiser pour renverser la domination capitaliste sur le monde.

Historiquement, le 1er Mai est la journée internationale de la lutte des travailleurs pour la réduction du temps de travail et pour l’émancipation de l’exploitation capitaliste. Le 1er Mai est également la journée internationale de lutte des travailleurs contre l’État bourgeois, qui a soutenu l’exploitation du capital par tous ses pouvoirs : la législation qui garantit les “droits” du capital sur l’esclavage salarié, la justice qui couvre le capital contre toute lutte mettant en péril l’oppression de classe (depuis la pendaison de quatre dirigeants ouvriers à Chicago en 1886), et les agences armées d’exécution qui, dans le monde entier, mènent la guerre interne pour imposer l’exploitation contre la résistance des travailleurs faisant grève et formant des piquets de grève.

Le plus grand danger auquel sont confrontés les travailleurs et l’ensemble de l’humanité aujourd’hui est le danger d’une guerre généralisée, ce qui signifie une boucherie mondiale du type de celle qui se déroule en Palestine, en Ukraine, au Soudan, au Congo, au Yémen, en Haïti et dans bien d’autres pays encore. Nous devons le combattre dès maintenant, en nous opposant aux gouvernements impérialistes, auteurs des guerres actuelles, en unissant nos forces au niveau international dans un camp prolétarien, contre les camps impérialistes en guerre. Nous devons opposer notre internationalisme prolétarien au poison nationaliste qu’ils inculquent à la classe ouvrière. Nous n’avons pas d'”intérêt national” à défendre, nous partageons nos intérêts de classe pour avoir de meilleurs salaires, réduire la semaine de travail, obtenir un travail et un environnement plus sains – en bref, une vie digne d’être vécue avec les autres travailleurs du monde entier. Nous partageons avec nos sœurs et frères du monde entier le désir profond de vivre en paix.

Opposons la fraternité de classe entre autochtones et immigrés à la xénophobie visant à diviser les travailleurs : notre classe est internationale, des centaines de millions d’entre nous sont contraints par la guerre, la sécheresse et les catastrophes climatiques, l’accaparement des terres, de quitter les campagnes pour les villes, ou d’émigrer dans d’autres pays. en prenant de grands risques. Si les travailleurs autochtones joignent leurs luttes à celles des travailleurs immigrés, ces derniers ne seront pas utilisés pour tirer les salaires vers le bas.

Opposons-nous à l’économie de guerre ! Nous n’avons pas besoin d’armes pour tuer et détruire, nous avons besoin de meilleurs soins de santé et d’éducation !

Nous devons faire comprendre que dans une guerre impérialiste comme celle de l’Ukraine, il n’y a pas de côté belligérant pour lequel on peut opter, où “l’ennemi est dans notre propre pays”. L’ennemi des Russes et des Ukrainiens, ce sont leurs propres gouvernements, qui ont jeté des centaines de milliers de prolétaires dans le hachoir des champs de bataille pour qu’ils s’entre-tuent et se mutilent au nom des intérêts d’exploitation de leurs classes dirigeantes respectives. Pour les travailleurs des pays européens et américains de l’OTAN, l’ennemi est leur propre gouvernement, qui envoie des armes, payées par leurs propres travailleurs aux travailleurs ukrainiens pour qu’ils versent leur sang afin que les sociétés de l’OTAN élargissent leur exploitation au territoire et à la classe ouvrière ukrainiens.

Tous les États, tous les gouvernements, sont l’expression de bourgeoisies profiteuses liées aux grandes puissances impérialistes, aux monopoles capitalistes, au système financier international, et font partie intégrante du système social qui produit la guerre. Bien que les grandes puissances capitalistes telles que la Chine, la Russie, le Brésil, l’Afrique du Sud, l’Iran, qui ont des conflits de plus en plus aigus avec les grandes puissances capitalistes occidentales, aucune d’entre elles ne peut être un allié dans la guerre des travailleurs contre la guerre. On peut facilement s’en rendre compte en examinant le type de relations que ces États entretiennent avec leurs classes ouvrières et avec les travailleurs des pays qui se trouvent dans leurs sphères d’influence respectives.

Notre camp n’est pas celui des États bourgeois, c’est celui des classes exploitées et opprimées, des travailleurs, du prolétariat international, la seule classe qui a intérêt et qui a la force – si elle s’organise – de mettre fin aux guerres que ses exploiteurs mènent à ses dépens. Après avoir surmonté le point le plus bas du mouvement révolutionnaire de la classe ouvrière, il est nécessaire que les organisations qui se situent sur le terrain du défaitisme révolutionnaire contre les guerres du capital, sur le terrain d’un internationalisme prolétarien cohérent, se retrouvent dans des initiatives communes. C’est le moment, avant qu’il ne soit trop tard ! Le passé compte, mais nous serons jugés sur notre capacité à relever les défis de l’avenir dans notre période historique.

Le 1er Mai 2024, descendons dans la rue partout dans le monde avec les mêmes slogans :

    • Stop à la guerre OTAN-Russie en Ukraine ! Défaitisme révolutionnaire : “L’ennemi est dans notre pays” !
    • NON à la course aux armements et à l’économie de guerre ! Soins de santé et éducation gratuits pour tous ! Travaillons moins, du travail pour tous !
    • Arrêtez le génocide à Gaza, libérez la Palestine ! Stop à l’oppression nationale, raciale, ethnique, religieuse partout dans le monde !
    • Non à l’ingérence impérialiste et aux guerres par procuration au Soudan, au Congo et partout ailleurs !
    • A bas le nationalisme et la xénophobie ! Vive l’Internationalisme de la classe ouvrière !
    • Pour une société sans exploitation et sans guerre, en harmonie entre l’homme et la nature.

Prolétaires de tous les pays, et peuples opprimés, unissons-nous !

             Cet appel est en cours de signatures…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *