« Résistance face à une 3è Guerre Mondiale » une nécessité brûlante !

« Résistance face à une 3è Guerre Mondiale »

une nécessité brûlante !

1)Même  António Gutierres, secrétaire général de l’ONU a souligné le 5 août au Japon, lors d’une cérémonie marquant le 77e anniversaire du bombardement atomique de Hiroshima : « Il est totalement inacceptable que les États en possession d’armes nucléaires admettent la possibilité d’une guerre nucléaire. Trois quarts de siècle plus tard, nous devons nous demander ce que nous avons appris du champignon atomique qui s’est gonflé au-dessus de cette ville en 1945 ».

Le secrétaire général des Nations Unies a averti qu’une nouvelle course aux armements s’accélérait et que les dirigeants mondiaux renforçaient leurs stocks au prix de centaines de milliards de dollars, avec près de 13 000 armes nucléaires actuellement détenues dans les arsenaux du monde entier. « Les crises à forte connotation nucléaire se propagent rapidement – du Moyen-Orient à la péninsule coréenne, en passant par l’invasion de l’Ukraine par la Russie… L’humanité joue avec une arme chargée », a-t-il averti. (ONU-info du 5 août 2022)

2) Mobilisation de l’ICOR. L’ICOR, le 15 mai, n’avait pas attendu pour « appeler à faire, dans le monde entier, du 6 août jour de commémoration d’Hiroshima, une journée internationale de lutte contre le danger d’une guerre nucléaire mondiale, pour l’interdiction et la destruction de toutes les armes NBC et contre la renaissance et l’expansion des centrales nucléaires. »(voir la Résolution du 15 mai 2022 dans ICOR.info)

3) On se souvient que nous avions appelé, avec les « Amis de l’ICOR » à « manifester notre opposition à l’occasion du 6 août (anniversaire de la destruction atomique Hiroshima en 1945) et également le 1er septembre (début de la 2ème guerre mondiale.) » Nous proposions de nous « rassembler (avec micro ouvert pour mener un large débat) le samedi 6 août à plusieurs dizaines d’organisations se réclamant du communisme et à des mouvements pour la paix, ainsi qu’aux anti-nucléaires… La situation ne peut que nous interpeller. Agissons en commun, pour l’unité des luttes antifascistes, anti-impérialistes et anti-nucléaires. » (voir notre appel : Non à la 3ème guerre mondiale)

Malheureusement sans aucune réponse. D’ailleurs les publications « pacifistes » et anti-nucléaires ne contenaient aucun appel particulier pour ce 6 août ! Dans quelques rares villes (Bordeaux, Saintes, Marseille, Région Parisienne…il y eut des rassemblements.

– A Marseille, le mouvement de la paix avait appelé et rassemblé 50 personnes. C’est peu mais c’est mieux que rien !

Banderoles du mouvement de la paix, avec un tract sur le TIAN (Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires, adopté par l’ONU) et de l’ANC (Association Nationale des Communistes) qui distribuait en tract une lettre de Ch. Hoareau liant la lutte pour la paix (Hiroshima) contre l’impérialisme à celle du peuple palestinien (libération de Salah Hamouri). Il mettait l’accent surtout sur la responsabilité des USA, de l’UE et de l’OTAN, notamment de la France en Afrique et peu sur la Russie. Il souligne aussi la « provocation des USA … à Taïwan ». Il parle de « domination hégémonique du capitalisme international » comme cause de la guerre, mais pas de la tendance capitaliste au repartage du monde.

Discours du mouvement de la paix centré sur le danger de guerre nucléaire, sur un rôle supposé important de l’ONU, et le TIAN. Ce Traité était entré en vigueur en janvier 2021 et toujours pas signé par la France qui veut consacrer 100 milliards d’euros au renouvellement de son arsenal nucléaire dans les 15 ans à venir.

Union Prolétarienne distribue un tract (le PD n°21) rapprochant 3 thèmes : mesures économiques contre les salariés, le socialisme et la préparation de III° guerre mondiale. La discussion portera sur l’importance de dissocier les intérêts de peuples et ceux de leurs dirigeants.

– En région parisienne : l’Union Prolétarienne et les amis de l’ICOR tiendront une table de presse et une diffusion de tracts dans un quartier populaire en portant la question : « Hiroshima – cela peut-il arriver encore aujourd’hui ? »

La plus grande majorité des gens, jeunes et moins jeunes, hommes et femmes, ont exprimé leur opposition aux guerres, mais aussi leur crainte : « Oui, on ne peut pas exclure une guerre nucléaire ! »

Il faut dire, qu’avant même l’intervention Russe en Ukraine, les multiplications de guerres et d’« étincelles » – Ukraine, Kurdistan, Yémen, Syrie, Mali, conflit autour de Taiwan… pouvaient déjà le faire craindre.

L’opposition à la politique impérialiste était d’autant plus forte chez les immigrés d’Afrique et d’Asie qui avait l’expérience de l’exploitation et des conquêtes impérialistes.

De multiples questions se sont posées : « a-t-on la force de nous opposer aux fauteurs de guerre ? Comment créer l’unité des prolétaires contre les préparatifs de guerre ?… »

On a nettement senti l’intérêt de poursuivre les débats et dès la rentrée nous en organiserons !

Lorsque Gutierres/ONU dénonce le « non sens » des menaces avec armes nucléaires et que l’humanité, dit-il, est en train d’oublier les leçons d’Hiroshima, de quelle humanité parle-t-il ?

La menace de guerre ne provient pas de « l’humanité ». Elle provient des grandes puissances impérialistes ? De leurs rivalités dans tous les domaines pour la domination mondiale. Le développement inégal (intrinsèque au mode de développement capitaliste) pousse les différents pays et les groupements monopolistes internationaux à vouloir constamment se repartager le monde, ses richesses, ses marchés. De manière pacifique ou militaire. Aujourd’hui, la multiplication des crises déstabilise toutes les relations anciennement établies, nous entrons dans une période nouvelle.

En guise de conclusion : le thème du danger de guerre touche largement et il y a aussi une certaine disponibilité pour agir contre la guerre impérialiste, mais le danger et la réalité de la préparation réelle de la Troisième Guerre mondiale sont largement sous estimés. Ne voit-on pas l’état de déstabilisation du système impérialiste, l’agressivité et la brutalité croissantes dont il est capable pour « s’en sortir ». Cette sous estimation ne se manifeste-t-elle pas déjà par l’absence de la plupart des organisations anti-nucléaires, pacifistes et révolutionnaires ? Ne voient-elles pas la nécessité et la possibilité de se mobiliser ? Sont-elles paralysées, incapables de choisir leur camp : d’un côté, le soutien (plus ou moins honteux) à tel ou tel camp impérialiste ou de l’autre le soutien aux peuples et classes exploités ? La propagande d’un Poutine « fou » et d’une OTAN/Union Européenne et USA qui défendraient la « démocratie et la liberté » est mensongère !

Pour mettre en commun nos forces dans un Front anti-impérialiste et anti-fasciste il faut encore un travail sérieux de conviction.

Rejoignez l’Union Prolétarienne pour organiser ce Front !

RÉSISTANCE active contre la menace de guerre mondiale !

    • Interdiction des armes ABC !
    • Cessez-le-feu immédiat en Ukraine, retrait des troupes russes et réparation des dégâts causés !
    • Retrait de toutes les troupes françaises de l’étranger !
    • Dissolution de l’OTAN et de toutes les alliances militaires des impérialistes!
    • A bas l’impérialisme – pour la révolution socialiste internationale !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.