28 mai 2024

Turquie: MLKP réflexions sur les élections

Il y a une différence significative entre les sondages et les résultats des élections. Même si nous considérons certains d’entre eux comme une manipulation consciente avant l’élection et lors de la tabulation, le fait que les votes des partis racistes, nationalistes, politiques islamistes (c’est-à-dire AKP-MHP, YRP, IYIP, ZP, etc.) aient été plus élevés que prévu a besoin d’une explication. Et regarder l’histoire récente de la Turquie peut nous donner quelques indices. Nous voyons que la politique de synthèse des idéologies du nationalisme turc et de l’islamisme politique sunnite poursuivie par l’État à travers tous les gouvernements bourgeois au cours des 50 à 60 dernières années a eu un impact significatif sur la société. Cette élection a montré de manière frappante la base sociale de la synthèse turco-islamique. Même si le bloc au pouvoir, le Parti de la justice et du développement (AKP) d’Erdogan et son principal partenaire, le Parti du mouvement nationaliste (MHP), ont perdu des voix dans certaines régions, d’autres partis nationalistes et politiques islamistes ont rempli leur rôle.

bilan des élections législatives de 2022 ou une hirondelle ne fait pas le printemps

Cette pression populaire va chercher dans la période à venir une issue politique concrète, un chemin que la NUPES sera incapable de tracer. Les communistes révolutionnaires le peuvent développer s’ils sont proches des besoins des masses, s’ils ne sombrent pas dans le spontanéisme des luttes sociales et surtout s’ils unissent autour du programme de la révolution.

Contre Le Pen voter Macron ? Pour l’indépendance politique de notre camp !

Le premier tour de l’élection présidentielle n’a mobilisé que 3 électeurs inscrits sur 4 avec le taux d’abstention le plus élevé depuis 2002, pour les présidentielles, de 26%. Le manque de crédibilité, la déception, la trahison des intérêts des couches populaires par les représentants de la bourgeoisie en sont responsables. Pas moins de 12 candidats, mais cela n’a rien changé. Le vote non pas POUR un candidat et un programme mais plutôt CONTRE d’autres a souvent guidé le choix.