12 juillet 2024

40 ème anniversaire du MLPD

 A propos de la Construction du Parti

Dans le combat pour le socialisme/communisme la construction du Parti marxiste-léniniste est primordiale. Sans organisation révolutionnaire claire et prévoyante, ancrée dans la masse des travailleurs, la révolution est impossible.

Or, le mouvement marxiste-léniniste dans notre pays est en crise.

Le « Parti communiste Français » » a dégénéré en un parti révisionniste et finalement social-démocrate, ce qui a fait de gros dégâts parmi les travailleurs. La restauration du capitalisme dans les pays anciennement socialistes comme l’URSS, la Chine, l’Albanie etc. et finalement l’effondrement de l’URSS et des pays du Pacte de Varsovie ont fait régresser le mouvement révolutionnaire international pendant longtemps. Mais les multiples crises du système impérialiste mondial qui vont en se renforçant ne peuvent se résoudre sans solution révolutionnaire.

Mais tout cela n’explique pas complètement la stagnation actuelle dans la construction du Parti communiste. Qu’il y ait plusieurs organisations qui se disent « Parti » ne change rien en la matière. Le « mouvement ml » en France est faible et éclaté. Dans la stagnation et la confusion, des tendances opposées s’expriment. Malgré les efforts, différentes obstacles s’opposent au progrès, des tendances opportunistes comme le social-chauvinisme et révisionnisme, le trotskisme, l’anarcho-syndicalisme, l’économisme.

En août, plusieurs camarades de l’UPML ont participé aux festivités autour du 40è anniversaire du Parti Marxiste-Léniniste d’Allemagne à Gelsenkirchen. Nous publions ici en plusieurs articles l’intervention de fond de nos camarades allemands concernant leur construction systématique, et couronnée de succès, du Parti. La France n’est pas l’Allemagne, nous avons une histoire et des expériences différentes. La période actuelle ne ressemble pas à celle d’il y a 40 ans. Il ne s’agit pas de « copier ». Mais dans le texte qui suit, ne reconnaît-on pas aussi nos propres questions ? En tout cas, il faut profiter de toute expérience négative ou positive pour avancer, n’est-ce pas camarades ?! (note de la rédaction)

Seront publiés les chapitres :

* Les premiers pas jusqu’à la fondation du MLPD (ci-dessous)

* La ligne principale de combat, le travail dans les entreprises et syndicats

 *L’internationalisme prolétarien et le travail théorique

* Le nouveau rôle sociétal du MLPD, le travail parmi la jeunesse et les perspectives

 

40 ans du MLPD :

Discours d’introduction à la grande manifestation

“MLPD – le parti ouvrier pour le véritable socialisme”.

 

PARTIE 1 – Stefan Engel :

La lutte pour les conditions de la fondation du parti de type nouveau

Serrurier de formation et aujourd’hui théoricien marxiste-léniniste. Stefan Engel a été président du MLPD pendant 37 ans. Depuis 1991, il dirige la rédaction de REVOLUTIONÄRER WEG, l’organe théorique du MLPD. Il a marqué le MLPD en tant que parti ouvrier révolutionnaire de type nouveau et est reconnu dans le monde entier comme un théoricien marxiste-léniniste.

Chers collègues, chers camarades !

Lors de mes voyages à l’étranger, on m’a souvent demandé : “Comment avez-vous réussi à construire un parti marxiste-léniniste aussi stable au milieu d’un pays central impérialiste ?” Cela n’a effectivement pas été facile et ne l’est toujours pas.

Fin 1968, le Parti communiste allemand (DKP) a été fondé dans le cadre d’un marchandage avec le gouvernement ouest-allemand. Il renonça à ses positions révolutionnaires, jura de respecter la constitution (ce qui correspond à une sorte de Constitution — note de l’UPML) et fut ainsi autorisé. C’était le point final de la dégénérescence révisionniste du vieux KPD révolutionnaire. La reconstruction d’un parti ouvrier révolutionnaire était donc à l’ordre du jour.

Concentration sur le prolétariat

Sous l’influence du succès de la guerre du Vietnam contre l’impérialisme américain et de la Grande Révolution culturelle prolétarienne en République populaire de Chine, le socialisme devint à cette époque un véritable courant à la mode parmi la jeunesse. Des dizaines de milliers de personnes, surtout des jeunes, issues du mouvement de la jeunesse étudiante et en partie aussi du mouvement de la jeunesse ouvrière, étaient à la recherche de l’alternative sociale du socialisme. Mais seuls quelques vieux cadres du KPD, autrefois révolutionnaire, étaient prêts à s’attaquer au difficile chemin de la construction d’un Parti d’un type nouveau. Une véritable fièvre fondatrice s’installa dans le jeune “mouvement ML”. Et c’est ainsi qu’en 1972, il y avait en Allemagne de l’Ouest 152 organisations “marxistes-léninistes”, dont la plupart prétendaient être le parti marxiste-léniniste.

Willi Dickhut, un cadre ouvrier idéologiquement et politiquement solide issu de l’ancien KPD, associait sa participation au KPD/ML fondé en 1968, alors dirigé par Ernst Aust, à une critique de la création prématurée du Parti. Il insistait sur le fait que ce Parti ouvrier révolutionnaire devait être un Parti de type nouveau, qui tirait de véritables conclusions de la dégénérescence révisionniste de la majeure partie de l’ancien mouvement communiste et ouvrier. Pour cela, il fallait, selon lui, créer systématiquement toutes les conditions idéologiques, politiques et organisationnelles essentielles.

Contre le risque que le grand nombre d’étudiants petits-bourgeois n’envahisse le nouveau mouvement marxiste-léniniste, Willi Dickhut imposa un gel temporaire de l’adhésion des intellectuels et des étudiants au KPD/ML. Quelques mois plus tard, le KPD/ML se divisa précisément sur cette question. Il y eut alors le KPD/ML Dickhut, le KPD/ML Aust, plus tard le KPD/ML RF, et cela continua ainsi. Willi Dickhut insistait sur le fait qu’il fallait se concentrer sur le recrutement et la formation de cadres ouvriers et sur la construction du Parti sur la ligne de combat principale dans les grandes entreprises industrielles. C’était la première condition essentielle à la création du parti.

Construction à l’échelle nationale

La plupart des groupes et organisations ML n’avaient qu’un caractère local ou régional limité. Mais avant la fondation, Willi Dickhut a exigé une construction du parti à l’échelle nationale dans tous les Länder ouest-allemands comme deuxième condition fondamentale pour la fondation du Parti. Pour cela, des initiatives devaient être prises pour surmonter l’éclatement sans fin du “mouvement ML” petit-bourgeois. Cependant, il n’a été possible qu’une seule fois d’unifier deux organisations ML supra-régionales sur une base de principe. C’est ainsi que le KPD/ML Dickhut, qui était surtout actif en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, et le KAB/ML, dont les groupes étaient surtout implantés dans le Bade-Wurtemberg et le nord de la Bavière, ont donné naissance en août 1972 – il y a donc exactement 50 ans – au Kommunistische Arbeiterbund Deutschlands ( KABD, Union ouvrière communiste d’Allemagne). Le KABD se caractérisait lui-même comme une fédération qui devait fonctionner comme une école de construction du Parti afin de créer toutes les conditions essentielles pour la fondation du Parti.

La décision la plus importante

La décision la plus importante a cependant été prise relativement tôt au sein du KPD/ML, lorsque Willi Dickhut a imposé que le parti mette en place un organe théorique qui appliquerait le marxisme-léninisme aux conditions actuelles de la lutte des classes et élaborerait la ligne idéologico-politique du Parti. Les organisations petites-bourgeoises du ML accordaient peu d’importance au travail théorique. Il y avait ainsi une forte tendance à copier les évaluations et la méthode de travail – y compris ses erreurs – du KPD révolutionnaire de la République de Weimar et à les appliquer schématiquement à aujourd’hui. Cette tendance dogmatique ignorait l’histoire du mouvement ouvrier révolutionnaire depuis l’écrasement du fascisme en 1945 et conduisait le “mouvement ML” à un relatif auto-isolement.

D’autres se sont attachés de manière éclectique à quelques connaissances fragmentaires du marxisme-léninisme et ont ouvert la porte à toutes sortes de points de vue opportunistes, trotskistes, révisionnistes et sectaires de gauche. Il en a résulté une confusion totale dans l’évaluation idéologico-politique.

Comme le Kommunistischer Bund Westdeutschland (KBW) – la plus grande organisation du ML à l’époque, qui comptait parfois jusqu’à 5000 membres – ils rêvaient, au milieu d’une situation non révolutionnaire, d’une “tendance principale à la révolution, même en Allemagne de l’Ouest”, et attisaient de dangereuses illusions dans l’appareil de pouvoir bourgeois. Le KBW suivait en grande partie la ligne consistant à faire sensation par des apparitions provocatrices et à se rendre ainsi public. L’occupation de la mairie de Bonn ou de la centrale nucléaire de Brokdorf près de Hambourg faisait partie de ces actions provocatrices. Pour cela, le président de l’organisation, Joscha Schmierer, a également passé un an en prison. Le KBW fut l’une des premières organisations à abandonner l’objectif de construction d’un parti révolutionnaire. Il s’est dissous à partir de 1976 dans le mouvement anti-nucléaire petit-bourgeois ou dans les Verts, non sans mettre son échec sur le compte du marxisme-léninisme.

La  critique du révisionnisme

En 1969, la tâche la plus importante du travail théorique était cependant d’apporter la preuve que le KPD/DKP avait dégénéré en révisionnisme. Tout autre élément n’aurait pas justifié la reconstruction d’un parti révolutionnaire et aurait objectivement signifié la scission. Cela doit également être écrit dans le livre de base de tous les groupes qui pensent aujourd’hui qu’ils doivent construire de nouvelles organisations. C’est pourquoi les deux premiers numéros de la série REVOLUTIONÄRER WEG (RW) critiquaient avant tout le programme révisionniste du KPD/DKP et la théorie bourgeoise de la voie pacifique vers le socialisme. Peu de temps après, une analyse complète sur la restauration du capitalisme en Union soviétique a été faite pour répondre à la question de savoir pourquoi le capitalisme a pu être restauré dans l’Union soviétique et le camp socialiste autrefois socialistes et pourquoi un capitalisme bureaucratique monopoliste d’État d’un genre nouveau a pu voir le jour depuis 1956.

Willi Dickhut s’est toujours demandé comment il était possible que des centaines de milliers de cadres des anciens pays socialistes aient suivi une formation du parti au marxisme-léninisme et n’aient pas reconnu la voie du révisionnisme. Il a constaté qu’une tendance dogmatique s’était répandue dans les anciens pays et partis socialistes, consistant à s’approprier le marxisme-léninisme uniquement à la lettre et à ne pas en pénétrer l’essence intime. Cela allait de pair avec un refoulement de l’aspect idéologique dans le travail du parti.

Conclusions de la dégénérescence des Partis anciennement révolutionnaires

Il en a déduit la nécessité et l’importance de l’application consciente de la méthode dialectique pour le nouveau type de parti. Grâce à l’application consciente de la méthode dialectique, il était possible d’interpréter en profondeur les nouveaux phénomènes et les changements essentiels de la société de manière marxiste-léniniste et d’élaborer une ligne d’argumentation concrète ainsi qu’une stratégie et une tactique pour gagner la majorité décisive de la classe ouvrière comme tâche principale de la construction du parti dans la première étape de la lutte des classes.

Cela s’est reflété dans le numéro de RW “Syndicats et lutte des classes”, dans lequel l’ensemble du mouvement ouvrier révolutionnaire et l’activité communiste y ont été examinés de manière critique et autocritique, et des conclusions ont été tirées pour le travail révolutionnaire dans les entreprises et les syndicats aujourd’hui. Sur le plan économique, la VOIE RÉVOLUTIONNAIRE a mené une analyse complète du capitalisme monopoliste d’État nouvellement apparu en RFA, qui a été publiée en quatre volumes dans la deuxième moitié des années 1970.

Jusqu’en 1981, 21 numéros de l’organe théorique VOIE RÉVOLUTIONNAIRE ont vu le jour, dans lesquels tous les problèmes essentiels du marxisme-léninisme ont été appliqués théoriquement à la situation actuelle. Les écrits sur l’application consciente de la méthode dialectique dans le mouvement ouvrier et sur la ligne prolétarienne dans la construction du parti, dans lesquels il était question de l’application concrète de la méthode dialectique dans la lutte contre le sectarisme et le courant liquidateur dans le “mouvement ML”, ont également eu une grande importance.

Problèmes au niveau international et national et leurs répercussions dans la construction du Parti

Au sein du KABD aussi, des problèmes sont apparus à partir de 1974 dans le contexte d’un chômage de masse durable depuis 1975 et d’évolutions négatives dans le mouvement marxiste-léniniste et ouvrier international. Ainsi, en 1974, Deng Xiaoping avait développé en Chine la “théorie des trois mondes” comme concept stratégique et était sur le point de remplacer la ligne révolutionnaire de la Grande Révolution culturelle prolétarienne par une ligne petite-bourgeoise. Le KPD/ML d’Ernst Aust a suivi cette voie liquidatrice à l’époque et s’est aventuré si loin qu’il a parfois exigé l’armement de l’armée fédérale afin d’être militairement armé contre l’Union soviétique social-impérialiste de l’époque. Cette politique de défense de la patrie d’un pays impérialiste a également coûté au KPD/ML son influence sur les masses et a marqué le début de son déclin.

Après la mort de Mao Zedong, la ligne révisionniste de Deng Xiaoping l’emporta et amorça également la restauration du capitalisme en République populaire de Chine. En conséquence, la République populaire d’Albanie, qui avait lutté côte à côte contre la dégénérescence révisionniste du mouvement révolutionnaire et ouvrier international jusqu’à la mort de Mao Zedong, a également connu une évolution révisionniste. Le Parti d’Enver Hoxha s’est alors démarqué de Mao Zedong et s’est engagé dans une voie révisionniste qui a eu des répercussions négatives sur le mouvement marxiste-léniniste et ouvrier international et a favorisé un liquidationisme international.

Capituler ou défendre la ligne prolétarienne

C’est à cette époque que la plus grande partie du mouvement ML a disparu, non seulement en Allemagne, mais aussi au niveau international. Le KABD a connu plusieurs vagues de liquidation : 1974, 1975, 1977, 1978, 1979. Dans la lutte contre ce liquidationisme, qui avait à chaque fois pour objectif de démanteler la construction du parti marxiste-léniniste, le KABD a cependant pu à chaque fois se renforcer et défendre la ligne prolétarienne. A chaque fois, seule une petite partie de l’organisation s’est ralliée aux liquidateurs et le parti est sorti idéologiquement et politiquement renforcé de ces affrontements.

 Dans cette situation, la Commission centrale de contrôle (CCC), introduite en 1972 sur le modèle de Lénine, a joué un rôle prépondérant. Elle est devenue le rempart de la défense de la ligne prolétarienne et de la victoire contre le liquidationisme. Pour lutter contre cette capitulation masquée par des phrases devant les tâches compliquées de la construction du parti et de la lutte des classes, Willi Dickhut, inspiré par la Grande Révolution culturelle prolétarienne en Chine, a développé l’idée d’un mouvement de critique-autocritique pour la construction du parti.

 Préparation de la fondation du Parti

Le 3e congrès central des délégués en 1976 a fixé trois objectifs comme condition préalable à la fondation du Parti : premièrement, surmonter le mode de pensée petit-bourgeois et imposer le mode de pensée prolétarien, deuxièmement, surmonter l’état de cercle et imposer l’état d’organisation, troisièmement, surmonter le style de travail petit-bourgeois et s’approprier le style de travail prolétarien et marxiste. C’est devenu une école difficile pour tout le parti, qui a lutté et atteint ces objectifs au cours d’un processus qui a duré des années.

Parallèlement, le 3e congrès central des délégués a fixé comme tâche principale “le développement des luttes de la classe ouvrière”. Contre la volonté déclarée de la direction syndicale, le KABD a ancré au sein des syndicats la semaine de 35 heures avec compensation salariale intégrale comme revendication centrale. Il s’agissait d’un vote de combat lors de la journée syndicale, au cours duquel la direction syndicale a été battue. La grève des sidérurgistes de six semaines au cours de l’hiver 1978/1979 pour la semaine de 35 heures avec compensation salariale complète est née contre la volonté de la direction de droite d’IG Metall et n’aurait pas été possible sans le petit travail systématique du KABD.

Un autre baptême du feu pratique pour la création du parti a été la grève des travailleurs de la Reichsbahn à Berlin-Ouest en septembre 1980. La particularité était que la Reichsbahn était une entreprise de RDA, mais qu’elle traversait aussi Berlin-Ouest avec ses trains de banlieue. C’est là que nous sommes intervenus. Les cheminots de la Reichsbahn s’opposaient à l’exploitation et à l’oppression de la nouvelle bourgeoisie d’un prétendu “socialisme réel”. La direction centrale a pris directement sur place la direction de l’intervention du KABD dans la lutte et a fait de la grève des cheminots du Reich la priorité à court terme de toute l’organisation. Ce travail représentait le point culminant pratique de la “grande initiative” pour la construction du parti.

Entre-temps, le temps était venu de fonder le parti. Il s’était développé suffisamment de cadres consolidés, capables de construire le parti marxiste-léniniste de type nouveau et d’assumer le rôle dirigeant dans la lutte des classes. Auparavant, plusieurs centaines de camarades ouvriers expérimentés avaient quitté l’association de jeunesse RJVD pour rejoindre le KABD, renforçant et consolidant ainsi le caractère prolétarien du parti. Jusqu’alors, ce n’était pas forcément le cas au sein du KABD, où les ouvriers et les intellectuels représentaient environ 50/50%. Mais ensuite, les ouvriers ont formé la majorité, et c’est resté ainsi jusqu’à aujourd’hui. Soixante-dix pour cent de nos membres sont des ouvriers et des ouvrières.

Le style de travail marxiste s’était imposé de plus en plus dans l’organisation à partir de la direction centrale, et entre-temps, des unités du Parti existaient dans toute l’Allemagne de l’Ouest et à Berlin-Ouest. Une condition essentielle pour la fondation du Parti était ainsi créée, et le premier congrès du parti pouvait décider de la fondation du MLPD le 20 juin 1982 à Bochum.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *