17 avril 2024

Que le drapeau de la lutte des femmes afghanes soit hissé encore plus haut !

Dans les jours qui viennent, une représentante de l’association révolutionnaire des femmes afghanes(RAWA) interviendra à Paris, Lyon et Strasbourg sur « Le premier anniversaire du jour noir du retour au pouvoir des Talibans » ainsi que sur son travail révolutionnaire parmi les femmes afghanes. (voir les heures et lieux des interventions à la fin de la Déclaration)

Les évènements en Afghanistan, la situation terrible de ses peuples et de ses femmes sont un cas d’école de la politique impérialiste dans un monde marqué par l’ascension de puissances néo-impérialistes et le déclin de vieux impérialistes. A la Conférence mondiale des femmes à Tunis une délégation d’Afghanistan a déjà appelé à la solidarité. Les femmes de la conférence seront présentes aux réunions.

Que le drapeau de la lutte des femmes afghanes soit hissé encore plus haut !

Déclaration de RAWA pour le premier anniversaire du jour noir du retour au pouvoir des Talibans le 15 août 2022

Texte original en anglais : http://www.rawa.org/rawa/2022/08/14/may-the-flag-of-afghan-women-s-struggle-hoist-even-higher.html

Une année s’est écoulée depuis le retour au pouvoir des fanatiques talibans. Il était facilement prévisible que les femmes et les jeunes filles seraient les premières victimes de ce régime barbare et qu’elles feraient face à une agression dévastatrice et inhumaine dans tous les domaines de la vie. Cependant, les femmes de notre pays ont prouvé qu’aucune force ne pouvait imposer son idéologie réactionnaire ou les retenir prisonnières dans leurs foyers. Les femmes afghanes ont marqué l’histoire en levant le drapeau de la lutte contre les Talibans et pour la liberté et la justice. Dès les premiers jours de la prise du pouvoir par les Talibans, ces femmes ont protesté dans les rues sans craindre les armes à feu ou les coups de fouet ; elles ont été réprimées, menacées et humiliées, mais ont courageusement poursuivi leur combat.

Le gouvernement basé sur l’inquisition de ces fondamentalistes fascistes et misogynes est si réactionnaire, abhorré et brutal qu’aucun pays ne l’a officiellement reconnu, pas même leurs partisans et mécènes qui tirent les ficelles de leur reconnaissance, en raison de son caractère peu recommandable. Et ce, alors que les Talibans se sont efforcés de jouer la carte de la retenue en se déguisant et en trompant les gens, et qu’ils ont déclaré à plusieurs reprises qu’ils n’avaient pas encore appliqué la charia.

L’impérialisme américain prétend apparemment avoir été surpris par la chute de Kaboul et la fuite d’Ashraf Ghani, mais le fait est que le plan était de remettre le pouvoir aux Talibans ; la libération des dirigeants talibans des prisons de Guantanamo et de Bagram, le retrait des terroristes et des criminels de guerre de la liste noire des Nations unies, l’établissement d’un bureau à Doha, le lancement de négociations sous la supervision d’un traître comme Zalmay Khalilzad, la signature d’un traité honteux avec eux, la libération de 5 000 prisonniers talibans et, enfin, l’abandon de plus de 85 milliards de dollars d’énergie et d’équipements militaires de fabrication américaine sont autant de preuves que tout s’est déroulé selon leurs plans. Pendant les 20 ans d’occupation américaine, les États-Unis et l’OTAN ont gardé les Talibans comme une force de substitution et les ont secrètement renforcés en jouant à un jeu de cache-cache pendant tout ce temps. Au cours de ces années, les Talibans ont commis de nombreux crimes, attentats suicides et explosions de bombes contre des civils innocents et ont rarement pris pour cible les bases des États-Unis et de l’OTAN.

Les mains tachées de sang de l’impérialisme américain et de ses alliés dans la création et le soutien des Talibans, de Daesh, d’Al-Qaeda, des Jehadis, etc. sont désormais un secret de polichinelle. Les États-Unis ne font pas de l’antiterrorisme s’ils n’éliminent qu’un ou deux de leurs pions “épuisés” ou “désobéissants”. L’assassinat d’al-Zawahiri à Kaboul est davantage une campagne de propagande pour les élections présidentielles américaines qu’un déracinement de ces gangs meurtriers et terroristes. La CIA, le MI6, le Mossad et d’autres alliés de ces agences de renseignement sont parfaitement au courant et directement impliqués dans la formation, le financement, l’équipement et la propagande de ces mercenaires régionaux. En outre, les gouvernements du Pakistan, de l’Iran, de la Turquie et de l’Arabie saoudite ont soutenu et collaboré à la métastase de ce cancer depuis plus de 40 ans. Le fait de garder les traîtres Jehadi criminels sous leur aile et de gérer 30 000 écoles “religieuses” au Pakistan pendant des décennies est un exemple clair des politiques pro-terroristes de l’ISI qui sont financées par les États-Unis et leurs alliés.

Les États-Unis n’abandonnent pas l’Afghanistan pour protéger leurs intérêts et concurrencer la Chine et la Russie. Ils ont imposé des sanctions et n’ont pas reconnu le régime taliban, mais ils continuent à injecter des dollars par différents canaux et moyens, empêchant ainsi son effondrement. Leurs maîtres impérialistes trompent le monde sur la mise en place d’un gouvernement “inclusif”, mais ils ne font en fait qu’essayer de placer certains de leurs agents les plus expérimentés dans le gouvernement taliban. En outre, les États-Unis renforcent activement Daesh dans la région. Selon les médias, le recrutement de Daesh a presque triplé au cours de l’année écoulée. Le transfert des terroristes de Daesh de la Syrie au Waziristan, puis dans l’est de l’Afghanistan, montre que Daesh est le prochain choix pour créer le chaos et les troubles dans la région afin de faire pression sur la Chine et la Russie.

Dès les premiers jours de leur prise de pouvoir, les Talibans ont privé les femmes du droit à l’éducation, au travail et à la liberté ; ils leur ont interdit l’accès à divers bureaux gouvernementaux et privés, aux écoles et aux médias, ont restreint leurs déplacements sans un chaperon masculin et ont déclaré le hijab obligatoire. Ils ont plongé le pays dans la pauvreté, le chômage et l’effondrement économique ; malgré les fausses déclarations d’amnistie pour tous les anciens militaires et civils, des centaines d’entre eux sont décapités chaque jour ; ils ont interdit toute forme de liberté personnelle, de musique, de science et d’art ; et ont intensifié l’oppression contre les minorités religieuses et ethniques. Contrairement à ce qu’ils prétendent, la situation sécuritaire n’a fait que se dégrader et des dizaines de nos compatriotes sont tués chaque jour dans des explosions et des attentats suicides dans des lieux publics bondés. Après leur sinistre prise de pouvoir, de nombreux jeunes gens talentueux ont fui le pays en nombre sans précédent.

Malgré toutes ces tragédies, notre peuple n’a pas encore perdu espoir en l’avenir et prédit la chute inévitable de ces mercenaires à l’esprit médiéval, et affirme que :

Les affrontements entre les factions qui recherchent l’émirat et celles qui recherchent le califat s’intensifient de jour en jour, même si les Talibans sont les deux faces d’une même pièce par rapport aux wahhabites, aux salafistes et à Daesh, il existe toujours des disputes féroces entre eux. Leur incapacité et leur passivité à fournir des opportunités de travail ou une sécurité de base deviennent insupportables. Aujourd’hui, le monde entier, y compris l’Afghanistan, va de l’avant, mais ce régime réactionnaire plonge outrageusement la nation dans le Moyen-Âge. La corruption a infiltré les dirigeants talibans et nombre d’entre eux acceptent de lourds pots-de-vin et accumulent des richesses. Le Pakistan, qui est l’un des parrains des Talibans, est en train de sombrer dans sa propre catastrophe économique et politique. Le régime théocratique iranien, qui contrôle une faction, est confronté à une agitation et à des protestations publiques généralisées et cette autocratie honteuse pourrait bientôt prendre fin. Les États-Unis, le gardien assermenté des Talibans, sont maintenant profondément impliqués dans le soutien aux nazis d’Ukraine et dans la provocation de Taïwan contre la Chine et cette agitation fait évoluer ce monde unipolaire vers un monde multipolaire. En outre, au 21e siècle, un régime de l’âge de pierre ne pourra jamais empêcher les gens de progresser, de se civiliser, d’accéder à la science et à la connaissance en les ramenant de force à l’âge des ténèbres.

Les charognards Jehadi, hommes et femmes, les technocrates et les intellectuels perfides qui ont été encouragés et nourris par la CIA, l’ISI du Pakistan et le VEVAK de l’Iran et qui ont profité des dollars et du luxe tout-puissants, se cachent maintenant sans vergogne pour récupérer leur paradis perdu. Les “résistances” et les “fronts” n’étaient que des défilés ridicules menés par Ahmed Masoud, Amrullah Saleh, Atta Muhammad Nur, Rashid Dostum, Mir Rahman Rahmani, Rahmatullah Nabil, Muhammad Mohaqiq, Sami Sadat, Zia Massoud, Yunus Qanuni, etc. qui ne faisaient que lutter pour le pouvoir et tenter de redorer leur image de fugitifs corrompus. Notre peuple ne veut jamais le retour des mafias et des pillards de la précédente “république” ridicule qui ont préparé le terrain pour la croissance et la propagation du virus taliban. De la même manière, la mission d’innombrables agents séparatistes et nationalistes est de découper l’Afghanistan en petits morceaux afin qu’il puisse être facilement englouti par leurs maîtres étrangers.

L’Association révolutionnaire des femmes d’Afghanistan (RAWA) a toujours affirmé que les “droits des femmes” et la “liberté” ont toujours été des revendications bidon des envahisseurs américains et que nous, en tant que nation, n’avons pas d’autre choix que de nous unir et de lutter indépendamment contre toute forme de fondamentalisme et ses maîtres étrangers en mobilisant massivement les masses, principalement les femmes, et en bannissant de nos rangs les éléments traîtres, veules et soumis. Les forces progressistes, sans aucune attente, ne doivent épargner aucun effort pour lutter et se lever solidairement pour la liberté, la démocratie basée sur la laïcité et la justice sociale.

Nous avons une foi totale en cette grande lutte et en l’extraordinaire potentiel caché dans nos femmes afghanes, et nous serrons chaleureusement la main de chaque force et individu en quête de justice dans cette bataille cruciale pour l’Afghanistan et son peuple et pour continuer à hisser la bannière de la lutte contre les Talibans et le fondamentalisme Jehadi.

Association révolutionnaire des femmes d’Afghanistan (RAWA), le 15 août 2022

*******************

La déléguée de RAWA sera à :

PARIS : *le 08/10/22 à 14h, salle Ambroise Croizat à la Bourse du Travail, 3 rue du château d’eau 75010 Paris
*le 09/10/22 à 14h,espace “La Parole Errante”, 9 Rue François Debergue, 93100 Montreuil

STRASBOURG : * le 10/10/22 à partir de 17h  espace “Le 23”, 23 rue Lazaret 67100 Strasbourg

LYON : * le 12/10/2022 à partir de 18h, Amphithéâtre Fugier – Lyon 2, 86 rue Pasteur 69007 Lyon

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *