Communiqué commun UPML – UCL : Un pas en avant pour nos organisations

Depuis maintenant près de deux années, l’UMPL – Union Prolétarienne Marxiste-Léniniste – et l’UCL – Unité Communiste de Lyon – travaillent ensemble dans le but d’avancer dans le rassemblement des communistes révolutionnaires vers la constitution des bases du Parti Communiste et révolutionnaire qui fait cruellement défaut dans notre État.

Ce travail nous a amené à nous investir dans l’ICOR (Coordination internationale des partis et organisations révolutionnaires) tout d’abord en tant qu’Amis de l’ICOR, en soutien, mais bientôt, en tant que membres à part entière de cette coordination internationale réunissant les révolutionnaires de quatre continents.

Début novembre 2018, nous nous sommes ainsi réunis pour avancer sur nos tâches, mais également pour participer à un premier événement commun.

L’Unité Communiste de Lyon a organisé une projection-débat sur la base du film réalisé par le MLPD Dem Antikommunismus keine ChanceAucune chance pour l’anticommunisme. Le fait de pouvoir projeter des œuvres réalisées par les organisations-sœurs fait partie des preuves concrètes de ce que peuvent gagner les organisations communistes à travailler ensemble et à mettre en commun leurs ressources et leurs efforts.

L’Unité Communiste de Lyon et l’UPML ont présidé cette projection côte-à-côte, présenté l’ICOR et le MLPD. Nous remercions par ailleurs nos camarades du centre culturel Mésopotamie pour leur accueil, en ce jour de commémoration de la bataille de Kobané.

Cette projection était la première expérience en la matière pour la jeune UCL. Elle n’en est pas moins un succès. Elle a attiré des personnes n’étant pas forcément dans les cercles militants habituels, s’intéressant au marxisme, interpellés par les affiches, par la liste des organisateurs, par la découverte de logos d’organisations qui leur étaient inconnues.

S’en est suivi un débat large sur de nombreux sujets relatif non seulement au marxisme en tant que tel, mais également autour de la question de « comment s’organiser, être plus forts et vaincre le capitalisme ? » A nos yeux, ces questionnements sont significatifs d’une préoccupation qui n’est pas que simple curiosité intellectuelle, mais bien autour de la question de la lutte concrète et pratique.

Ce travail réalisé conjointement est pour nous un premier jalon de coopération pratique dépassant la seule publication de communiqués ou d’analyses communes. Cette initiative en appelle d’autres. Ensemble, nous marcherons, aux côtés de nos camarades de l’ICOR, lors de la manifestation des 3 L – Lénine, Luxembourg, Liebknecht – à Berlin, en janvier, commémorant le centenaire de la révolution Spartakiste en Allemagne.

Nos deux organisations se sont réunies dans l’optique d’approfondir les bases de la collaboration commune. L’UPML et l’UCL peuvent d’ailleurs déclarer qu‘elles partagent une vue commune sur la situation actuelle et sur la conduite à tenir pour avancer vers un rapprochement plus important, mais également vers une politique d’ouverture et de débat vis-à-vis des autres organisations se revendiquant du communisme, avec la volonté de proposer une alliance révolutionnaire.

Nous partageons le constat que le sectarisme d’organisation, qui pousse à l’ignorance mutuelle, à la polémique pour la polémique, au conflit permanent, a assez duré. Il n’est pas possible de continuer cette politique de l’autruche visant à nier l’existence des autres forces politiques voulant avancer vers la révolution socialiste. Pour reprendre les mots d’un camarade du Rode Morgen (Pays-Bas), membre de l’ICOR «Si nous sommes d’accord à 80%, renforçons ces 80% et discutons des 20% de désaccord »

Nous voulons proposer à toutes les organisations communistes révolutionnaires de coopérer au sein d’une alliance révolutionnaire, capable de dépasser la fragmentation actuelle et d’avancer pour pouvoir répondre aux tâches que se fixent les communistes.

Nous voulons œuvrer, ensemble, à la construction d’un Parti Communiste Révolutionnaire, capable de faire la synthèse de l’expérience du mouvement ouvrier et révolutionnaire et de battre la bourgeoisie.

Nous avons pu également évoquer notre future intégration au sein de l’ICOR, auprès de laquelle nous avons déposé une demande d’adhésion en tant que membres à part entière. A ce titre, nous voulons dépasser l’isolement international et combattre les tendances chauvines qui peuvent exister au sein du mouvement communiste en France. Nous considérons comme nécessaire la création d’un comité ICOR en France qui puisse permettre de rassembler ceux et celles qui veulent s’investir dans la coordination et la solidarité internationale, tout comme vouloir organiser localement les événements impulsés par l’ICOR (journée contre la guerre, journée de lutte pour les droits des femmes, 1er mai, préservation de la nature…) .

Nos organisations feront campagne commune, lors des élections européennes, pour dénoncer la nature de l’UE comme alliance réunissant les impérialismes d’Europe – et notamment l’impérialisme français – et comme étant un bastion réactionnaire, anti-ouvrier et militairement agressif. Cette première campagne réalisée en commun, sous l’impulsion de l’ICOR, sera, là aussi, un nouveau jalon franchi vers une plus forte coopération et une unité plus grande entre nos deux forces, permettant de mutualiser les expériences, les travaux, les énergies, et de franchir les étapes qui nous séparent de la construction du Parti qui nous fait défaut.

Avançons ensemble sur la voie de la construction du Parti ! Avançons vers la constitution d’une alliance révolutionnaire ! Renforçons l’ICOR !

Vive le communisme ! Vive la révolution !

25 novembre Café militant « Ils parlent de paix mais ils font la guerre! »

Guerre commerciales, confrontations entre puissances impérialistes, nouvelles alliances – la structure de l’ensemble du système impérialiste bouge. Un certain nombre de nouvelles puissances émergent – les tensions s’approfondissent.

La course à l’armement s’accélère un peu partout – le danger de guerre généralisée augmente ! Quelles en sont les raisons ?

Des gouvernements ultra réactionnaires voire fascistes apparaissent et veulent diviser les peuples.

L’impérialisme – c’est le stade pourrissant et mourant du capitalisme, disait Lénine. Il exploite l’homme et la nature et sème la guerre, mais il crée aussi les conditions pour autre société, le socialisme !

Unissons-nous contre la guerre, la réaction et le fascisme, pour la liberté, la paix et le socialisme ! Renforçons les forces révolutionnaires !

Venez en discuter avec nous :

Café militant

« Ils parlent de paix – mais ils font la guerre! »

Combattre l’impérialisme

Dimanche 25 novembre

15 heures

Café « Au Pavillon » Salle au 1er étage

54, rue Gabriel Péri, Saint-Denis

A 10 min de la Porte de Paris M° 13 ou de la Gare de Saint-Denis (RER D, ensuite T8)

Co-organisé par l’Union Prolétarienne ML et les Amis de l’ICOR

Contact-upml@riseup.net upml.org www.icor.info

Réussite du rassemblement du 11 novembre

Paris : Non à la guerre impérialiste!

Non à la commémoration impérialiste du 11 novembre !

Malgré l’interdiction de défiler et l’obligation pour les opposants à la venue de Trump, Netanyahou et autres criminels de rester statiques sur la place de la République, malgré la fermeture de toutes les bouches du métro République, malgré l’intox gouvernementale sur les risques de « casseurs », et la présence de milliers de policiers, les fouilles des passants aux abords de la Place et de la pluie battante près de 2000 personnes ont franchi dimanche tous les obstacles pour participer au rassemblement contre la guerre, le racisme, le colonialisme et toutes les formes d’oppression.

Une grande unité a marqué l’évènement : contre la politique ultra-réactionnaire de Trump et compagnie, contre les guerres impérialistes, soutien à la Palestine et aux migrants, en passant par le Yemen, le sexisme, et bien d’autres.

L’Union Prolétarienne Marxiste-Léniniste faisait partie des plus de 60 organisations, syndicats et associations qui appelaient à cette mobilisation (voir article sur notre blog) à l’initiative du Collectif “Anti-guerre et anti-état d’urgence”

Notre stand bien animé a été un point d’attraction – pas seulement pour se protéger de la pluie, mais surtout à cause de notre table de presse avec brochures (notamment notre projet de programme), livres, badges, auto-collants et nos propositions.

Nous avons avancé principalement deux idées :

– L’initiative du 11 novembre doit avoir une suite : vue l’offensive de l’impérialisme, le danger d’une guerre généralisée – il faut construire un front anti-impérialiste et anti-fasciste.

Il faut une alliance des révolutionnaires et de leurs organisations si on veut en finir de ce système qui porte la guerre comme la nuée porte l’orage, qui exploite l’homme et épuise la nature. Cette idée doit faire son chemin ! Beaucoup de militants, surtout les jeunes (!) étaient tout à fait d’accord et ont acheté notre projet de programme.

Pour nos objectifs, nous avons besoin d’une organisation et nous serons bientôt membre de l’ICOR, de la Coordination Internationale des Organisations Révolutionnaires. Nous proposions aussi, sur notre table de presse, la littérature de l’Unité communiste de Lyon, comme la concrétisation d’un début de construction de cette alliance révolutionnaire.

Le stand était co-organisé avec les Amis de l’ICOR et des participants du « Café militant » de Saint-Denis.

Le prochain Café militant aura lieu le 25 novembre :“Ils parlent de paix, mais ils font la guerre. Combattre l’impérialisme.”